Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Équateur : Réorganisation dans les forces armées à la suite de découvertes troublantes

L'Équateur est un relativement petit état d'Amérique Latine, mais qui a fait face à de nombreux problèmes depuis le début de 2008. Les Forces Armées ont été particulièrement sous les feux de l'actualité pendant cette période, de l'assistance apportée à travers tout le pays lors des inondations au récent conflit frontalier avec la Colombie. Pendant cette crise, on a dit au peuple équatorien que le radar ne fonctionnait pas correctement, puis qu'il était endommagé, ce qui n'a fait qu'ajouter de la confusion à ces événements et changer la perception de l'armée de beaucoup de citoyens.

Ceci est seulement une des incohérences révélées par la presse, et maintenant la controverse la plus récente est une possible infiltration par les services secrets américains. Le Président – et Commandant en Chef de l'armée – Correa a affirmé que les services secrets nationaux étaient infiltrés par la CIA et qu'il y avait des liens illégitimes entre les services équatoriens et des services étrangers. Certaines révélations ont montré que des services équatoriens avaient transmis des informations à la CIA à la suite de l'attaque du camp des FARC en territoire équatorien par l'armée colombienne.

Cela a ramené à la surface l'histoire de Philip Agee, un ancien agent de la CIA qui a travaillé en Équateur, et qui l'a ensuite quittée à cause de désaccords avec les tactiques et la mission de l'Agence. Et tout ceci a engendré un mécontentement général au sein des Forces Armées et de la Police Nationale, à cause des déclarations faites par leur propre Commandant en Chef. Pour ceux des Equatoriens qui ont toujours respecté l'Armée, le pays est en train de vivre une crise profonde.

Correa lui-même admet qu'il pourrait avoir des problèmes à cause de ces déclarations publiques. Dans BPLE [espagnol], l'auteur de cet article rassemble des déclarations faites par le Président :

No lo voy a permitir y si tengo que caerme por eso (la denuncia), me caigo. Hay casos vergonzosos en que la CIA financia ciertas unidades de Inteligencia ecuatoriana, cuyos informes eran remitidos directamente a la CIA…

Je ne vais pas le permettre et si je dois tomber à cause de ça (cette accusation), je tomberai. Il y a des cas honteux dans lesquels la CIA finançait certaines unités des Renseignements équatoriens, dont les informations étaient remises directement à la CIA…

Somos Latinos [es], une plate-forme de services d'informations consacrée non seulement à l'Équateur, mais à toute l'Amérique du Sud, couvre aussi cette affaire, qui a vu l'éviction d'une grande partie des officiers supérieurs de l'armée et de la police.

El martes, en un acto inédito, la totalidad de la cúpula militar difundió una carta abierta demandando un diálogo directo con el presidente. Fue la gota que rebasó el vaso. La respuesta fue inmediata y, según fuentes gubernamentales, recién empieza. Cayó el ministro de Defensa y la mitad de la cúpula militar y penden de un hilo el resto de los jefes de las fuerzas armadas y de la policía.

Mardi, la totalité de l'État-Major a publié une lettre ouverte, un acte sans précédents, demandant un dialogue direct avec le Président. C'est la goutte qui a fait déborder le vase. La riposte a été immédiate et, selon des sources gouvernementales, ce n'est que le début. Le Ministre de la Défense et la moitié de l'État-Major ont été destitués, et le reste des dirigeants des Forces Armées est suspendu à un fil.

xavierponce.jpg

Conférence de presse du nouveau Ministre de la Défense, Xavier Ponce.
Photo de la Présidence de l'Équateur, utilisée sous licence Creative Commons.

Il est nécessaire de prendre au mot le nouveau Ministre de la Défense, Javier Ponce, qui a proposé aux Forces Armées équatoriennes de devenir plus transparentes, mais espérons que cette enquête ne se focalisera pas seulement sur les possibles liens de cette organisation avec celles d'autres états. On doit enquêter sur l'espionnage de l'Assemblée Constituante et d'autres personnes. C'est précisément ce qui a été promis par Xavier Ponce dans un entretien publié par le journal de Guayaquil El Universo. Répondant à la question : “Que seront les changements immédiats au sein des forces de sécurité ?”, Xavier Ponce a déclaré :

Primero: cambiar la articulación que no solo la Fuerza Pública ecuatoriana sino también las del continente han estado dependientes en gran medida de EE.UU. Estar en posibilidades tecnológicas de llevar adelante una política de disuasión, defensa y protección de la soberanía…

Tout d'abord, changer le fait que non seulement la Force Publique équatorienne, mais également celles du continent, sont depuis longtemps dépendantes en grande partie des États-Unis. Avoir les moyens technologiques de développer une politique de dissuasion, de défense et de protection de notre souveraineté…

Les Équatoriens attendent maintenant de leur Président qu'il leur explique en détail la raison pour laquelle il a renvoyé les officiers chargés de la sécurité du pays. Il a annoncé ces changements depuis Mexico, d'où il a fait son  habituel discours au peuple à la radio, et il a déclaré qu'il s'expliquerait plus en détail à la télévision.

Aussi bien le grand quotidien La Hora [espagnol] que des journalistes politiques comme Vladimiro Álvarez Grau qui écrit dans Diario Hoy expliquent ce scandale, avec un pronostic réservé. Un autre article bien informé sur ce sujet a été rédigé par Kintto Luccas, qui écrit régulièrement pour plusieurs agences d'information.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site