Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Ghana: 50 Ans d’Indépendance

Le Ghana, le premier pays africain sub-saharien à gagner son indépendance, a eu 50 ans le 6 mars 2007. Même si la
célébration, Ghana@50, de la nation africaine occidentale s’étendra sur toute l’année, l'apogée était atteint le jour de l'indépendance, quand un défilé national des Force Armées du Ghana a été tenu à la Place de l'Indépendance à Accra.

Ramblings of an African Geek, un blogue tenu par un Ghanéen, partage quelques points forts des célébrations de la semaine passée dans un post titré: “Le Drapeau Flotte encore……………“:

Le Ghana a eu 50 ans mardi et une foule de dignitaires étrangers était présente pour nous aider à célébrer notre position en tant que premier pays sub-saharien à obtenir la permission de diriger nos propres affaires.

J’ai trouvé néanmoins plus intéressante la réponse du public à l’évènement que la célébration officielle.

Accra et Tema sont couverts de drapeaux depuis quelques semaines.

Il y a eu de bons débits de drapeaux et de souvenirs ayant pour Thème le Ghana.
Presque chaque voiture, les taxis inclus, battait le pavillon. Littéralement la ville était inondée du rouge, du vert doré et du noir. Et avec plus d’ampleur que quand le Ghana dominait les équipes qui étaient supposées l’assassiner lors de la Coupe du Monde.
Le jour de l'indépendance les gens se sont rendus à la place pour obtenir des sièges tôt le matin. Il parait que vers 4:30 A.M. il était impossible de trouver un siège même si vous aimeriez payer pour un.

Oluniyi David Ajao, un Nigérien basé à Accra, Ghana, partage quelques photos de l’évènement principal: “50ème Anniversaire de l’Indépendance du Ghana photos de la Parade“:

Le Ghana a 50 ans. Oh! Le savez-vous déjà?

Bon, j’étais à la Place d’Indépendance à Accra le 6 mars 2007, le jour de l’Anniversaire de l’Indépendance, et j’ai pris plus de 100 photos des évènements.

Jetez un coup d’oeil à l’album photo du 50ème Anniversaire d’Indépendance Parade Nationale ici .

My Pen and My Paper complimente le Ghana dans le post: “Applaudissez le Ghana“:

Par la présente, je tire ma révérence au Ghana! ! ! Je ne le savais pas, maintenant je le sais. A deux reprises—il y a deux ans et 3 ans, j’ai été à Kumasi au Ghana, au KNUST, dont les deux premières lettres “K” et “N” représentent Kwame Nkrumah. J'ai aimé mes voyages, ai pris beaucoup de photos et je me suis fait beaucoup d'amis. Ce qui m'attire au Ghana est l'environnement paisible, et tout le monde marchant juste paisiblement, s'occupant de leurs propres affaires, aucun wahala – comparé à l’agitation de Lagos. Si les Ghanéens étaient blanc, j'aurais pensé mes observations avaient une raison, mais vu qu'ils sont aussi noirs que je suis, quelques uns même plus noirs encore, je me rappelle que je me suis demandé “c’est quoi le secret de ces gens”. Pour être entièrement honnête, il y a un tas de choses que le Nigeria peut apprendre du Ghana… leçon#1 est : comment s’aligner à l’arrêt d’autobus. J'étais si surpris de voir un homme grand aligné derrière un enfant à l’arrêt d’autobus. La pensée qui m’est venue à l’esprit, si ceci pouvait se produire au Nigeria.

The Trials & Tribulations of a Freshly-Arrived Denizen… du Ghana n'a pas beaucoup à dire au sujet du jour d'indépendance, mais partage une photo de la couverture du New African : Joyeux Anniversaire, Ghana!: C’est votre Jubilée! ;-)

Joyeux Jubilé!!! Ceci est la couverture de la dernière édition de New African. La couverture, bien, n'étonne pas. Elle consacre un bonne quarantaine de pages (45), y compris les annonce dépareillées, mais presque cinquante de toute façon (! !) au Ghana !

LE JOURNAL d'iPINIONS ajoute également quelques points saillants au sujet du Ghana : “Bon (nouvelles) vendredi: Le Ghana célèbre ses 50 ans d’indépendance“:

Mardi le Ghana a donné le coup d’envoi à 12 mois de célébrations pour marquer sa cinquantième année de l'indépendance. Cette étape importante est particulièrement remarquable parce que le Ghana était la première nation de noir en Afrique pour couper la corde Lilliputienne du colonialisme britannique en 1957. Et depuis lors il est devenu une balise de stabilité et de développement durable sur un continent foncièrement infesté par la gouvernance corrompue, la stagnation économique et les guerres civiles.

Néanmoins, le Ghana a connu des difficultés croissantes considérables. Et le plus notable à cet égard est le fait que—après avoir amadoué le parlement à voter des lois en sa faveur pour se conférer des puissances autoritaires et pour faire de lui le président à vie – Kwame Nkrumah, le père socialiste de la nation, a été évincé par un coup militaire en 1966. Bien que, tenu compte de la manière dont son nom et son portrait (comme dans la statue en bronze décrite à gauche) sont vénérés au Ghana aujourd'hui, vous seriez chanceux de trouver n'importe qui là-bas qui pense que son éviction a été justifiée.

Le blogue Africa de Sociolingo met à notre disposition des liens vers quelques sites web internationaux de nouvelles, et comment ils ont reporté l’évènement : “Le Ghana célèbre ses 50 ans d’indépendance

Le cinquantième anniversaire d'indépendance du Ghana le 6 mars a produit un flux de commentaires à travers dans le monde. Comme il a été prévu, les chefs d'Etat ont convergé vers Accra, la capitale Ghanéenne, et les rapports abondent.

Cela n’a pas été que gaieté. Le blogue d’Abocco partage quelques points saillants au sujet de l'état du Ghana aujourd'hui : “Electricité et énergie fiables à Ghana@50″ :

J'ai parlé à beaucoup de Ghanéens résidant au Ghana au sujet de l'excitation concernant la célébration du jubilé d'or du Ghana. Beaucoup d'entre eux se sont plaints au sujet du montant d'argent en train d’être dépensé pour célébrer l'anniversaire d'or de l'indépendance quand ils n'ont pas le courant électrique fiable et sont constamment en proie aux coupures d’électricité. Le Ghana est devenu trop grand pour le barrage d'Akosombo et il ne peut pas produire assez d'énergie pour sa population. Quand j'ai entendu Akosombo Kanea de Obibini Takyi sur la radio il y a une semaine, j’ai trouvé le sujet de la crise énergétique du Ghana une matière idéale pour un post de blogue, une question à laquelle je n'ai pas touché encore. Quel moment idéal pour le faire au milieu de la promesse du gouvernement du Ghana de donner à ses citoyens résidents l'alimentation en courant électrique non interrompue pendant plus de deux semaines pour commémorer le cinquantième anniversaire de l'indépendance!

Nous concluons ce rassemblement, avec “Une vue d’ensemble de Ghana@50“, comme écrit par le blogue thepeoplesvoice.org :

Le 6 mars est capital, festif et est le pinacle des célébrations de l'indépendance du Ghana. Un trémoussant Président John Agyekum Kufuor a demandé à l'ensemble des habitants de rendre gloire à Dieu pour avoir ramené la nation de loin. Donnant à César ce qui a appartient à César, il a donné le contour politique de l'indépendance du Ghana et a vanté le premier président du Ghana, Osagyefo Dr Kwame Nkrumah et ses collègues de la Convention des Cotes d’Or Unies qui, en 1947, ont lancé la dernière phase du processus vers l'indépendance.

David Ajao

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site