Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Seul Blogue Scientifique de Serbie: Aidez-Nous à le Sauver!

Quel est le coût d'avoir et de maintenir un blogue scientifique? Que représente le blogging scientifique pour la communauté scientifique et l'enseignement dans un pays comme la Serbie, particulièrement après des années et des années de sanctions, de guerre et de problèmes politiques?

La Serbie est un pays en transition, et ces jours-ci la communauté scientifique semble se jeter dans l'autoroute scientifique mondiale ICT en employant de nouvelles technologies dans ses systèmes scientifiques et éducatifs. Un des postulats principaux de l'atelier de Belgrade de cette année à L'Atelier FP 7/ICT sur les sciences dans la société est que la technologie ne vaut rien sans utilisateurs, sans contenu et sans interaction. Si la Serbie veut faire partie de l'Europe en ligne, beaucoup de choses doivent changer, d'abord au niveau local et puis ensuite à bien plus grande échelle.

Mais certains représentants d'institutions serbes éducatives et scientifiques se foutent de l'alphabétisme en matière d'information, du partage de l'information ou du développement de nouveaux outils de la technologie de l'information — qui ironiquement sont pour la plus part des logiciels et plateformes accessibles qui ne coûtent rien. Un des profs de Belgrade Open School (BOS) déplore l'état actuel de la région: l'enseignement n'est ni valorisé, ni évalué.

Les blogues seraient des médias idéaux pour l'interaction, l'édition, la communication et la collaboration en sciences, capables d'exposer les exploits scientifiques Serbes, qui sont dans l'ombre ces derniers temps. Cependant en Serbie, il n'y a qu'un blogue scientifique institutionnel — le blogue de KoBSON, le Consortium Serbe de Coordination des Acquisitions de Bibliothèques, maintenu par le Centre pour l'Information Scientifique de la Bibliothèque Nationale de Serbie.

En plus d'être seul et unique en Serbie — et malgré ses efforts pour offrir à la communauté scientifique Serbe des exemples de plusieurs blogues en sciences, enseignement, pédagogie, recherche, formation de réseau, popularisation des sciences et activisme en ligne– le blogue KoBSON disparaîtra sans doute sous peu.

Bora Zivkovic, une blogueuse scientifique et la fondatrice de l'Initiative pour les Blogues Scientifiques, nous offre un rapport sur ce problème à ScienceBlogs.com:

Les scientifiques Serbes ont-ils besoin de leur propre blogue?
Pas qu'il faille de l'argent pour s'en procurer…
Pourtant le Consortium des Blibliothèques Scientifiques de Serbie est en train de contempler la fermeture de leur blogue KOBSON, un outil indispensable à la communication scientifique de la région.

Danica, que les lecteurs de ce blogue connaissent bien parce qu'elle est l'avocate principale de l'accessibilité des sciences et de la science du web 2.0 en Serbie, a mis beaucoup d'effort à construire l'infrastructure en ligne pour la communication scientifique Serbe, comme par exemple le blogue KOBSON et le wiki KOBSON, ainsi qu'à instruire, à prêcher à la communauté scientifique locale l'importance de la mise à jour avec le reste du monde après une décennie d'isolement et à embrasser pleinement les outils modernes de communication .”

Ci-dessous voir ce que d'autres blogueurs disent de la valeur du blogue KoBSON et du blogging scientifique en général.

Le journaliste et blogueur Ljubisa Bojic commente sur une version serbe du billet sur KoBSON. Il lui semble que les blogues sont un outil nécessaire aux universités comme à la communauté scientifique, parce qu'ils aident á “[l'échange] d'ídées entre scientifiques”:

J'utilise les services de KOBSON de temps à autres et je crois que les utilisateurs fréquents devraient commencer leurs propres blogues. Par conséquent, ce n'est pas seulement vous [s'adressant à KoBSON], mais aussi les profs d'université et étudiants qui pensent que votre page internet leur appartient et qui on besoin de partager leur points de vue et de parler de leurs propres recherches.

Un collègue de Croatie, Filologanoga, qui est un blogueur en éducation et en sciences, ajoute que la communication et l'interaction sont importants:

Il serait bon que les institutions en charge d'acquisition, de maintient et de partage de l'information communiquent avec les utilisateurs. Le seul problème est que pour ce genre de communication les deux parties sont nécessaires –du moins selon mon expérience– et qu'en sciences ce processus va parfois mal.

Tanja, qui fait de la recherche sur la communication virtuelle et les blogues, écrit:

Discussion excellente … Mon impression est que nous n'avons toujours pas un public suffisamment développé pour comprendre ce genre de problème. […] Et, bien sûr, ce ne sont pas que les blogues scientifiques dont nous avons besoin. :-)

Solana nous dit en Anglais:

Plus il y a de blogging scientifique, mieux c'est! Les connaissances devraient être accessibles à tous.

Que faire?

Bora Zivkovic suggère l'action directe et l'interaction:

Danica toute seule ne peut plus faire grand chose dans la conjoncture actuelle pour sauver le blogue KOBSON, mais peut-être que VOUS pouvez aider. Comment? Démontrons le pouvoir de Sciences 2.0 par l'exemple! Allez au blogue KOBSON et expliquez l'importance de cet outil dans la section commentaires de ce billet. Encore mieux, si vous parlez couramment une version de la langue Serbo-Croate, postez un commentaire sur la version Serbe du billet. Ensuite, postez un lien de cet appel à votre propre blogue et demandez à vos lecteurs de faire pareil.

Danica Radovanovic

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site