Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Asie du sud-est : La crise du riz sur les blogs

 Le riz est l'aliment de base en Asie, comme dans d'autres parties du monde, mais il représente bien plus qu'un aliment. Le blog Asia 2008 [anglais] décrit l'importance culturelle du riz dans ces pays.

“En Thaïlande, au Laos, au Vietnam, « manger du riz » signifie bien plus que manger du riz. En Thaïlande, le mot signifie aussi « manger ». Demander « Avez-vous mangé du riz aujourd'hui ? » est une façon de demander « Comment allez-vous ? ». En vietnamien, il est poli de dire « Veuillez manger du riz » (mơi ăn cơm) avant chaque repas, même si des nouilles sont au menu. On peut même trouver des glaces au parfum riz, qui ne sont pas mauvaises.”

Au Brunei, le riz ne satisfait pas uniquement la faim. Les anciens obligent les enfants à finir leur repas jusqu'au dernier grain de riz, sinon, « le riz se mettra à pleurer ». L'universitaire philippin Michael Tan décrit  [anglais] l'importance du riz dans la culture philippine. Le blog Lovely Laos [anglais] cite un responsable de l'époque coloniale, qui aurait dit : « Les Vietnamiens plantent le riz, les Cambodgiens le regardent pousser et les Laotiens l'écoutent pousser ».

Le riz est une denrée stratégique. Le manque de riz peut provoquer la panique et des troubles dans ces pays. Les consommateurs d'Asie du Sud Est sont angoissés par les nouvelles de l'augmentation du prix du riz et craignent que les réserves nationales s'amenuisent. Les gouvernements essaient de les rassurer en affirmant qu'il n'y aura pas de rationnement et que les prix se stabiliseront bientôt.

Le blog Singapore Short Stories [anglais] résume les raisons de la hausse du prix du riz :

1) L'augmentation du prix du carburant, avec un baril de brut qui quote à plus de 100 dollars et qui menace de rester à ce prix, a été un déclencheur primordial de la rise, en provoquant l'augmentation du prix des engrais et du transport.
2) En Asie du Sud Est, des maladies végétales, la vermine, et 45 jours de froid sans précédent, qui ont frappé la région de la Chine au Vietnam en janvier et février, ont compromis les récoltes. Les inondations aux Philippines et au Vietnam ont encore empiré la situation.
3) Le riz de qualité moyenne est exporté de Thaïlande, le plus gros exportateur mondial de riz. Il a atteint le prix de 760 dollars la tonne, contre 360 à la fin de l'année dernière.

Precious Kingdoms [anglais] cite un article de presse qui fait le bilan en quelques chiffres des conséquences de la crise du riz en Asie

33% d'augmentation sur le riz du Vietnam importé aux Philippines.
3 milliards de personnes consomment du riz comme aliment de base.
40% d'augmentation du prix du riz en Thaïlande cette année.
19.2% d'augmentation des prix à la consommation au Vietnam au mois dernier, comparés à ceux de mars 2007. 8.4% d'augmentation des denrées alimentaire aux Philippines au mois dernier, comparés à ceux de mars 2007.
854 million : nombre de personnes victimes de « l'insécurité alimentaire ».
1 milliard: nombre de personnes dans le monde qui survivent avec moins d'un dollar par jour, le repère de « la pauvreté absolue ».

Les Philippines sont le premier importateur de riz au monde. Arnold Padilla explique sur son blog [anglais] la situation actuelle aux Philippines.

“Une offre réduite et des prix élevés vont pénaliser les pauvres. Les riches ont de l'argent pour acheter un stock de riz, même à des prix très élevés, qui suffira à couvrir les besoins de leur famille pendant deux mois. Mais pour la plupart des familles, l'achat de riz se fait quotidiennement, pour couvrir les besoins de la journée, et, dans bien des cas, juste pour un repas. (Et je ne parle pas de ceux qui ne peuvent s'offrir un repas par jour).”

Le blog Indonesia First [anglais] cite un officiel du gouvernement, qui affirme que le prix du riz en Indonésie est légèrement plus bas que celui du marché mondial. Humbahas [anglais] écrit que le gouvernement n'importera pas de riz cette année, car, grâce à une campagne de stockage entreprise l'an dernier, l'Indonésie possède un stock de plus d'un million de tonnes de riz. 

Le blog Manjaku Sayang [anglais] souligne que la crise du riz frappera d'abord les pauvres.

“Qu'est-ce qui va se passer pour nous, le peuple qui mange du riz frit au déjeuner ? Pour les riches et les classes moyennes, l'augmentation du prix du riz et des céréales sont une dépense lourde qu'ils peuvent affronter, et ils le feront. Mais si le riz augmente encore, ce sera un désastre pour les pauvres, qui dépensent à peu près tout leur revenu en nourriture ».

Exegesis [anglais] est déçu par la politique mise en place par le gouvernement indonésien pour le riz. Cafe Salemba [anglais] s'interroge sur cette politique :

“Il y a quelques mois, quand le prix local du riz était élevé – à cause de la pénurie – et le prix mondial bas, nous ne voulions pas importer du riz car , disait certains, cela aurait nui aux riziculteurs locaux, alors que la grande majorité des consommateurs aurait préféré acheter du riz d'importation à prix plus bas. Maintenant, alors que le prix local du riz est bas – nous sommes en saison de récolte – et le prix international élevé, nous ne voulons pas exporter car, disent les memes, il est préférable de constituer des stocks pour protéger les consommateurs, même si cela désavantage les riziculteurs qui auraient pu profiter de cette hausse à l'international. Que faut-il faire ? Défendre les consommateurs ou les riziculteurs ? Je suis perplexe.”

Le blog Simply Jean [anglais] observe qu'à Singapour, on assiste a une ruée sur tout le riz disponible sur le marché. Nightorchid's garden [anglais] estime que les grands gagnants sont les minotiers et emballeurs de la chaine de production du riz car il leur suffit de garder leurs stocks et d'attendre que les prix montent. Blabbering blob of blogging blogger [anglais]  pense que le mécanisme de stockage du riz n'est pas efficace pour freiner l'envolée du prix du riz. Il craint que les prix augmentent encore.

Le blogueur In passing – malaysian [ anglais] adresse un message à ses compatriotes malaisiens :

“Quand la nouvelle s'est répandue qu'une pénurie de riz frappait certains pays de notre région, nous en Malaisie avons commencé à nous inquiéter. Pour nous rassurer, les autorités ont déclaré que nous avions d'importants stocks de riz. Donc, les amis, ne vous inquiétez pas et appréciez ce grain merveilleux que l'on appelle riz ! »”

Tangents [anglais] suggère une méthode pour mieux subventionner le riz en Malaisie.

“Avec les économies réalisées grâce à la suppression des subventions au sucre et à l'huile de cuisine (ce qui produira des économies à long terme sur les frais de santé…), le gouvernement pourrait subventionner des denrées de base telles que le riz et la farine. Le riz mérite des subventions, car il s'agit d'une ressource stratégique qui assure la sécurité alimentaire locale, et elles permettront d'autre part de soutenir les fermiers, qui vivent toujours à la frontière de la pauvreté.

Tonyhiicon [anglais] blogue sur la réaction de la Malaisie à l'annonce d'une pénurie mondiale de riz

Immédiatement, le marché a paniqué et les consommateurs se sont inquiétés. En plus des débats sur l'augmentation des cours, on craignait une pénurie dans notre pays. Ce déséquilibre va faire encore monter les prix, c'est une évidence. Heureusement, le riz est une denrée contrôlée par l'Etat en Malaisie ».

Le blog malais Words from Malaysia [anglais] estime que restreindre sa consommation de riz est une bonne chose pour la santé

« Pour des raisons économiques et de santé, restreignons notre consommation de riz. Le riz est certainement délicieux pour nos papilles, mais pas pour notre corps. Le riz et d'autres céréales comme le blé et le mais sont en fait pires que le sucre. Le riz n'est pas différent, chimiquement, du sucre Un bol de riz cuit contient le meme nombre de calories que dix cuillérées de sucre, que le riz soit blanc, brun, bio.”

Le blog Straight Talk [anglais] donne quelques conseils au gouvernement malais :

* Encourager à une meilleure gestion des ressources nationale pour éviter le gâchis improductif et accorder des subsides aux pauvres pour limiter les conséquences de la hausse du coût de la vie.
* Encourager la production agricole locale : élevages de volailles, maraichages, arboriculture, rizières
* Créer un comité pour réfléchir aux problèmes qu'affrontent la nouvelle classe sociale des « urbains pauvres ». * Reformer les subventions actuelles pour s'assurer que nos maigres fonds soient employés de façon plus utile.
* Préparer un plan de rigueur en cas de pénurie grave de riz.

Le blog MangoZeen [anglais] relate qu'au Cambodge, la crise du riz a conduit à la suspension des exportations, tandis que les spéculateurs parient sur une demande croissante. The Mirror [anglais] reproduit un article cambodgien sur “l'exploitation de la crise du riz par l'opposion de façon démagogique». KI Media [anglais] cite le leader cambodgien Hun Sen:

“Hun Sen a dit que le prix du riz atteindrait son niveaux de 2000-2001 (quand d'importantes inondations avaient eu lieu au Cambodge), mais qu'il était resté stable durant cette période. En ce qui concerne l'augmentation actuelle des prix actuels du riz, elle est due au fait que le riz cambodgien est le moins cher de la zone et que même la Malaisie et les Philippines songent à s'approvisionner au Cambodge. De plus, la Thaïlande et le Vietnam achète actuellement du riz au Cambodge. Hun Sen a ajouté : « Le Cambodge manque-t-il de riz ? Il n'y a que des personnes malhonnêtes, qui font courir des rumeurs sur une pénurie.”

Le blogueur Brunei Lifestyle [anglais] est soulagé d'apprendre que les stocks de la nation seront suffisants et que le prix du riz n'a pas varié car le gouvernement subventionne cette denrée.Liyana Tassim [anglais] relie la crise du riz à l'indifférence envers la protection de l'environnement.

Le blog Vietnam Business Finance [anglais] annonce que le prix du riz vietnamien est plus élevé que celui du riz thaïlandais.Magnoy Samsara [anglais]  blogue sur les « bandits du riz » qui s'attaquent aux riziculteurs thaïlandais. Le site Burma News [anglais] note qu'en dépit des augmentations importantes du prix du riz, les observateurs ne prévoient pas une crise du riz à brève échéance en Birmanie, car la plus grande partie du riz consommé au Myanmar (Birmanie) est produit dans le pays.

Chao-Vietnam [anglais] explique pourquoi le Vietnam a imposé le blocage des exportations de riz.

“Le Vietnam a bloqué les exportations de riz jusqu'en juin, pour stabiliser les prix à la consommation sur le marché intérieur, afin de lutter contre une inflation à deux chiffres. La vague de froid qui a compromis les récoltes au nord du Vietnam au début de l'année et l'inflation galopante qui compromet la petite économie du pays ont convaincu les experts de Hanoi de bloquer les exportations. »

Le blog Thailand Crisis [anglais] félicite un porte-parole officiel du ministère du commerce d'avoir exposé les facteurs qui ont rendu le riz très cher :

“Accuser ceux qui font des stocks et spéculent…C'est facile. Et payant au plan politique. Mais cela ne suffit pas à expliquer la situation actuelle, qui est bien plus complexe. Parler des cours mondiaux, de la demande, de l'augmentation de la population et de la spéculation sur les terres cultivables…Voilà qui est nouveau. Et courageux.

Publié par Mong Palatino

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site