Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le tour de la blogosphère libyenne: Rock français à Tripoli et ambassade américaine dans un coffee-shop

Les relations franco-libyennes, surtout en matière de culture et d’éducation, n’ont jamais vraiment été rompues , même durant les années “dures” des sanctions. L’Institut culturel français, même si très discret, au centre ville de Tripoli, a poursuivi son travail depuis cette base, offrant des cours de langue et une bibliothèque depuis aussi longtemps que remonte ma mémoire.

L’auteur du blog Flying Birds [En], A. Adam, a récemment assisté à un festival de musique organisé par l’institut culturel français, qui a eu lieu dans la très belle école des arts islamiques.

“Cette année, ils ont fait venir le goupe Bikini Machine (electro-rock) et ce groupe prouve que le rock français existe encore. Leur musique est inspiré par la musique soul des années 60 et par la pop anglaise des années 90 mais avant tout, ils n’ont pas oublié de faire venir des groupes libyens pour jouer de la musique arabe”.

Ceci prouve qu’ils y a plus de chose qui rassemblent les gens qu’il n’y en a qui les séparent. Je me demande qui nous applaudirons la prochaine fois ?

Khadijateri [En] écrit sur son blog que l’ambassade américaine à Tripoli utilise le coffee shop dans l’hôtel où elle est située pour procéder aux entretiens avec les citoyens libyens nés aux Etats-Unis qui font la demande d’un passeport américain. .

Ils ne sont pas autorisés à entrer dans les locaux de l’ambassade au première étage, les formalités ont lieu à portée d’oreille de qui se trouve dans le coffee shop Corinthia. Ces lybiens-américains sont pour la plupart des jeunes hommes qui sont trop gênés pour faire des histoires car ils pensent que s’ils protestent, ils compromettent leurs chances d’avoir un passeport (auquel il peuvent prétendre légalement).

Ceci a ramené à la surface la question douloureuse des visas, qui sont toujours faits à Tunis.

Si l’on en croit le site de l'ambassade, le 31 mai 2006, les Etats-Unis d’Amérique et la Jamahiriya libyenne ont échangé des courriers diplomatiques pour confirmer que le bureau de liaison des USA à Tripoli était promu ambassade . Ceci signifie qu’il s’agit maintenant d’une ambassade de plein droit. Je finis par penser qu’ interroger des citoyens américains potentiels dans le coffee shop est une meilleure idée que dans les bureaux de l’ambassade , où ils auraient droit sans doute à moins de confidentialité encore.

Il y a deux problèmes : les candidats n’osent pas demander plus de confidentialité et ils pensent qu’ils ne sont pas autorisés à pénétrer dans l’ambassade. Personnellement, je n’ai encore jamais visité cet endroit mais je ne pense pas que les Américains avaient de mauvaises intentions à la base. C’est un bon signe de voir de jeunes Libyens prendre l’initiative pour obtenir leurs papiers et ils consultent même la blogueuse Khadijateri pour lui demander conseil sur comment communiquer avec le personnel de l’ambassade.

Fozia Mohamed

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site