Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Cambodge : Une nouvelle vague de blogueuses

Dans un pays où les hommes tendent à avoir plus de privilèges dans la famille et la société, on assiste à l'émergence d'une nouvelle vague de blogueuses.
Sopheap Chak est l'une de ces jeunes femmes urbaines faisant preuve d'initiative et d'ambition. A 23 ans, originaire de la province de Kampong Cham, elle est une éminente activiste des droits humains. Quand elle parle de changements, elle y croit comme un nouveau leader, plein d'espoir et d'enthousiasme.

Sopheap Chak, son ordinateur portable sur les genoux, au premier Sommet des blogueurs cambodgiens à l'Université Pannasastra (Photo David Sasaki)

Sopheap possède deux licences : une en relations Internationales de l'Université du Cambodge; et l'autre en Economie de l'Université Pannasastra du Cambodge.

Dans quelques jours, Sopheap va quitter le Cambodge pour poursuivre ses études au Japon. La blogueuse a reçu une bourse pour préparer une maîtrise en Relations Internationales à l'Université Internationale du Japon, où elle se concentrera sur les initiatives de paix Internationale. La Bourse Japonaise d'Aide aux Etudes – JDS – a permis à nombre d'étudiants cambodgiens d'avoir des opportunités de recherches académiques dans des institutions japonaises d'enseignement supérieur.

J'ai communiqué par courriel avec l'aimable Sopheap, et lui ai posé quelques questions sur ses études, son travail et son blog.

Vous allez quitter très bientôt le Cambodge pour le Japon, que ressentez-vous en ce moment ?

Franchement, depuis que je suis enfant j'ai souhaité continuer mes études supérieures à l'étranger, grâce aux programmes de bourses; et les deux pays que je souhaite le plus visiter sont les USA et le Japon. Malgré cet engagement et l'incertitude sur les moyens de réaliser ce rêve, je me suis fixé un plan en travaillant dur dans mes études pour obtennir une moyenne de notes élevée (GPA) ainsi que les aptitudes en anglais pour être en mesure de poser ma candidature à toutes les bourses. C'est une grande chance et je suis très excitée car c'est ma première candidature à une bourse et il me semble que mon rêve se réalise. J'avais aussi un plan B au cas où je n'aurais pas réussi. Finalement, je l'ai eue et je quitterai le Cambodge pour le Japon le 30 juin 2008. Pourtant, je ressens des émotions mêlées d'excitation et de défi à quitter ma famille, mes amis et me préparer à vivre dans mon nouvel environnement.

Pouvez-vous décrire ce que vous avez fait jusqu'à présent (études et travail) ?

J'ai commencé mon premier job dès que j'ai terminé le lycée en 2002, pour m'autofinancer et pour gagner une expérience professionnelle dans la société civile. J'ai travaillé pour l'Institut Cambodgien pour la Coopération et la Päix (CICP), une organisation non lucrative qui organise une série de conférences sur des questions sociales, telles que la démocratie, les élections, la réduction de la pauvreté, et qui effectue de la recherche et des publications. Deux ans plus tard, j'ai travaillé pour l'Université du Cambodge. J'ai aussi été chargée de plaider au Centre Cambodgien pour les Droits Humains (CCHR), une organisation publique mutuelle consacrée aux droits humains et à la démocratie. Dans ma perspective, je crois fermement qu'un mouvement pacifique de la société civile est un puissant instrument pour soutenir des changements politiques en faveur du développement social. En ce qui concerne ma formation, j'ai une licence en Relations Internationales de l'Université du Cambodge, que j'ai obtenue en 2006. En même temps, j'ai une autre licence de l'Université Pannasastra du Cambodge, où je me suis spécialisée en Economie. A côté de cela, j'ai créé un réseau de jeunes volontaires appelé Réseau de la Jeunesse pour le Changement, qui a pour mission de travailler en lien étroit avec les gens des communautés rurales; le réseau espère équiper les enfants et les jeunes Cambodgiens démunis de connaissances pratiques, d'aptitudes et d'objectifs pour renforcer leurs décisions dans la vie. Je crois au concept de «Nous pouvons tous réaliser le changement».

Comment vous êtes-vous préparée pour obtenir une bourse ?

Fixer un but et chercher comment le réaliser, voilà mon secret.  Je rêvais de continuer ma maîtrise à l'étranger; j'espèrais que ce serait soit au Japon soit aux Etats-Unis. C'est pourquoi je m'étais fixé cet objectif et j'ai pavé le chemin pour atteindre ce but. Etudier assidument, améliorer mes capacités en anglais, et passer ma licence avec une moyenne élevée pour pouvoir demander des bourses.
Accéder à l'information sur les bourses d'études et à tous les programmes disponibles pour se familiariser avec eux, et saisir ces opportunités, est vraiment crucial. Nous devons rechercher les opportunités au lieu d'attendre qu'elles viennent à nous. Enfin et surtout, la confiance et l'engagement sont les clés du succès.

Des idées et des conseils pour aider les Cambodgiens plus jeunes à se préparer à une promotion aussi significative ?

Mettez votre désir en action. Agissez, tout simplement, car chacun a son but dans la vie, la question est jusqu'à quel point on va le réaliser ou non. C'est pourquoi il faut entretenir votre désir et faire des projets pour le réaliser.
Accédez à l'information et aux opportunités. Nous devrions rester au courant des informations et évolutions jours les plus récentes, de manière à être conscients des tendances socialesn et nous serions toujours prêts, pour toutes les opportunités qui apparaissent. Comme dans le slogan qui dit :  «Avant toute chose, être prêt est un secret du succès».
Soyez sociables. Personne ne peut rester isolé. Il ne s'agit pas seulement de se connaître les uns les autres, mais nous pouvons avoir besoin de l'aide des autres, dans certains cas, ou bien ils peuvent impacter indirectement ou directement notre vie.
Soyez confiant et positif vis-à-vis de vous-même et des autres.

Parlons des blogs au Cambodge. Quand avez-vous commencé à bloguer? Et pourquoi?

J'ai commencé à bloguer en mai 2007. Un de mes amis, Chantra Be, m'a introduite rapidement dans la blogosphère, quand il nous a encouragé à créer et maintenir un blog pour le programme de camping de mon réseau de jeunes. Je me suis intéressée avec enthousiasme à cet outil et je l'ai trouvé utile, car j'aime le dialogue et le débat sur les sujets de société, surtout pour se focaliser sur la politique et la bonne gouvernance. Bien sûr, j'ai essayé d'apprendre plus grâce aux autres, et par ma propre recherche, de créer mon propre blog; il est maintenant en ligne et s'intitule «Trois dimensions de la vie».

Qu'est-ce qui vous plait le plus en blogant?

Pour une Cambodgienne, la démocratie au Cambodge est encore jeune, avec une liberté d'expression restreinte et un contrôle des médias; je pense que le blog est un des outils technologiques les plus excitants et innovants pour exercer son droit à l'expression aussi bien que les autres droits fondamentaux. Nous pouvons partager des informations, exprimer nos opinions, communiquer avec d'autres blogueurs activistes, grâce aux blogs. C'est un superbe outil, qui fonctionne même quand les autres moyens de communication font l'objet de restrictions.

De quoi parlez-vous le plus souvent dans votre blog ?

Mon blog, «Trois dimensions de la vie», est consacré à la politique, l'économie et aux questions sociales, des sujets cruciaux pour la vie quotidienne des gens. La plupart du temps, je donne mon analyse et mon opinion sur la politique, l'économie et les questions socio-culturelles pour exprimer mon idée autant que pour obtenir des commentaires sur ces sujets.

Quelle est votre expérience la plus mémorable en tant que blogueuse ?

Le premier commentaire de mon ami sur mon blog m'a fait comprendre que les gens communiquent avec moi. Et aussi, les blogueurs qui ont écrit  à mon propos, j'ai l'impression de faire connaissance avec les gens du monde extérieur. Au Sommet des Bloggeurs du Cambodge en septembre 2007, j'ai été invitée à modérer le débat «Genre et blogging»» Cela me paraissait un peu drôle d'être invitée à ce moment alors que je venais juste de créer mon blog personnel, et que je possède peu de connaissance techniques sur les blogs, avec des bloggeurs expérimentés.

Que pensez-vous des blogs et des blogueurs au Cambodge?

Il y a un nombre croissant de gens, hommes et femmes, qui bloguent et créent plus de réseaux pour que les blogueurs fassent connaissance par les communautés de blogs ou en ligne. C'est une tendance remarquablement positive pour l'égalité des sexes. Les hommes sont dominants dans beaucoup d'aspects de la vie, particulièrement dans les activités de technolologie de l'information. Plus ils interagissent et se tiennent informés des événements mondiaux, plus leur confiance en eux-mêmes et leur possibilité d'évoluer augmentent.

A travers la technologie et les blogs, je crois que le Cambodge s'est intégré au reste du monde. Le monde peut maintenant être vu, au moins virtuellement, comme un village global. Je voudrais prendre le cas birman comme exemple. Je crois qu'il aurait été impossible d'assister à une mobilisation globale pour libérer la Birmanie des violations de droits de l'Homme avant les nouvelles technologies telles que les blogs, Internet, les téléphones portables. C'est ainsi que nous avons pu voir les gens de différentes nations manifester un engagement mutuel en portant des chemises rouges et en se tenant debout en silence devant les ambassades de Birmanie de leurs pays respectifs. Un autre cas intéressant est la situation politique récente au Pakistan, quand j'ai appris la nouvelle de l'assassinat de Mme Bhuttho par la radio, la télévision et les commentaires sur les blogs. Tout cela grâce aux inventeurs des nouvelles technologies de communication.

Quels sont vos blogs favoris ?

http://www.vuthasurf.com/
http://ki-media.blogspot.com/
http://beth.typepad.com/

Quel est votre rêve de blogueuse ?

J'espère vivement qu'il n'y aura pas de restriction sur les blogs ou la communication en ligne, ils influencent le changement des attitudes et le partage de l'information, et permettent de construire davantage de réseaux. Les blogueurs utilisent les blogs de manière utile, pas seulement à des fins personnelles, mais pour leurs communautés vues comme un tout. Utilisons les blogs pour le changement et la démocratie!

2 commentaires

  • Un afflux de bloggeurs au Cambodge est un bon point…
    félicitation,
    Bravo les Cambodgiens,,,,

  • […] It was my pleasure to meet Sopheap in real life at my first GV Summit in Santiago, 2010, and a greater pleasure still to tell her that she was the one who ushered me of sorts into this beautiful community. In fact, my translation test into Lingua French was her interview with Tharum Bun: I had been given the choice of the post by mentor and friend Claire Ulrich, and the test became my second published translation, under the title: Cambodge : Une nouvelle vague de blogueuses. […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site