Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les blogueurs francophones à propos des Oscars et des Césars

Vidéo sur Dailymotion:
La maîtresse de cérémonie des Césars, Valérie Lemercier, en train d’interpréter une célèbre chanson zouk guadeloupéenne des années 80

Les réactions des blogueurs aux cérémonies des Oscars et des Césars, décernés récemment en France et aux Etats-Unis, sont assez contrastées. Le Congolais Alain Mabanckou est heureux de l’attention qu’Hollywood accorde désormais à l’Afrique. Il est en particulier ravi que l’Oscar du meilleur acteur soit allé à Forest Whitaker pour son interprétation de Amin Dada. Il compare l’intérêt des Américains pour l’Afrique à ce qu’il perçoit comme la condescendance de la France envers tout le continent qui s’étend au sud de l’Algérie, durant la cérémonie des Césars, l’équivalent français des Oscars américains. Le blog martiniquais InternetRapide.com, de son côté, applaudit le choix de la chanson en créole de zouk gadeloupéen qui a ouvert la cérémonie française.

Alain Mabanckou [Fr], un auteur et blogueur congolais basé en Californie et récompensé par de nombreux prix littéraires, écrit :

« Quelque chose est sans doute en train de se passer à Hollywood depuis ces dernières années : le regard des producteurs se pose de plus en plus sur le continent africain. Cela donne des films appréciés aussi bien par la critique que par le public et nous fait découvrir au passage de nouveaux talents africains ou africains-américains.
On se rappelle enfin que [Forrest Whitaker] … a fait son chemin seul avant de devenir aujourd’hui une star. Et tant mieux si ce couronnement lui vient grâce à un film dont l’Afrique est le sujet. Idi Amin Dada doit se retourner dans sa tombe ou murmurer dans les oreilles des autres fantômes dictateurs que sa dictature à lui aura au moins servi à quelque chose !

En peu de temps donc les producteurs américains ou anglais nous ont donné des films sur l’Afrique, avec parfois des acteurs de premier plan qu’on a pu voir entre autres dans Totsi …; Hôtel Rwanda qui … bouleversa toute l’Amérique et eut plus d’impact que n’importe quel reportage sur la question ; Le Dernier roi d’Ecosse qui revient sur les atrocités du régime ougandais d’Idi Amin Dada à qui on impute l’extermination de plus de 300.000 de ses concitoyens ; Amazing grace qui repose la question de la traite des Noirs, avec une apparition de Youssou N’Dour ; Blood diamonds qui nous montre bien que tous les diamants sont éternels, mais il faut y mettre le prix et le sang ! Faut-il en conclure que tous ces sujets sont gênants pour la France au point que celle-ci, par le jeu des subventions, choisit et détermine quel type de regard porter sur le continent africain ?
Au fond, la France aurait tort de ne pas prendre ce phénomène au sérieux, car Hollywood a vite pris la mesure d’un besoin grandissant du public mondial d’aller vers ce continent. La France, elle, a un véritable problème à résoudre avec l’Afrique qu’elle regarde comme une patate chaude. Pas Hollywood. Regardez d’ailleurs le palmarès des Césars remis le samedi 24 février …: une hostilité, une surdité criardes aux rumeurs du monde – au point qu’un film comme Indigènes – présenté aux Césars d’Hollywood sous le titre de Days of Glory, film algérien – n’a rien eu en France (oh, disons qu’il a eu le prix du “scenario original”). Doit-on conclure que dans ces trophées parisiens, aucune des réalisations africaines francophones ne pouvait au moins être citée ? Quid de Cissako de la Mauritanie ? Quid d’Haroun du Tchad ? Oh, ils ont leur Fespaco de Ouagadougou, diraient certains ! N’aurait-il pas été utile, pendant la remise des Césars, de rendre hommage au cinéma du monde – donc du continent africain aussi ? C’est pourtant ce que les Américains, eux, ont fait ce dimanche 25 février en remettant leurs fameux Academy Awards (les Oscars). Deux étrangers (Catherine Deneuve et un japonais dont le nom m’échappe) sont venus rendre hommage au cinéma du monde, et on a pu voir défiler des images venant et de l’Espagne, de l’Algérie, de l’Inde, de l’Afrique du sud… et de la France !!! Sans compter que, pour l’Afrique, l’incontournable et vedette du moment Djimon Hounsou était aux premiers rangs, non loin de Di Caprio (ici en photo tous les deux) ».

Il est intéressant de lire l’opinion toute différente de InternetRapide.com[Fr], tant il est heureux que la maîtresse de cérémonie des Césars ait ouvert la soirée en chantant un tube zouk guadeloupéen des années 80 :

« L’effet de surprise fut total…La maîtresse de cérémonie de l’édition 2007 de la Nuits des Césars s’est lancée dès la déclaration d’ouverture … dans un Zouk endiablé, véritable invitation à la fête et au voyage.

Fantastique reprise chantée et dansée du tube de Zouk Machine…qui est resté dans les mémoires depuis 1989, après 9 semaines à la première place du TOP 50 français.
Comment remercier Lemercier de ce grand moment de télévision, de cet hommage à l’outre-mer ? Valérie, viens donc nous voir “a kaz”… “Nou ke Ba’w manjé, ba’w lanmou E pou vous nou ke fey an chantant”…”

En ce qui concerne les Césars, les deux blogueurs regardaient-ils la même chaine ?

Alice Backer

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site