Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Réactions Non Politiques à la Visite de Bush du Guatemala


Photo des protestataires et officiers de police par R. Scott Lamorte (plus ici).

En parcourant cette semaine la blogosphère Guatémaltèque, il était intéressant de lire les réactions à la visite récente du Président Bush, qui ont différé des déclarations habituelles contre la politique des ETATS-UNIS. Un certain Blogueur a examiné l'affichage Hollywoodien des agents de sécurité, comment les protestations ont interrompu leurs activités, et comment la visite non grata d’un endroit sacré a été suivie d’une “limpia” (purification) par les groupes indigènes.

CARPE DIEM raconte que pour entrer dans sa propre maison il a dû s'identifier. Il a également décrit sa rue pendant la visite de Bush :

Mi calle está sitiada. Hay una malla de metal en un extremo y un obstáculo de concreto en otro. Hay Policías Nacionales, Policías Municipales, SAAS, Antimotines, soldados chapines y gringos, perros, bomberos, periodistas, curiosos y quién sabe qué más.

Ma rue est entourée. Il y a une clôture métallique à une extrémité et un obstacle en béton à l'autre. Il y a la police nationale, la police municipale, SAAS, les officiers anti-émeute, les soldats et gringos intimidants, des chiens, pompiers, journalistes, observateurs curieux, et je ne sais quoi encore.

Dans son billet intitulé des “Hommes en shorts”, la journaliste et économiste Marta Yolanda Díaz révèle comment elle était confuse quand, en lieu et place des joggers et familles du dimanche, elle a vu quelques camarades prétendant d’être des Guatémaltèques, alors que c’était évident qu'ils étaient des membres du service secret des USA:

A pesar del coraje que me inspira la violación flagrante a nuestro derecho a la libre locomoción que impunemente cometen los gobernantes con tal de facilitar la visita de George W. Bush, no pude evitar sonreírme, sin necesidad de ningún químico estimulante, al pensar en la ingenuidad de los duchos miembros del servicio secreto estadounidense, quienes creían pasar desapercibidos en un país donde el individuo promedio no es, precisamente, un hombre blanco, musculoso, de estatura arriba del 1.80 metros y rubio. No obstante, ellos se sentían un paisano cualquiera. Qué risa.

Malgré la colère soulevée en moi par la violation fragrante de notre droit de nous déplacer librement qu'avec impunité les politiciens ont commise pour faciliter la visite de George W. Bush, je ne pouvais que rire (sans besoin de stimulants), en pensant à la naïveté des membres experts du service secret américain, qui pensaient qu’ils pouvaient passer inaperçu dans un pays où l'individu moyen n'est pas un homme blanc, musculaire, six pieds de haut, et blond. Cependant, ils ont pensé qu'ils étaient justes comme n'importe quel Guatémaltèque. C’est risible !

Dans le blog du professeur, poète et journaliste Ana, elle attend que Bush soit parti, et elle est fâchée parce que la moitié de ses étudiants d'université n'ont pas assisté à son cours:

Más de la mitad de mis alumnos faltaron hoy a clase porque la libre locomoción se ha acabado en esta ciudad hasta entrada la noche, cuando el kaiser, digo el presidente Bush se haya ido a México.

Plus de la moitié de mes étudiants ont manqué le cours aujourd'hui parce que la libre circulation a été interdite dans cette ville jusqu'à la tombée de la nuit quand le Kaiser, je veux dire, Président Bush soit parti pour le Mexique.

Je sortais de ma librairie préférée de la ville, en même temps que deux filles blondes américaines. Elles avaient acheté des livres en Espagnol, et apprenaient comment dire Gracias ! Je ne peux m'empêcher de penser que tout est relatif, et que tout peut nous aider dans une certaine mesure, même une visite incommodante et inutile de Bush. Peut-être que ces filles deviendront un jour des politiciennes américaines.

Renata Avila

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site