Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Soudan : Combattre le SIDA dans une ère “post-islamiste”

Le blogueur tunisien Zied Mhirsi, qui publie le blog zizou from Djerba, a commencé à travailler début juillet pour le programme de prévention du SIDA du Ministère soudanais de la santé, à Kartoum.

Mhirsi écrit que le Soudan, contrairement à ses voisins du nord, a évolué vers une ère post islamiste, caractérisée par une ouverture grandissante aux idées modernes.

Il en offre comme preuve une photographie d’une de ses collègues, le visage dissimulé par un Niqab, en train de lire un article universitaire sur les gays et les lesbiennes en Russie.

Ma collègue s’intéresse en effet aux populations vulnérables et plus spécialement aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Elle a même effectué une étude sur le sujet ou elle a interviewé (en Niqab) plus de 100 homosexuels soudanais des deux sexes.

Il n’y a pas mieux que l’exemple de cette fille pour parler de l’époque post- islamiste qui caractérise le Soudan. Contrairement a ses voisins arabes du nord ou la fascination pour l’islam politique ne fait qu’augmenter. Le Soudan est déjà passe par sa période islamiste. Cette période n’est jamais regrette et ne réveille chez les gens que je rencontre que de mauvais souvenirs.

Les Soudanais y ont pourtant cru… L’application de la Charria, l’islam comme solution a tout… mais le résultat de cette politique a beaucoup déçu et la vie des Soudanais et Soudanaises est devenue plus dure qu’avant… Et c’est avec plaisir que la plupart des soudanais ont accueilli le vent d’ouverture qui souffle depuis quelques années déjà.

Mhirsi ne tarde pas à souligner que malgré le libéralisme de certains quartiers, la société soudanaise est encore profondément conservatrice, une réalité qui rend son travail ardu au sein du programme de prévention du SIDA . “Ouverture oui ! mais pas trop !… Il est par exemple quasi impossible de sortir du discours de l'abstinence et de promouvoir l'utilisation du préservatif » écrit-il.

Il garde néanmoins espoir grâce aux « braises » qui brillent dans les « cendres », comme sa collègue voilée, qui dit qu’elle ne porterait plus le niqab si seulement le Soudan votait une loi à la française l’interdisant.

Jennifer Brea

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site