Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Iran: Le monde médical connecté et les réflexions de Norouz

Les blogueurs iraniens offrent des informations, partagent des opinions, et débattent de différentes questions avec leurs photos, illustrations, et écrits. Mais ce n’est pas tout. De temps en temps, ils lancent un projet pour rendre le monde meilleur. Paris Marashi, une vidéo-blogeuse irano-américaine annonce le lancement d’un projet qui a pour objectif de rapprocher les professionnels iraniens du monde médical de leurs collègues autour du monde. Sur le blog Sounds Iranian [En], Paris décrit son projet, Iran Medical Research Connect, comme un portail communautaire sur Internet qui mettra en contact les professionnels du monde médical d’Iran et d’ailleurs.

L’objectif, écrit-elle, est d’aider les formateurs, les professionnels et les chercheurs, à partager leurs articles, à être informés des projets et événements, et de relier les Iraniens et les non-Iraniens travaillant dans les professions médicales, dans le monde entier.

« C’est un test d'application pour les utilisateurs, que j’ai développé car un certain nombre de docteurs et chercheurs que je connais dans le secteur médical travaillent avec l’Iran, et étaient intéressés par un espace où se rencontrer, où échanger des informations et des idées. Je veux voir comment différents outils peuvent faciliter les projets d’échanges inter-culturels. Vous pourrez en lire plus sur mes réflexions au fur et à mesure que je les mets à jour sur le site de ma thèse ».

L’idée de Paris, construire un pont, devient d’autant plus précieuse de la crise nucléaire iranienne entraîne une isolation grandissante de l’Iran au sein de la communauté internationale.

Travailleurs en souffrance et économie en suspens

Les Iraniens célèbrent Norouz – le Nouvel An – lors du premier jour du printemps. De nombreux blogueurs ont profité du changement de saison pour faire le bilan de l’année écoulée et débattre des difficultés rencontrées, dont les conséquences de la crise nucléaire.

Kargar [Farsi] (”Travailleur”) écrit que les fêtes de Norouz cette année, comme les années précédentes, ne sont pas une occasion de se réjouir pour les travailleurs. Le blogueur ajoute que les travailleurs sont maintenant soumis aux pires pressions d’un état capitaliste et que leurs enfants attendent désespérément des étrennes qui ne sont pas dans les moyens de la plupart des parents de la classe moyenne. Kargar nous rappelle aussi que plusieurs professeurs, qui ont manifesté pour une augmentation de salaire en mars, sont toujours en prison. Il prédit que les travailleurs peuvent s’attendre à une année où leur vie qutodienne sera difficile, mais qui ouvrira aussi un nouveau chapitre dans leur lutte pour leurs droits de travailleurs.

Ali Mazroi [Farsi], un politicien réformiste, ex-député au parlement, écrit que la politique nucléaire iranienne a mis l’économie du pays au point mort.

« Si nous considérons l’année écoulée, nous pouvons dire qu’elle a été très dure pour la majorité des Iraniens. Je dis la plupart des Iraniens car une minorité veut l’énergie nucléaire à n’importe quel prix, et pour eux, cela est plus important que la vie quotidienne. La plupart de ces personnes sont au pouvoir et n’ont pas besoin de se préoccuper de leur pain quotidien. Elles tentent de démontrer que tous les Iraniens soutiennent « l’énergie nucléaire comme notre droit inaliénable », et pour cette raison, répriment toute autre revendication des Iraniens ».

Il ajoute que le gouvernement a échoué à améliorer la vie quotidienne des Iraniens, surtout celle des plus défavorisés. Il conclut que le seul changement positif de l’année écoulée est venu des candidats aux élections locales soutenues par le gouvernement

Jomhour [Fa] dit que cette année peut être une année de paix et de non-violence pour les Iraniens. « Nous pouvons déclarer que nous nous opposons à toutes les guerres et essayer de vivre en paix avec les autres pays ».

La nature souffre

Animal [Fa] ajoute sa propre analyse de l’année écoulée, en avançant que l’environnement et la nature ont été ignorés par le gouvernement. Selon ce blogueur, durant le mandat de Khatami, l’environnement était toujours la seconde ou troisième priorité du gouvernement. Actuellement, la politique environnementale est descendue à la quinzème place, voire à la vingtième, sur l’agenda de Ahmadinejad.Le blogueur affirme que la destruction des parcs naturels et forêts, la pollution dans les grandes villes et dans les rivières, et le manque d’attention aux espèces en voie de disparition, comptent parmi les plus grands problèmes environnementaux de l’Iran.

L’art de vivre iranien

Iranian testament [En], le blog d'un journaliste, cherche une explication au bonheur des Iranien.

« Félicitations à tout le monde! Ce sont les vacances du Nouvel An, ici en Iran. Tout le monde est heureux. Le seul problème est que personne ne sait pourquoi il ou elle devrait être heureux ! Le prix de l’essence va doubler l’année prochaine, et les économistes prédisent une année rude pour les Iraniens. D’un autre côté, les Nations Unies ont décidé (à la majorité des votants) de durcir les sanctions contre l’Iran. Le nombre de touristes en Iran a chuté a cause de l’insécurité (ou à cause de la réputation d’insécurité) de la région. Les bonnes nouvelles continuent. Les éditeurs ont décidé de boycotter la foire internationale du livre de Téhéran (qui a toujours lieu en mai) en signe de protestation contre la politique culturelle de Ahmadinejad. L’année qui vient sera pleine de troubles politiques, de souffrances économiques et de difficultés pour la culture. Mais pourquoi personne ne s’en préoccupe-t-il? Voilà l’art de vivre iranien! Chanter pour ne pas écouter. Rire pour cacher ses larmes. Acheter pour oublier ses malheurs. C’est la manière de faire iranienne. Je vais devoir m’y adapter si je veux survivre ».

Hamid Tehrani

1 commentaire

  • Je me sens presque iranienne a vous entendre car dans mon pays Haiti, nous vivons une situation similaire sur beaucoup de points et nous aussi nous faisons comme vous, pour survivre avec en plus le carnaval, le rara et tout ce qui nous tombe sous la main, comme l’humour caustique pour illustrer la vie nationale ou les bevues gouvernementales.

    je partage vos peines, vos interrogations et je vous offre l’espoir que je garde au fond de mon coeur comme un mervilleux arc-en-ciel

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site