Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Myanmar (Birmanie): Des soldats cherchent à réduire l'influence des moines

Une agence de presse sans but lucratif, La voix démocratique de la Birmanie (DVB), d’où sont encore distillées quelques nouvelles du Myanmar (Birmanie), a publié un rapport, en birman, qui montre que les soldats tentent d'obliger les moines à abandonner leur vie religieuse.

Environ 300 moines, qui avaient été arrêtés il y a quelques jours, ont été rassemblés dans un garage juste à côté de l'université d'Insein GTI. On rapporte que les soldats essayent de forcer les moines à abandonnent la vie monastique, pour se défroquer – devenir un laïc et ne plus honorer l'éthique monastique. 

On considère comme un péché d'abandonner les ordres sans raisons valides. Les soldats essayent de diminuer de manière significative l'influence des moines sur les personnes du commun, leur faire honte.

DVB mentionne également que les soldats ont ordonné « au plus agé des moines de Insein » de venir et de lire les écritures de pali qui commencent le processus « d’humilier les moines » pour inciter des moines à se défroquer. Cependant, les moines, qui étaient censés répéter les paroles de pali lues par le moine aîné, ont refusé de les répéter et après un certain temps, le moine aîné a dit qu'il ne peut pas en faire des laïcs, que cela ne se produira tout simplement pas et il semble être parti.

Il y a également des informations comme quoi les soldats battent les moines dans Insein. Quand un plombier est venu pour réparer les conduites d'eau dans leur lieu de détention, un moine s’est arrangé pour attirer son attention et un soldat l’aurait frappé avec sa ceinture.

On reporte aussi que quand les camions de l'armée sont passés en convoi dans la rue, avec ces moines à bord, un conducteur a malencontreusement klaxonné (probablement par terreur). Les soldats ont stoppé le camion et arrêté le conducteur qui avait klaxonné.

Il y a été également reporté qu'un moine qui avait des blessures aux pieds a été emmené à l'hôpital général. Les soldats ont interdit aux médecins de le traiter tant qu’il ne se serait pas défroqué. Le moine a alors répondu qu'il ne retournera pas à l’état laïc et préfère mourir de ses blessures.

Il semble que le personnel d'hôpital a pu obtenir la permission du Dr. Mya Oo, vice 1er ministre, pour finalement soigner le moine.

Des témoins reportent que les soldats ont entouré les entrées et les sorties de l'hôpital général et interrogent tous les visiteurs.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site