Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bangladesh: “Libérez le journaliste et blogueur Tasneem Khalil”

Le blogueur et journaliste bangladais Tasneem Khalil a été arrêté par les forces de securité ce soir [10 mai 2007]. Un de ses collègues, lui aussi blogueur réputé, a communiqué l’information en demandant à conserver l’anonymat. Ils craignent de s’exprimer. Son lieu de détention est actuellement inconnu.

Tasneem Khalil (26 ans ) écrit pour le Daily Star, un quotidien très lu au Bangladesh. Il est aussi le correspondant de CNN et de l’organisation Human Rights Watch au Bangladesh. Ses articles récents relataient les meurtres commis par les forces de sécurité bangladaises et d’autres atteintes aux droits de l’Homme . Depuis la déclaration de l’état d’urgence, le 11 janvier, il est évident que l’armée est derrière le gouvernement interim du Bangladesh. L’état d’urgence mis en place restreint les droits civiques, ce qui donne la possibilité au pouvoir en place d’arrêter n’importe quel citoyen sans motifs. Tasneem a été convoqué pour un interrogatoire par les services secrets de l’armée la semaine dernière. Human Rights Watch a publié un communiqué demandant sa libération immédiate .

Le blogueur Mash de Or How I Learned to Stop Worrying[En] écrit:

Apparemment, le crime de Mr Khalil est d’avoir fait son travail. Il a rapporté avec honnêteté la situation actuelle au Bangladesh. Il a été interviewé par Nora Boustany du Washington Post le mois dernier – cet interview lui a peut-être coûté la liberté et peut-être même la vie.

Le blog Unheard Voices: Drishtipat group Blog appelle à la mobilisation:

S’il vous plaît, montrez votre indignation contre cette tentative éhontée de supprimer la liberté d’expression. IL FAUT QUE CELA S’ ARRETE !!

Ce blog évoque aussi les raisons pour lesquelles Tasneem a pu été arrêté. Il publie un article censuré de Tasneem, qui n’a jamais été publié. Il contient des mots durs :

Tarique Rahman (fils de l’ex-premier ministre Khaleda Zia) a été l’un des sponsors cruciaux de l'activisme politique de droite au Bangladesh, même si c’est une des informations les moins divulguées des cinq dernières années. Alors que nous sommes témoins d’histoires sur comment lui et ses complices ont utilisé l’argent public et leurs responsabilités politiques pour engraisser leur portefeuille, il semble y avoir une conspiration du silence sur son rôle en tant qu’émir du Jihad [islamiste] au Bangladesh. L’histoire de l’activisme au Bangladesh n’est pas complète sans les détails de l’implication de Tarique, c’est une réalité que nous devons affronter avant qu’il ne soit trop tard, et c’est vers la prison centrale de Dhaka que nous devons chercher les réponses que seul le « Prince de Bogra » [surnom de Tarique Rahman] peut nous livrer.

Zafa, du blog Keep me honest [En] écrit:

Le gouvernement est allé trop loin !

Salam Dhaka [En] rapporte que le Washington post publiera un article demain sur cette situation.

Serious Golmal[En] est inquiet du tour que prend la situation.

L’emprisonnement de journalistes et les médias muselés sont maintenant vus comme préludes à encore plus d’atteintes aux droits civiques et à encore plus d’impunité pour les meurtres commis par les forces de sécurité sur ceux qui étaient auparavant au pouvoir.

Sushanta de My Dear Bangladesh [En] fait une compilation des nombreuses réactions de blogueurs bangladais.

Unissons-nous pour exiger la libération de Tasneem Khalil.

Rezwan

Dernière heure: Tasneem Khalil a été libéré le 11 mai au soir après 22 heures de détention. Plus d'informations ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site