Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le SIDA : Un tabou dans le Monde Arabe

Le SIDA, le mortel syndrome d'immunodéficience acquise, est un mot tabou dans le Monde Arabe. Mais ce mot effrayant a réussi à apparaître dans beaucoup d'articles cette semaine, sur des blogs de Jordanie, d'Iraq, de Palestine, du Bahreïn et du Yémen.

Le blogueur jordanien Hareega, médecin de profession, partage cette “conversation embarrassante”, qu'il a eue avec une de ses connaissances, à propos de son travail dans une clinique s'occupant du VIH et du SIDA :

Un ami m'a demandé :
“- Comment va ton travail ce mois-ci ?
– Bien, je fais des consultations VIH trois fois par semaine.
– VIH ? Comme le SIDA ?
– Oui.
– Méfie toi !
– Me méfier de quoi ?”
Il m'a regardé comme si j'étais idiot :
“- Méfie toi du VIH !
– Pourquoi devrais-je me méfier ?
– Méfie toi, c'est le VIH, c'est le SIDA !
– Mais pourquoi est-ce que je devrais me méfier ? Je ne couche pas avec mes patients à la clinique !
– Je le sais, imbécile, mais méfie toi, c'est le SIDA !
– Et je ne partage pas non plus avec eux de seringues pour s'injecter des drogues !
– Je sais, je sais, mais méfie toi seulement !
– De quoi ?
– Écoute, je ne suis pas un scientifique (bien entendu !), mais tu dois te méfier, ou je devrais commencer à me méfier de toi.”

Hareega pousruit :

Depuis le 1er janvier 2008, vingt-deux nouveaux cas de VIH ont été diagnostiqués en Jordanie.
Les connaissances sur le VIH parmi les Jordaniens, surtout les “bien éduqués” : proches de zéro, et en diminution.

L'Irakienne Layla Anwar est également furieuse de la façon dont ce sujet est “abordé” dans le Monde Arabe, malgré l’incidence croissante de la maladie dans la région. La blogueuse note :

Je regardais il y a quelques mois sur la chaîne arabe Al-Jazeerah une émission sur le VIH et d'autres maladies sexuellement transmissibles dans le Monde Arabe.
Le producteur avait adroitement tenté d'aborder ce sujet “sensible” et tabou en le présentant comme une émission religieuse, avec un invité vedette qui était à la fois spécialiste de médecine et de religion (c'est-à-dire de théologie musulmane).

Layla explique :

Les porteurs du VIH sont de plus en plus nombreux dans le Monde Arabe. Personne ne veut l'admettre, mais c'est la réalité. Nous savons tous comment le VIH se transmet et nous savons tous que l'utilisation du préservatif et que le dépistage des banques du sang sont nécessaires.
C'est pourquoi ce n'est pas ce qui m'a le plus intéressée dans cette émission. Ce qui a retenu mon attention, c'est que le VIH et les MST sont aussi en augmentation, dans le Monde Arabe, chez les couples hétérosexuels et mariés, et pas seulement parmi les homosexuels.
La spécialité de l'invité était l'épidémiologie et les maladies contagieuses. Et au cours de sa pratique, il avait rencontré plusieurs cas (non comptabilisés dans les statistiques publiques) de couples hétérosexuels, pour la plupart mariés, infectés par une MST, en particulier par le VIH.
Dans 99 % des cas, la femme avait été infectée par son mari. Un mari qui avait eu des relations extra-maritales non-protégées, avec d'autres femmes, et parfois d'autres hommes.
Dans 99 % des cas, l'homme, se croyant indestructible, avait rejeté l'idée d'une protection, c'est-à-dire d'utiliser un préservatif.
Ainsi Monsieur, de retour d'un voyage d'affaires ou d'une virée nocturne, rentre à la maison et donne à sa femme (ou à sa partenaire) le baiser de la mort.

À propos des tabous, Layla écrit :

Bien entendu vous comprenez que parler de ce sujet dans les Pays Arabes est vraiment tabou. Le déni l'entoure, et beaucoup de justifications affirmant que “nous n'avons pas de telles choses dans nos sociétés musulmanes”, “cache ça sous le tapis, que les voisins ne le sachent pas ; que vont penser les gens ?”, …etc.
Le mur de la tradition est si épais qu'il est presque impossible d'aborder ce sujet en public sans être traité d'être “décadent, obscène et immoral.”
Pendant ce temps, les victimes du SIDA meurent en silence, mises en quarantaine par la honte et la culpabilité.

Amal A, de Palestine, s'attaque également au thème du SIDA, en faisant part de son dégoût devant la façon dont une affaire a été traitée par la justice en Égypte, où le procureur, informé que l'un des hommes impliqué dans le procès était porteur du VIH, lui a dit : “Les gens comme vous devraient être brûlés vifs. Vous ne méritez pas de vivre.”

Si l'Égypte jette en prison tous les hommes égyptiens qui ont des rapports sexuels avec des hommes, il y aura besoin de beaucoup plus de prisons. (…)
La criminalisation du SIDA est désastreuse !!! Diaboliser les porteurs du VIH et les malades du SIDA n'aidera pas à protéger les Égyptiens. Mais tout ceci n'a rien à voir avec la protection des Égyptiens. L'état s'en prend aux plus faibles, en en faisant des boucs émissaires, pour renforcer sa toute puissance.

Mais les choses changent doucement et il y a aussi de bonnes nouvelles. Le Bahreïnien Butterfly [arabe] participera bientôt au Caire à la manifestation Les artistes et blogueurs indépendants engagés contre le SIDA dans les Pays Arabes.

وستضم الورشة مجموعة من المدونين والمبدعين العرب في مجال التصوير وصناعة الافلام السينمائية وغيرها من الفنون الإعلامية.
هذه هي المرة الأولى التي سيتسنى لي فيها حضور فعالية تخص برنامج الامم المتحدة الانمائي في البحرين، كما ستكون المرة الأولى ايضا التي ستتاح لي فيها فرصة اللقاء بالمدونين والمبدعين العرب من مختلف الاقطار العربية. وسأشارككم بالطبع بما سأكتشفه من اسرار ودهاليز تتعلق بهذا المرض المخيف الذي لايزال الحديث عنه محظورا في معظم دولنا العربية.

Des blogueurs et créateurs arabes, dans les domaines de la photographie, du cinéma et des autres arts audiovisuels participeront à cet évènement. C'est la première fois que je serai présent à une manifestation organisée par le Programme des Nations Unies pour le Développement au Bahreïn, et que je rencontrerai des blogueurs et artistes de tout le Monde Arabe. Je partagerai sans faute avec vous les secrets que je découvrirai sur cette maladie effrayante dont il est même interdit de parler dans beaucoup de Pays Arabes.

Pour finir, Armies of Liberation [anglais] cite des articles de la presse yéménite à propos d'un médicament miraculeux à base de plantes, mis au point au Yemen, qui affirme posséder le traitement contre le virus mortel…

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site