Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Russie: Plus de réactions à la mort de Yeltsin

Tandis que le billet précédent reflétait en partie les pensées des blogueurs russes de la vie et de la mort de Boris Yeltsin, celui-ci a à voir avec les réactions des observateurs principalement non-russes, bloguant en anglais.

Rubashov de Darkness at Noon basé à Moscou blogue au sujet de la peine de sa famille d’accueil russe:

[…]L'humeur est lourde dans mon appartement en ce moment – comme je l'ai noté avant, mes parents d’accueil sont parmi les dévoués fidèles qui restent des vieux démocrates. Ils l’ont accompagné à la Maison Blanche en août 1991 et en dépit de ses nombreux défauts, crurent en lui jusqu’à la fin. Nous venons juste de lever nos verres à la mémoire de Yeltsin, mais il est évident que le shot de vodka fasse peu pour atténuer la douleur. C’est intéressant, naturellement, puisque peu de Russes penseraient à Yeltsin avec tant d’égard. […]

Rubashov poste aussi une Ode à Yeltsin, mettant l’emphase sur la nature ambiguë du legs de l’ex-président:

En août 1991, vous leur avez prouvé que l'Etat devait répondre au Peuple, qu'il pouvait être vaincu. Vous leur avez prouvé que la démocratie valait la peine de combattre pour elle parce qu'elle pouvait être gagnée.

En octobre 1993 vous leur avez prouvé que parfois il était CORRECT d'utiliser la main de fer pour sauver la “démocratie.” Mais qu’est-ce que cela enseignera à vos successeurs qui ont leurs propres idéologies (et puissance) à sauvegarder ?

En juillet 1996 vous leur avez prouvé qu'il était possible de gagner une élection à n'importe quel coût, même si cela causait cette élection de faillir à l'idéal démocratique pour lequel vous aviez lutté par le passé. Puisque l'alternative – un retour au communisme – était trop horrifiant à contempler. Et ainsi, au nom de la démocratie, la démocratie était sapée. […]

Sean Guillory de Sean’s Russia Blog fait la liste des choses pour lesquelles on se souviendra de Yeltsin . En voici une:

[…]On se souviendra de Yeltsin pour introduire le monde de Vladimir Putin. Une figure pratiquement inconnue en 1999 quand il devint Premier Ministre, Putin était originellement vu dans les cercles oligarchiques russes comme un bureaucrate docile qui régnerait en leur nom. Il ne l'était pas et ce à quoi la Russie ressemble aujourd'hui est en grande partie le résultat des efforts de Putin d'apprivoiser l'oligarchie. En ce sens, la Russie d’aujourd’hui est en partie assise sur les jambes de Yeltsin. […]

Dans un commentaire au billet de Sean, Heribert Schindler Rossijskaja Federazija offre une perspective allemande du legs de Yeltsin :

[…]En Allemagne on se souviendra de lui surtout pour un fait particulier, le retrait “du Groupe Occidental des Troupes”, les troupes russes restantes en Allemagne après la seconde guerre mondiale.

Le retrait des troupes était l'un des plus grands transferts de troupe en périodes de paix dans l'histoire militaire. En dépit des difficultés, qui ont résulté de la dissolution de l'Union Soviétique dans la même période, ce retrait a été effectué selon les prévisions et ponctuellement jusqu'en août 1994. […]

Giustino de Itching for Eestimaa basé en Estonie félicite Yeltsin pour avoir mis un terme à l’occupation soviétique des états baltiques:

[…]Mais avant tout, il était intelligent d’identifier et de corriger l'erreur de Stalin d'occuper les Baltiques en 1940 et de retirer l'armée russe des pays qui ne constituaient pas et qui ne constituent toujours aucune menace pour la Russie. Il peut avoir été un ivrogne maladroit, mais, en terme des Baltiques, il n'a pas laissé la fierté nationaliste interférer avec les bonnes décisions qui ont été finalement salutaires pour la Russie.

Selon the beatroot, il semble que beaucoup de Polonais garderont des souvenirs positifs de Yeltsin, aussi, et voici pourquoi:

[…]Yeltsin, premier président élu, retraité à la veille du nouvel an, 1999, sans aucun appui du tout. Le russe moyen le détestait et le dédaignait. Internationalement, il était vu comme une plaisanterie – chancelant, titubant autour du globe, ne se présentant pas souvent pour des réunions avec des chefs d'Etat, parce qu'il avait bu juste un peu trop (de bouteilles de) vodkas.

Parlez –en aux Polonais, néanmoins, et la plupart se souviennent avec nostalgie des années de Yeltsin. Il a mis fin au communisme, après tout. Et ils ont probablement tout à fait aimé le fait que la Russie soit devenue de plus en plus faible, et si faible qu’elle ne constituait plus une menace pour la nouvelle Pologne ex-communiste. […]

The Ruminator de Ruminations on Russia écrit, entre autres choses, au sujet de Moscou au début du second mandat de Yeltsin:

[…]Si vous pouvez vous rappeler Moscou après les élections de 1997, vous n'étiez pas là. […]

Copydude écrit sur la façon dont l’ère de Yeltsin a joué en faveur de “l’industrie Russe des jeunes mariées”:

[…]Il a non seulement présidé sur la fuite des capitaux mais aussi sur la fuite des femelles. La fin des années 90 a vu l’age d’or de l'exode russe des jeunes mariées quand les chiffres ont doublé d’année en année. Bien, comme si tout l'argent en Russie était blanchi à l’étranger, il n'y avait pas assez pour garder les filles à la maison. […]

Nosemonkey/Europhobia poste deux vidéos de Yeltsin en train de s’amuser et écrit:

[…]Ouais – Yeltsin était le chef parfait pour la Russie : ivre, un peu stupide, fortement imprévisible, presque certainement extrêmement dangereux, et pratiquement impossible de comprendre. Juste comme la Russie elle-même. […]

Pour Robert Mayer de Publius Pundit, la mort de Yeltsin “semble non pertinent” – mais il écrit sur l’homme de toute façon:

[…]Sincèrement, on peut seulement deviner ce que les gens se rappelleront de lui. La première chose à laquelle je pense est la vodka, mais c'est parce qu'il ne m'a pas affecté beaucoup. […]

Near|Abroad poste un sommaire complet des réponses de media et de blogs; Robert Amsterdam résume les “chroniques nécrologiques et réflexions que divers rédacteurs de journal avaient gardées dans leurs tiroirs;” et Eternal Remont cite trois “emails envoyés à CNN aujourd’hui.”

Veronica Khokhlova

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site