Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Travailler au Qatar

Comme plusieurs Etats du Golfe, le Qatar dépend fortement de la main d'oeuvre expatriée étrangère pour l’aider à alimenter sa croissance. Démographiquement, les Qatari composent moins de 25% des 800.000 personnes vivant dans le pays, avec le reste de la population—environ 600.000 personnes—constitué principalement d’expatriés ou d’enfants. Avec un revenu per capita rapporté de $62,914 au Qatar, le pays se porte bien. Les expatriés professionnels négocient habituellement des salaires sains libres d'impôts tandis que beaucoup de travailleurs non qualifiés gagnent assez pour envoyer à leurs familles. Malheureusement, un grand nombre de travailleurs étrangers connaissent une situation difficile. Du non-paiement à l'abandon, le bourbier des droits de ces travailleurs est un sujet qui a fait le tour de la Blogosphère qatari.

Marjorie a blogué précédemment sur le système de patronage qui régit les expatriés en visitant un abri pour ouvriers isolés :

Les ouvriers isolés sont des ouvriers dont les commanditaires (c.-à-d., employeurs) les ont abandonnés d'une manière ou d'une autre. Pour ceux de nous qui sont des expatriés au Qatar, nos employeurs jouent un rôle beaucoup plus grand dans nos vies qu'ils joueraient aux Etats-Unis. Votre employeur n'est pas simplement la personne qui vous embauche et vous paye ; ils fournissent également votre logement et probablement votre nourriture et, d'une manière primordiale, ils sont votre porte d’accès aux services de gouvernement. Quand vous venez d’arriver au Qatar, c'est votre commanditaire qui vous obtient un valide visa et permis de résidence ; quand vous partez, c'est votre commanditaire qui vous obtient un visa de sortie et un billet d’avion pour rentrer chez vous. Ainsi les ouvriers qui sont abandonnés par leurs employeurs ne sont pas que des chômeurs; ils deviennent également des immigrés illégaux. Ils ne peuvent pas légalement obtenir de nouveaux travaux, et techniquement ne devraient pas être toujours dans le pays. Cependant, même s’ils veulent partir, ils ne peuvent pas obtenir un visa de sortie, encore moins auraient-ils les moyens de prendre l’avion pour chez eux!

Cette semaine elle jubilait alors qu’elle bloguait au sujet d'un récent Colloque de Travailleurs Migrants qui est tenu dans le Golfe depuis que

… la question du patronage a été soulevée, avec un koweitien argumentant que le gouvernement, plutôt que les compagnies ou les individus, doivent commanditer les travailleurs migrants. Je pense que le système courant de patronage est responsable en grande partie de l'injustice contre les travailleurs migrants au Qatar, ainsi cela était intéressant à entendre.

En attendant, Cornellian, une étudiante en médecine au Qatar, partage sa première expérience sur le tas dans un Camp Médical qui était tenu pour fournir des examens médicaux de base et l'éducation sanitaire aux travailleurs étrangers. Elle l'a appelé une “reprise de contact avec la réalité” car elle ne s'était jamais occupée de travailleurs manuels au Qatar :

Je suis allée à ma cabine et ai attendu que les personnes s’approchent pour que je commence à expliquer les choses. Lentement les gens ont commencé à s'approcher et ma première pensée était “Oh diantre!”. Je sais que c’était cruel de ma part, mais je veux dire après avoir vécu au Qatar pendant si longtemps, vous tendez à éviter des ouvriers de classes populaires. Mais je devais leur faire face si je voulais être un docteur approprié, ma mission était d’aider les gens indépendamment de qui ils étaient. C’est ce que j’ai fait.

Pendant que je commençais à parler à plus de personnes, ils ont commencé à me raconter leurs douleurs, demandant conseil, parlant de Qatar, leur vie ici, leur famille, et lentement j’ai commencé à apprendre davantage à leur sujet. Et alors cela m'a frappé…

Ils n'étaient pas que des ouvriers. Ils étaient des papas, des fils, et des frères. Ils font face à des problèmes journaliers, ils font face à une vie que je ne pourrais jamais m’imaginer vivre. Ils font face à l'abus et la pauvreté, cela je ne pourrais jamais le supporter. D'une manière primordiale, ils voulaient apprendre. J’ai senti comme s’ils s'accrochaient à mes mots, écoutant attentivement, posant des questions, voulant savoir plus. J’étais stupéfiée.

La prochaine fois que vous marchez dans la rue et voyez un groupe d'ouvriers, ou conduisez et voyez un autobus rempli d'eux. Ne les regardez pas simplement comme un groupe d'ouvriers mais regardez-les comme des individus qui ont beaucoup enduré et qui combattent pour leur survie chaque jour. Ces personnes sont beaucoup plus courageuses que je serai jamais.

Vicente de Camels and Roundabouts raconte l'histoire d’avoir à embaucher de l'aide domestique. Il couvre quelques questions importantes. Premièrement, le rejet continuel de l'application de son épouse puisque le système n'est pas fait pour avoir affaire avec des femmes en tant que “commanditaire” (par opposition à son mari). Il contraste ceci avec les collègues masculins de son épouse qui n'ont eu aucun problème en faisant exactement la même chose.

En second lieu, il explique pourquoi obtenir l'aide domestique n'est pas utile qu’à la famille – mais à la personne qu’ils emploient puisque :

… d'une manière primordiale, nous avions besoin de l'aide de Donna dans l'intérêt de Donna elle-même. Elle est réellement la première cousine de Carol. Il y a Dix ans, quand Donna était en sa troisième année de thérapie BS à FEU, son père travaillant en Arabie Saoudite a été intentionnellement écrasé par une voiture filant à vive allure. Il traversait une rue et a signalé à une voiture approchante de ralentir. Selon des témoins, le conducteur avait sans soute mal interprété le signal de main comme un mauvais signe et l’avait délibérément frappé. Au début, seulement le miroir latéral a frappé le père de Donna. Il pourrait avoir survécu. Mais, la voiture est revenue et l’a écrasé, le tuant sur le coup. Aucune charge n’a été retenue contre le conducteur riche parce que personne ne voulait témoigner. Le meurtre a brisé le rêve de Donna de finir à jamais son éducation. Puis, l'année dernière, sa mère est également morte après un long combat avec le cancer du sein. Depuis la mort de son père, Donna a arrêté d’étudier et a essayé d'aider la famille en faisant des petits boulots de toute sorte. Avant de venir ici elle travaillait dans une pharmacie chez Pampanga de 7AM à 7 P.M., six jours par semaine, avec un salaire mensuel de US$50.

[maintenant] Donna se débrouille très bien. Son salaire mensuel net de US$600 est en grande partie épargnée. Elle peut maintenant planifier pour l'avenir.

Mohamed Nanabhay

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site