Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Nous avons du Whiskey, Mais Où est passée la Viande?

Carnicería par Luis Carlos DiazLe Venezuela est l'un des principaux exportateurs de pétrole du monde. Néanmoins, le pétrole n'est pas comestible et, lamentablement, l'industrie alimentaire nationale Vénézuélienne ne peut pas nourrir sa population. Ainsi le Venezuela est, depuis que son économie a cessé d’avoir une concentration agricole au début du 20ème siècle, un pays qui importe presque tout qu'il consomme, excepté quelques industries internes produisant des nécessités de base.

Le manque de compréhension de la façon dont ces canaux commerciaux fonctionnent signifie que périodiquement les citoyens font face à une pénurie de quelques produits. À compter de 2006, les étagères des marchés et supermarchés vénézuéliens ont été de façon saisonnière vidées des choses comme le café, le sucre, le lait, le poulet, le boeuf, le porc, le fromage, les sardines, l’huile, les haricots, les caraotas (haricots noirs, la base de notre plat typique), et le riz, entre autres. D'autres produits tels que les pièces de rechange de véhicules ou des médicaments sont également à peine disponibles, comme Mario Concha l’indique dans son article Anorexie Révolutionnaire.

En ce moment, le paradoxe “d'un pays riche” sans production interne de produits alimentaires de base est accentué par l'augmentation de la consommation du whiskey. Le Whiskey Ecossais est disponible, et dans un tour des magasins de vins et spiritueux de la capitale, les vendeurs disent avoir enregistré des ventes plus élevées des articles de luxe.

Le problème de ne pas trouver quelque chose d’aussi fondamentale que le sucre, a été relaté dans la blogosphère Vénézuélienne des mois de cela par Consuelo, qui blogue au sujet d'un café qu’il a conservé pendant un certain temps.

Señores NO HAY azúcar y como es eso? … hace poco lei en el blog de takeshi su problema con el azúcar y yo recordé el mío con las caraotas y recuerdo haber mencionado que por doquier en Barquisimeto hay cañaverales…ujum pero ahora no hay azucar…

Messieurs, Il N Y A PAS DE sucre, Qu’en pensez-vous? … récemment le blog du chef Takeshi a exposé sa difficulté de trouver du sucre ; quand je l’ai lu, j'ai pensé à la pénurie d’haricots noirs à laquelle je suis confronté. J'ai mentionné que partout dans Barquisimeto il y a de plantations de sucre…, hmmmmm, mais maintenant il n'y a pas de sucre…

Une crise plus grave est survenue avec la rareté du boeuf. C'était un problème qui était à la une des journaux et des conversations de rues, parce qu'il affecte directement les consommateurs et des milliers de marchés de viande à travers le pays. Les déclarations officielles du ministre qui a nié ce manque de produits alimentaires, ont été satirisées par RomRod dans un bref billet [ES] :

No hay desabastecimiento. Tampoco hay carne, ni pollo, ni azúcar. Y leche de vez en cuando.

Il n'y a aucune pénurie. Ni de viande, ni de poulet, ni de sucre. Et seulement de lait de temps en temps.

Les mesures officielles du gouvernement visaient à réguler les prix de quelques produits, une action considérée par Yosmary comme “justice sociale pour tous les Vénézuéliens.” On a pensé alors que la cause de la rareté des produits alimentaires de base était due au combat pour contrôler les prix et, aussi, parce qu'il a causé des pertes économiques à la classe d'affaires. Cela a été vu en tant que monopolisation et spéculation par les capitaux de production du pays.

Afin d’en finir avec la situation d’alors, le gouvernement a annoncé deux politiques simultanément : que les communautés organisées contrôlent les vendeurs de sorte qu’ils respectent les prix stipulés, et d’amender, d’exproprier, ou de fermer les marchés de la viande avant qu’eux-mêmes, en fonctionnant à perte, ferment. Ainsi, le pays avance vers un processus de nationalisation de l'industrie de viande. Le prêtre Arturo Peraza dénonça dans son blog de paroisse la notion que la population générale devrait servir comme “police sociale” de leurs propres voisins, ou, dans ce cas-ci, des détaillants locaux.

La lectura del decreto ley contra el acaparamiento genera la sensación de que la sociedad civil se ha vuelto enemiga del Estado y éste le ha declarado la guerra. Tal sociedad civil no son los grandes propietarios del capital, sino el bodeguero, los dueños de camioncitos, los carniceros, los pescadores, los agricultores, etc.

La lecture du décret légal contre la monopolisation donne l’impression que la société civile est devenue un ennemi de l'Etat et qu’ils se sont déclarés la guerre. Une telle société civile ne comprend pas que les grands propriétaires de la capitale, mais également le propriétaire local d'un magasin de vin, des propriétaires de taxi, les bouchers, les pêcheurs, les agronomes, etc…

L’ “annonce de persécution” a également causé le malaise au sein de l'association de garde du voisinage “Radar de los Barrios”, qui a déclaré aux communautés qu'elle n’est pas faite “pour faire le travail sale du Gouvernement [ES].”

L'acte de demander à la communauté de dénoncer les propriétaires de magasin et de troubler les rues a été décrié, avec humour, par Jeanfreddy qui nous rappelle que beaucoup de détaillants sont nés à l'étranger. Une caractéristique vénézuélienne est de transformer toute information en plaisanterie, mais cela peut rapidement devenir persécution de classe avec des éléments de xénophobie. Si avant les gens se plaignaient aux propriétaires de magasin en disant, “vous ne savez pas avec qui vous avez affaire, vous ne savez pas qui je suis. Je vais fermer ce joint, M. Portugais. Je connais le propriétaire de ce bâtiment et je vais lui demander de vous chasser, “Jeanfreddy écrit sur son blog irresponsabilité que :

Ahora se dirá boina roja en mano: te voy a echar paja con el Consejo Comunal, portu coño e tu madre!”

Maintenant un certain Chavista, béret rouge en main, dira : “je vais partager quelques potins à votre sujet au Conseil communal, vous filsdep**** portugais.”

Ceci perturbe les marchés de la viande ainsi que la chaîne de production derrière eux, et continue de produire du chaos quant à la consommation de viande. Il y a également eu des problèmes dans d'autres secteurs comme la volaille, dont “la disparition” des supermarchés a capté à nouveau l'attention de RomRod.

¿Es que se los llevó alguna nave extraterrestre? ¿o llegó la gripe aviar y nadie nos dijo? ¿o es una víctima más de aquella famosa ley que dice “si no es negocio no lo vendo”? A buena hora se me ocurrió a mí hacer dieta con pechuguita a la plancha.

Est-ce qu'un certain bateau d’extraterrestres les a enlevés ? Ou la grippe aviaire est-elle dans nos murs sans que personne nous le dise ? Ou est-ce une victime de plus de cette célèbre loi qui indique “si ce n'est pas des affaires je ne le vends pas” ? Je devine que j'étais un peu trop en retard en décidant de commencer un régime de poulet grillé.

Apparemment, l'esprit vénézuélien en période de crise est de recourir à l’humour. Pour ceux qui soutiennent le gouvernement, il y a également l'utilisation de l'humour en parlant de la rareté de nourriture. Un des indicateurs économiques, comme déjà noté ci-dessus, a été l'augmentation de la consommation. Au cours de la dernière année ils n’ont pas pu satisfaire la demande d’automobiles en raison de la forte demande, et la même chose s’est produite dans d'autres secteurs des articles de luxe, où le consommateurisme a causé des raretés de produits. Consommation, dans un pays qui est accusé par l'extérieur de communisme rampant.

En décembre dernier, Luigino avait mis en garde contre : “le communisme Castriste qui avance dans toutes ses formes et couleurs. Nous avons parlé hier de la façon dont les stocks des concessionnaires de véhicule ont été épuisés, probablement en raison du nombre record de nouveaux achats d'automobile dans notre pays. Aujourd'hui, c'est le téléphone cellulaire qui est difficile à trouver.” Son billet est accompagné d’une vidéo YouTube de la télévision nationale Vénézuélienne dans lequel un groupe de comédiens Chavista ridiculisent la rareté d'article de luxe. Puisque aujourd'hui nous manquons toujours de la viande, et que le sucre et les haricots noirs sont obtenus sur le marché noir.

Il n’y a encore aucune réponse, et la conversation numérique continue. Peut-être, comme un autre blogueur l’a mentionné dans la conversation informelle, la rareté de nourriture aidera avec les régimes stricts dans un pays obsédé par la beauté.

Traduit de l’espagnol par David Sasaki

Luis Carlos Diaz

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site