Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les femmes sont-elles sur la bonne voie? Les questions de genre embrasent la blogosphere Bangladaise à l’occasion de la Journée Internationale des Femmes

Tandis que le monde célébrait la journée internationale des femmes le 8 mars dernier, la blogosphère Bangladaise est revenue à une discussion houleuse sur un de ses sujets favoris – la question de genre.

Cependant, alors que le reste du monde discutait d’autonomisation, d'opposition à la violence et d’égalité, ce qui différait et qui captivait l’attention était que le monde Bangladais en était toujours aux femmes travaillant en dehors de la maison et leur façon de s'habiller.

Les femmes sont-elles sur la bonne voie en sortant du cocon de leur foyer ? Le blogueur Rongheen devient nostalgique au sujet des femmes au foyer. Il estime que le monde trompe les femmes avec de fausses promesses de droits et de liberté et, pendant que les femmes s’aventurent au dehors pour se trouver une place au soleil, l’amour familial en souffre grandement.

Les femmes se plaisent-elles à se voir comme objets du désir ? Sinon, pourquoi apparaissent-elles (si peu vêtues, le plus souvent) dans diverses publicités pour des biens de consommation ? Trivuj estime que, à cet égard, les femmes sont facilement trompées et peut-être passent à coté de l’essentiel en ce qui a trait à la lutte pour leurs droits. Selon lui, les femmes Bangladaises devraient chercher la liberté de pensée davantage que la liberté d’habillement. Le blogueur Shayon estime que les femmes s'offrent en appât à la molestation en ne s'habillant pas et/ou en se comportant trop modestement en compagnie des hommes. Selon lui il n'est pas possible qu’une femme vêtue d’un burqa soit molestée! En outre, il partage le blâme pour l’extrême difficulté des femmes tant libérales (qui encouragent les femmes à afficher leur sexualité) que conservatrices (qui privent les femmes des droits les plus fondamentaux, ex : le régime Taliban en Afghanistan).

Cela ne veut pas dire que les blogueurs n'ont pas discouru sur les célébrations du jour. Ils l’ont fait, et bon nombre d'entre eux ont fait montre de scepticisme au sujet des événements. Selon Amar Jato Katha, ce jour—devenu juste un autre jour pour des discours, marches et conférences—les chefs prétendent de se pencher sur la cause des femmes au lieu d’essayer de faire une vraie différence. Dhushor Chhaya est d’accord avec lui. Sadia estime qu'il ne suffit pas de parler de l’autonomisation des femmes mais que nous devrions tous travailler à sa concrétisation. D'autre part, Raag Imon estime qu'un tel jour est nécessaire pour pénétrer notre conscience et pour nous rappeler le sens des questions que nous ignorons dans notre train-train quotidien même lorsque nous parlons d'elles.

Ainsi quel genre de femme est l'idéal ? Bien, aucun prix pour deviner ! C’est l’héroïne qui arrive à équilibrer la maison et le travail ; c’est la mère parfaite, l’épouse, l’employée qui est enracinée profondément dans sa communauté et sa famille qu'elle met en premier, même lorsqu’elle tâche d'établir sa propre identité. Quelque chose dans les lignes de la maman d'Astomeye. Vraiment une tache intimidante en effet !

Aparna Ray

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site