Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte: Des blogueurs parmi les manifestants arrêtés

Tout recommence et peut recommencer sur une échelle plus importante le lundi 26 mars tandis qu’un nombre grandissant d’Egyptiens menacent de descendre dans la rue pour protester contre le projet d’ amendements de la constitution.

Les amendements qui devraient être votés ce lundi par référendum ont pour objectifs –selon les mots du blogueur Ala’a Abdelfattah[Arabe] « d’assurer le maintien de la dictature dans ce pays, la succession héréditaire et l’abolition du contrôle judiciaire des élections ».

« La police a pris d’assaut aujourd’hui (dimanche) la manifestation du Kefaya contre Moubarak, a arrêté plus de vingt manifestants. Le centre ville, une fois de plus (et encore et encore) est bouclé depuis ce matin par les forces de sécurité de Moubarak, par des agents de sécurité en civil, et par des bataillons de gros bras en civil que le Ministère de l’intérieur utilise pour maintenir « la paix et l’ordre » » écrit le blogueur et journaliste Hossam El Hamalawy sur son blog personnel [En].

Parmi les personnes arrêtées se trouvent naturellement plusieurs blogueurs, qui, en Egypte, comme dans beaucoup de pays du tiers-monde, sont à la fois chroniqueurs en ligne, opposants et activistes politiques. Hamalawy, qui a été emprisonné brièvement, nous fait partager la manifestation, dont le scénario est maintenant familier.

“Quand des groupes ont commencé à s’assembler sur la place Tarir, les forces de police les ont immédiatement encerclés et bousculés , en essayant de convaincre les manifestants d’aller au syndicat de la presse.

Quelques uns, dont moi, ont vu qu’il était inutile de rester sur la place Tarir, où la présence policière était écrasante, et nous avons commencé à nous diriger en groupe vers la place Talaat Harb, où l’on nous avait dit que la sécurité n’était pas aussi présente.

Nous nous sommes dirigés lentement dans la rue Tallatt Harb, en étant poussés bien entendu par les forces de sécurité, et suivis par un bataillon de gros bras en civil . Mais nous nous sommes arrêtés en apprenant que le blogueur GemyHood [En]et Asad
[Arabe] venaient d’être enlevés par la police sur la place Tarir“ explique-t-il.

« Quelques minutes plus tard, nous avons entendu des chants venant de derrière, du début de la rue Talaat Harb “A bas, à bas Hosni Moubarak!”. La manifestation a continué pendant cinq minutes avant que les forces de sécurité interviennent et enlèvent Malek Mustafa. Les forces militaires spéciales (CSF) étaient également mobilisées, et nous nous sommes retrouvés encerclés à la fois par les gros bras en civil et les soldats du CSF. Parmi nous se trouvaient des reporters égyptiens ou étrangers. Des agents de sécurité on agressé et confisqué l’appareil photo deTara Tadross, de Reuters et d’Alexandra Sandels, du journal Daily Star Egypt. L’appareil de Alexandra lui a été restitué plus tard, mais sans la carte mémoire qui contenait les photos des assauts contre la manifestation”.

Sur le blog GemyHood on peut lire une phrase probablement mise en ligne très vite par un ami, qui annonce son arrestation.

“Gemy a été enlevé à 18h00 sur la place Tarir avant manifestation par poussée des services d’ordre, et il a été ensuite amené dans une voiture de police et nous ne savons pas exactement où il est ».

Pendant ce temps, Abdelfattah, qui a lui aussi été brièvement détenu, a mis en ligne un billet qui détaille les arrestations et les remises en liberté.

Voici un extrait de son billet:

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: kareem el sha’er et adham sont arrêtés aussi, shymaa hasabo a été libéré
Sun, 2007/03/25 – 20:31

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: hossam el hamalawy est libre
Sun, 2007/03/25 – 20:31

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: la sécurité a confisqué l’appareil photo du photographe de Reuter tara taudros
Sun, 2007/03/25 – 20:31

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: les manifestants ont décidé de faire un sit-in devant le syndicat de la presse maintenant.
Sun, 2007/03/25 – 20:28

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: ahmad drouby et ahmad abdul gawwad ont été arrêtés, sarah abdul galeel a été libérée, police attaque l’immeuble du parti el ghad et
Sun, 2007/03/25 – 20:05

Alaa Abd El Fattah: waelabbas: police confisque l’appareil photo de la journaliste du hirald tribune alexandra sandels
Sun, 2007/03/25 – 20:04

Alaa Abd El Fattah: Détenus dans quatre voitures devant une prison de route autostrad
Sun, 2007/03/25 – 19:50

Dans un mail adressé à Global Voices , la journaliste Alexandra Sandels, qui couvrait cette manifestation, écrit:

« J’ai vu plusieurs activistes agressés et battus. L’activiste Salma Said, qui a 20 ans, a reçu des coups dans l’estomac. Quand la foule s’est dirigée vers Talaat Harb depuis la place Tarir, la sécurité d’état et des officiers en civil ont encerclé un large groupe dont je faisais partie ainsi que quelques journalistes locaux et étrangers.
Je me suis aussi retrouvée prisonnière de la bousculade , avec des gens autour de moi qui pleuraient et paniquaient. J’ai été coincée et maintenue de force par la sécurité et on a interdit aux journalistes de sortir. La sécurité a confisqué mon appareil et celui de Tara, de Reuter. J’ai récupéré mon appareil et celui de Tara plus tard, mais la puce avec les photos de la manifestation, bien entendu, n’était plus là. Après un certain temps, la sécurité a apparemment décidé de laisser les étrangers sortir du groupe qui était encerclé. Nous avons été escortés par des gardes en civil, ce qui restait du rassemblement (c’est à dire, les activistes égyptiens et les journalistes) ont été bousculés et brutalisés. J’ai vu plusieurs jeunes filles dans la foule avant d’être escortée à l’extérieur. Beaucoup de militants ont alors été poussés dans des bus militaires qui on démarré immédiatement. Nous ne savons toujours pas exactement où ils sont».

Etant donné qu’il est difficile de faire le décompte de combien de blogueurs égyptiens ont été arrêtés et relâchés pour avoir pris part à la manifestation, je pense que nous allons devoir attendre que le calme revienne au Caire et que les autorités décident qui elles veulent garder derrière les barreaux et qui elles vont renvoyer chez eux, avant de faire un décompte final.

Cela ne s’arrêtera pas. Restez en ligne pour plus d’action demain [lundi]

Amira Al Husseini

Plus d informations sur les blogueurs égyptiens arrêtés dans cet article.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site