Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La Jordanie interdit les shawarmas au poulet

La blogosphère jordanienne est en deuil par la faute de l'interdiction de la vente de shawarmas au poulet – poulet, salade, tahini, le tout roulé dans un délicieux pain pita.

Hareega [arabe], qui vit aux Etats-Unis, écrit :

 

 

يعني إذا زادت حوادث السير هل نهد الشوارع ونسحب رخص السواقة من الجميع؟
لو رسب طالب في امتحان هل من العدل أن نُرسب كل الطلاب
في مطاعم بالبلد كل عيشتها تعتمد على بيع الشاورما وحالات التسمم من المياه والغذاء والهواء سببها فشل الحكومة والحكوات التي سبقتها في تطبيق القوانين
زهقنا شغلة أنو المواطن يتحمل مسؤولية تياسات الحكومات المبجلة
الحكومة لما اتيس هي المفروض تتحمل السؤولية مش تروح تسكر كل الابواب اللي بيجي منها الريح عشان تستريح
بعدين من وجهة نظر طبية أهم سبب لانتقال العدوى هو العامل نفسه إذا مثلا ما غسل إيديه واذا بطل يبيع شاورما فما زال من الممكن ينقل العدوى عن طريق الفلافل والحمص والزيتون والسم الهاري
مهو لما اتظلكوا تحطوا مهندس وزير للصحة بعمرو ما حدا راح يفهمكوا هالحكي

Cela signifie-t-il que quand les accidents de la route augmentent on retire à tous le permis de conduire? Quand un étudiant rate un examen, est-il juste de pénaliser tous les autres étudiants ? Certains restaurants dans notre pays dépendent des shawarmas pour vivre. Des cas d’intoxication par l’eau ou la nourriture sont le résultat de l’échec du gouvernement et de ses prédécesseurs à faire respecter la loi. Nous en avons assez d’entendre que les citoyens doivent supporter les conséquences les bourdes des gouvernements. Quand le gouvernement fait une erreur, il devrait en assumer la responsabilité et non pas fermer toutes les portes où passent un courant d’air pour pouvoir se reposer.

Encore une fois, d’un point de vue médical, le principal vecteur de contamination est le cuisinier. S’il ne se lave pas les mains et cesse de vendre des shawarma, il peut toujours contaminer les clients avec les falafels, l’houmous, les olives, et autres préparations empoisonnées.
Mais si vous continuez à nommer un ingénieur ministre de la santé, personne ne vous expliquera jamais ça.

Son compatriote blogeur Khalaf ajoute [En] ajoute:

A la suite de la troisième intoxication alimentaire de masse imputée à des shawarmas au cours de l’année, le gouvernement a décidé de bannir la graisseuse spécialité des restaurants du pays. L’interdiction durera jusqu’à ce qu’ils arrivent à une solution pour rétablir la sécurité alimentaire du shawarma.

Je suppose que c’est une solution de prudence, même si cela pénalise les établissements propres pour les péchés des malpropres. Ils devraient empêcher les gens de boire de l’eau aussi.

Dans un autre billet consacré à la gastronomie, Hareega proteste contre l’appropriation par Israël d’un certain nombre de plats et spécialités du Levant, et déclare:

Volez la terre, tuez les gens, terrorisez les enfants, occupez les villages, coupez le gaz et l’électricité à tout le monde, mais vous ne volerez pas la nourriture de chez moi!

Amira Al Hussaini

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site