Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guinée-Conakry: Tenir tête à un président avide de pouvoir

La révolution technologique qui permet aux citoyens ordinaires de filmer et de mettre en ligne des vidéos prend lentement pied en Afrique de l’Ouest. Jusqu’à présent, nous n’avons jamais inclus des vidéos de cette partie du monde sur notre site en développement, dédié aux vidéos des droits de l’Homme. Cette semaine, nous vous présentons une vidéo rare qui a réussi à arriver sur le net depuis la Guinée, une nation francophone dont la capitale, Conakry, a connu l’état de siège ces dernières semaines, et où il semble que la lutte pour l’autodétermination et une paix durable continue.

Cette vidéo montre l’armée guinéenne en train de tirer sur une foule de civils qui manifestaient leur mécontentement grandissant envers les comportements de plus en plus autoritaires du Président Lansana Conté. De tels témoignages en vidéo sont précieux car les voix citoyennes de Guinée sont difficiles à trouver dans la blogosphère. La plupart des commentaires sur le blog Guinea In Crisis [En] ont été laissés par des agences de presse internationales et des blogueurs d’autres pays africains.

Jen Brea, collaboratrice du site Global Voices, a compilé le mois dernier une excellente revue de blog sur les troubles en Guinée. La crise a atteint son apogée quand le président Conté a instauré la loi martiale et déployé les troupes gouvernementales pour restaurer l’ordre. La réaction a provoqué la mort de plus de 110 personnes, pour la plupart des jeunes et des enfants, tués par balles dans les rues de Conakry. Des associations comme International Crisis Group ont prévenu que le chaos s’étendrait rapidement, avec des conséquences désastreuses, si de réels changements n’interviennent pas en Guinée. Sur place, la société civile a refusé de capituler. La ferme résistance à la loi martiale des syndicats et de la population – soutenue par le parlement guinéen – a abouti à la cessation de la grève générale le 25 février 2007 et à la nomination d’un nouveau Premier Ministre, Lansa Kouyate, qui semble être l’ homme du consensus.

Comme Alice Baker, l’éditrice francophone de Gloval Voice, l’a remarqué la semaine dernière, le blogueur sénégalais Alex Seck [Fr] évoque maintenant la sortie de crise de la Guinée. Mais c’est toujours la prudence qui doit prévaloir : les dirigeants syndicaux et leurs homologues internationaux, soulignent qu’il est impératif de rester vigilant devant cet apparent retour au calme de la Guinée.

Si l’on se base sur l’histoire des conflits récents dans la sous-région ouest-africaine, de nombreux sujets d'inquiétude demeurent.L’attention est attirée depuis plusieurs années sur le risque que court la Guinée de devenir le prochain pays à sombrer dans la violence.

Les guerres dans les pays voisins tels que le Liberia, la Sierra Leone, et la Côte d’Ivoire, ont fait apparaître la Guinée comme un refuge pour des centaines de milliers de réfugiés. Mais dans l’ énorme afflux de refugiés à travers les frontières très instables de la Guinée se trouvaient aussi d’anciens combattants des guerres voisines, qui peuvent être aisément recrutés pour de nouvelles hostilités. Des analystes internationaux examinent depuis des années la conduite à tenir face à un possible conflit en Guinée et une crise humanitaire régionale , tandis que des inquiétudes grandissent sur la situation précaire de la Région Forestière en Guinée, qui peut devenir elle-même un foyer d’instabilité. Néanmoins, les causes centrales du conflit dans cette sous-région sont toujours à imputer aux carences de la gestion politique et à la faillite des gouvernants en place.

Qui demande des comptes à un leader comme le Président Conté, quand ses tendances tyranniques deviennent incontrôlables ?

Ici, au siège du projet de site de vidéos sur les droits de l’homme, nous maintenons le point de vue que cette vigilance démocratique peut être exercée par des citoyens ordinaires équipés de la technologie nécessaire pour enregistrer des témoignages en vidéo d’ atteintes aux droits de l’Homme. Cette vidéo en est une illustration.

Malheureusement, les médias locaux dans les pays comme la Guinée sont encore fragiles, avec peu d’accès aux outils nécessaires pour illustrer ou diffuser des preuves de ces abus du pouvoir. Il n’y a pas non plus encore de blogosphère guinéenne digne de ce nom, ce qui ne laisse que l'alternative de sites d’informations comme AllAfrica.com [En] et Guineenews [Fr], ou des blogs comme Friends of Guinea[En] pour obtenir des informations ou des analyses régulièrement mises à jour sur les derniers événements.

Ces sources se sont enrichies ces dernières semaines de blogueurs d’ailleurs, qui ont été conduits à mener le débat en ligne. Alex Seck [fr] du Sénégal a par exemple déclaré que la Guinée était au bord de l’implosion, et que l’échec de la communauté internationale à condamner collectivement ou à exercer des pressions sur le président Conté était « honteuse ». Le blog d’Afrique de l’Est Charcoal Ink [En] écrit que ces troubles sont le reflet d’une tendance politique familière en Afrique : « Une lutte pour le pouvoir est en cours, et le pouvoir est ce délicieux élixir dont les leaders africains ne peuvent jamais être rassasiés ».

Pour conclure, l’une des réactions les plus intéressantes aux troubles en Guinée est le défi lancé par les groupes de jeunes musiciens locaux, dont le plus connu est le Fonike Collective [fr], qui a produit une vidéo de hip hop [fr] pour témoigner de sa solidarité avec les citoyens qui protestaient contre le “régime dictatorial” de Conté, ainsi que ce clip de reggae.

dictature guinée 2 reggae
envoyé par ravaschool

Malheureusement, ces jeunes voix de la scène musicale ne semblent pas avoir de réel impact. Cela est dû au fait que la politique , en Afrique de l’Ouest, ne prend pas en considération l’opinion citoyenne et ne prête attention qu’aux « grands hommes ».

Ajourd'hui, le challenge immédiat pour un de ces “grands hommes”, le Premier Ministre Kouyate, est de saisir l'opportunité que l'issue de cette période de violences lui a présenté. Pour enregistrer de réels progrès et enrayer le glissement de la Guinée dans un conflit, Koyate aura besoin du soutien affirmé de ses alliés nationaux et internationaux. Il devra avant tout faire front aux excès et caprices d'un président avide de pouvoir, si l'on ne veut pas que les violences du mois dernier deviennent les prémisces d'un conflit dévastateur supplémentaire en Afrique de l'Ouest.

Gavin Simpson

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site