Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : Les Indiens d'Amazonie, visibles et invisibles

Les indiens du Brésil ont occupé l'actualité internationale à plusieurs reprises cette semaine et les blogueurs brésiliens ont énormément écrit à ce sujet.  D'abord sur les photos d'une tribu amazonienne inconnue, qui ont été publiées pour la première fois sur un blog- qui exige maintenant l'exclusivité des droits pour son scoop – puis sur la violente manifestation des indiens riverains contre la construction de barrages le long de la rivière Xingu dans le bassin amazonien, où un officiel de la compagnie nationale d'électricité du Brésil a été attaqué à la machette et à coups de batons. L'opinion des blogueurs sur la façon dont les médias principaux ont couvert ces événements diffère beaucoup :
Voici la vidéo de la TV brésilienne GLOBO sur l'affontement entre l'ingénieur et les indiens.

Depuis les incidents d'Altamira, les médias brésiliens traitent principalement cette actualité sous l'angle du fait divers.  GLOBO a diffusé un reportage spécial dans son très populaire magazine d'information du week-end FANTASTICO . Voici la transcription  du commentaire, traduite en anglais basique. On peut y voir qu'au-delà de la confrontation entre l'ingénieur et les indiens, les conséquences de la construction de ces barrages sont à peine abordées. Tandis que les médias se concentrent sur le fait-divers, divers blogs et ONG s'efforcent de publier des éléments de réflexions sur ce dossier.  Encontro Xingu ‘08  a magnifiquement couvert cette actualité, avec une analyse de David Cunningham et de nombreuses très belles photos de Sue Cunningham. Le rassemblement de Xingu a également été couvert par le site International Rivers [anglais] qui a traduit en anglais les déclarations officielles des indiens de Xingu . Enfin, voici le communiqué officiel des associations brésiliennes  qui s'opposent à la construction du barrage de Belo Monte.
Violence – sur le blog Vision Share

Ironie de l'actualité…  Pendant que ce débat sur la partialité des médias face à ce débordement de violence avait lieu, un blogueur très connu de l'état d'Acre, en Amazonie, Altino Machado, [portugais] a publié les premières photos de ce qui pourrait bien être l'une des dernières tribus encore non répertoriées de la forêt amazonienne  — celles que l'on appelle ‘les indiens invisible’.

Si vous avez vu l'inoubliable exposé de Wade Davis lors de la conférence TED Talk en 2004— où il évoque la magie de la diversité culturelle du monde et la vitesse alarmante avec laquelle les cultures et les langues disparaissent — alors, vous trouverez sans doute comme moi cette photo extraordinaire.  C'est surréaliste, et j'ai d'abord pensé qu'il s'agissait d'un faux. Mais l'agence Reuters vient de publier l'histoire  et j'espère qu'ils ont vérifié leurs infos. La photo représente des membres d'une des dernières tribus au monde qui n'a pas eu de contact avec la “civilisation”. Ils sont photographiés depuis un avion dans une région reculée de l'Amazone, près de la frontière Brésil-Pérou.  Survival International, une association de défense des tribus indigènes, a publié les photos sur son site et cite Jose Carlos dos Reis Meirelles Junior, qui travaille pour le département des affaires indiennes du gouvernement brésilien.: “ Nous avons effectué un survol pour montrer leurs cases, qui ils sont et pour montrer qu'ils existent …C'est très important car certain doutent de l'existence de ces tribus.” “Ce qui se passe dans cette région est un crime monumental contre la nature, les tribus, la faune et cela prouve l'irrationalité totale avec laquelle nous, les “civilisés”, traitons le monde”, a dit Meirelles.  On suppose qu'il existe encore plus de cent tribus isolée et non repertoriées dans le monde, et que la moitié vivent au Brésil ou au Pérou. Extraordinaire. (Extrait de l'article Unbelievable photo of one of the world's last uncontacted tribes sur TedBlog)

Extraordinaire, en effet. Il a été question pour les premières fois de ces photo dans une revue de blogs sur  Global Voices le 23 mai dernier,  dans un article traduit en portugais et en Chinois , puis la blogosphère s'est emparée de la nouvelle. Il a fallu une semaine pour que les médias traditionnels reprennent l'information et surtout, les extraordinaires photos. Les blogueurs ont vite réagi car les médias les ont publiées sans respecter les règles élémentaires de citation du photographe et du découvreur.

Racinha miserável. Espera passar um tempo (cinco dias) e depois publica como se fosse furo deles. Seguem tratando a Amazônia como uma terra exótica, pois não aprofundam na questão que mais preocupa ao sertanista José Carlos dos Reis Meirelles Júnior, que é “O começo do fim da Amazônia peruana“. Leiam a mensagem que recebi hoje do jornalista Tom Phillips, correspondente no Brasil do diário inglês The Guardian: – Caro Altino, tudo bem com você? Você tem o contato do José Carlos dos Reis Meirelles Júnior por acaso? Um grande abraco. E assim foram dezenas de outros pedidos de contato com o sertanista que atendi por causa da reportagem sobre os índios isolados. Os russos são honestos. Confira aqui. Ou o brasileiro José Murilo Júnior, do Global Voices.
Racinha Miserável sur le blog d’ Altino Machado 

Quelle race misérable. Ils attendent que quelques jours aient passé (cinq jours) puis ils publient comme si le scoop était le leur. Pour eux, l'Amazone n'est qu'une jungle exotique et ils ne prennent pas la peine d'expliquer le contexte et les inquiétudes que l'expert José Carlos dos Reis Meirelles a exprimé. [Cette ignorance] est “Le début de la fin de l'Amazonie péruvienne “. Lisez le message que j'ai reçu aujourd'hui du journaliste Tom Phillips – le correspondant de The Guardian au Brésil — “Mon cher Altino,  est-ce que tout va bien pour vous ? Auriez-vous par hasard le contact de  José Carlos dos Reis Meirelles Júnior? Bises.” Il y a eu beaucoup de demande d'entretiens avec l'explorateur, auxquels j'ai assisté à cause du reportage sur la tribu indienne sans contacts avec le monde extérieur.  Les Russes sont honnêtes  Vérifiez par vous mêmes. Comme le Brésilien José Murilo Júnior, de Global Voices.
Article “Miserable Class”  du blog d’ Altino Machado

Altino, até os acreanos! Essa Renata Brasileiro, do Página 20 [leia aqui], é uma voadora. Ela escreveu: “A notícia veio à tona por meio da agência BBC e foi veiculada com destaque em quase todos os jornais on line no início da tarde de ontem. De acordo com a agência, as fotografias foram feitas durante uma missão da Funai, que incluiu um sobrevôo à região isolada”. Estou revoltado com a omissão da fonte correta pela mídia nacional e internacional, mas não poderia supor que seus vizinhos agissem dessa forma.
Article Tô com Altino e não abro! du site Chico Bruno

Altino, même les médias de l'état d'Acre! Cette Renata Brasileiro, de Página 20 llire ici ], est un amateur. Elle a écrit:” La nouvelle a été publiée par l'agence de presse de la BBC et a fait les gros titres de tous les portails d'informations sur le Net hier après-midi. Selon la BBC, les photos ont été prises durant une expédition du FUNAI [Fondation nationale des indiens brésiliens] qui comprenait un “vol au dessus d'une région isolée”. Je suis indigné par l'omission de la source par les médias nationaux et internationaux, mais je supposais que nos proches voisins n'agiraient pas de même”.
I am with Altino all the way!Site Chico Bruno

Qui gagnera ou non des dollars avec la révélation de l'existence de la tribu d'”indiens invisibles” de l'état d'Acre ? Ne vous faites pas d'illusions, Altino Machado. Je comprends votre frustration de journaliste de ne pas vous voir attribué le crédit d'articles qui sont maintenant reproduits dans le monde entier. De la même façon, je vois que l'explorateur José Carlos dos Reis Meireles est content de voir que son travail est reconnu et de répondre à des dizaines d'interviews de magazines, journaux, internationaux. Mais qu'est-ce que l'association Survival International (SI) a à voir avec les photos et les missions du FUNAI ? Rien. Et pourtant, l'association a gagné le jackpot, et avec leurs techniques marketing, ils ont réussi à coller leur nom sur les photos de la tribu indienne, sans débourser un centime pour contribuer à ce que nous avons d'abord découvert sur votre blog, puis sur  Terra Magazine .
Article Turn back the dollars, Survival! sur le blog Ambiente Acreano

Quem ganhou ou vai ganhar dólares com a divulgação das fotos dos “índios invisíveis” do Acre? Altino Machado, não se iluda. Entendo a sua frustação de jornalista que não foi devidamente citado nas matérias que hoje correm o mundo. Da mesma forma, vejo que o sertanista José Carlos dos Reis Meireles está satisfeito porque o trabalho dele está sendo reconhecido, deu entrevistas para dezenas de jornais e revistas do mundo etc. Mas o que a Survival International (SI) tem a ver com as fotos e o trabalho da Funai? Nada. Mesmo assim a ONG tirou a sorte grande e obteve, com as suas técnicas de marketing, colar o nome da entidade em quase todas as matérias relevantes de jornais e revistas mundiais que publicaram matérias sobre as fotos dos índios isolados, sem ter dado um centavo para tornar realidade o que vimos em primeira mão neste blog e na Terra Magazine.
Article Devolva os dólares, Survival! sur le blog Ambiente Acreano

 Le blog d'Altino est vraiment une source d'informations précieuses sur l'Amazonie et ce n'est pas un hasard si ses reportages sont publiés maintenant sur Terra Magazine, un projet éditorial en ligne innovant qui, lui aussi, s'arroge l'honneur d'avoir publié un scoop  grâce aux photos des “indiens invisibles”.  Cependant, les médias en lignes sont jeunes et luttent pour définir un modèle économique viable. Nous sommes peut-être en train d'entrer dans une époque ou les “scoops” vieille manière  ne sont plus ce qui importe.  La conversation, le débat qui s'instaure entre différentes voix et opinions et les médias traditionnels pourraient bien être la naissance des “scoops collaboratifs” que nous aimerions voir maintenant.

Pour construire ce nouvel écosystème médiatique, le premier pas doit être la reconnaissance de la valeur de ces différents contributeurs, à commencer par le respect, simple et facile, de la net-étiquette, par les médias traditionnels… et les blogueurs.

3 commentaires

  • […] Acreano. Essa matéria ainda não está disponível em português, mas se quiser treinar o seu francês veja aqui (merci, […]

  • hélène

    Je tombe par hasard sur votre site en faisant des recherches sur les Indiens du Brésil. Je suis surprise par la teneur des textes choisis, sans aucune commentaire ou modération – connaissez-vous le fonctionnement des médias, qui pour la plupart ont simplement repris les dépêches d’agences de presse à propos des photos de la FUNAI, sans jamais vérifier leurs sources, et titrant leurs articles des termes les plus fantaisistes?
    Qu’un blog (en portugais de surcroit) ait sorti l’info importe peu, ce qui est primordial, ce sont les enjeux soulignés par ces photos…

  • je decouvre le site par hazard en cherchant des photos sur les indiens du bresil !!!! si certains possedent des photos des tribus du mato grosso de 1930 a 1960 qu’ils aient la gentillesse de les publier pour tout le monde !!!! merci bien !! clamagirand

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site