Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taïwan : Conflit autour des îles Diaoyutai

Le 11 juin 2008, le bateau de pêche de plaisance taïwanais United (聯合號) a coulé suite à une collision avec un patrouilleur des garde-côtes japonais, à 11 km des litigieuses îles Diaoyutai (釣魚台) (Senkaku en japonais), qui sont simultanément revendiquées par Taïwan, le Japon et la Chine. Les passagers et l'équipage ont été secourus par les garde-côtes japonais.

Les médias taïwanais ont rapidement couvert l'incident.  Les émissions de débats politiques, et celles qui ouvrent l'antenne aux auditeurs, ont débattu avec passion de l'incident et du vieux différend territorial sur les îles Diaoyutai. Parallèlement, de complexes questions de revendications territoriales et de droits de pêche ont mis en difficulté le Président taïwanais nouvellement élu, Ma Ying-Jeou [français], et son gouvernement.

Dans sa jeunesse, le président Ma (馬英九) a soutenu la revendication taïwanaise sur les Diaoyutai avec passion. Il a également violemment critiqué l'ancien président Chen Shui-bian [français] (陳水扁) dont la position, d'après lui, n'était pas suffisamment proactive sur la question du différend territorial. De plus, le récent incident est intervenu à un moment sensible, alors qu'avaient lieu des négociations entre Taïwan et la Chine.

Quoique Taïwan, la Chine et le Japon revendiquent tous les îles Diaoyutai, il est reconnu qu'elles sont sous juridiction japonaise. La gestion de l'incident, mêlant questions historiques, politiques et économiques, a rendu ces négocations plus délicates. En conséquence, ce différend territorial n'est pas seulement pour Taïwan un inévitable processus officiel, mais également une source de tensions en suspens.

De nombreux hommes politiques taïwanais ont appelé à une position ferme vis-à-vis du Japon durant la gestion de l'incident. Le premier ministre Liu Chao-shiuan [anglais] de la République de Chine [français] a déclaré lors de questions au parlement qu'il n'écarterait pas la possibilité d'un conflit militaire avec le Japon, si Taipei (capitale de Taïwan) et Tokyo ne parvenaient pas à résoudre leur différend à propos des îles Diaoyutai par la voie diplomatique.

Cette crise soudaine entre Taipei et Tokyo a choqué les blogueurs taïwanais. Positionnés de différentes façons sur l'échiquier politique, ils ont exprimé leurs opinions et commenté l'incident.

Le blogueurDa-Bou  (大豆) [chinois] remarque que dans les médias japonais, l'affaire a été couverte comme un simple accident. Face à leur traitement relativement équilibré de la collision maritime,  les médias taïwanais, eux, ont cité une majorité écrasante de réactions de l'équipage du bateau de pêche ou d'officiels taïwanais.

Da-Bou [chinois] met en cause la véracité des déclarations du skipper, qui prétend que le bateau a été délibérément percuté par celui des garde-côtes japonais jusqu'à ce qu'il coule :

相較於日本媒體,台灣媒體並沒有對於另一方當事人的說詞作任何查證或基本的平衡報導。只是單方面強調船長的說法,並沒有作到客觀中立。 ………….

Comparés aux médias japonais, les médias taïwanais sont partisans dans leur présentation de l'incident ; ils n'ont repris que les déclarations du skipper du bateau de pêche taïwanais qui a coulé et ont tout simplement ignoré les déclarations japonaises, l'autre partie impliquée dans cette affaire. Les médias taïwanais n'ont pas atteint l'objectivité et la neutralité.

無論釣魚台是否為我國領土,聯合號的行為都「顯然違法」,根據「娛樂漁業管理辦法」第24條規定

娛樂漁業漁船活動時間全天二十四小時開放。但每航次以四十八小時為限。 娛樂漁業漁船活動區域以臺灣本島及澎湖週邊二十四浬內及彭佳嶼、綠島、蘭嶼週邊十二浬內為限。

也就是說,因為聯合號不是「漁船」,而是「娛樂(海釣)漁船」,照理說到釣魚台附近超過九十海浬的地方根本是違法的,並且根據出發前應繳交的娛樂漁業漁船航行計畫資料表,其「航行計畫」一欄也完全登載不實。而且聯合號違反法令航行顯然不是第一次了。

Que les Diaoyutai fassent partie du territoire taïwanais ou non, le bateau de pêche taïwanais United a apparemment violé la loi. D'après l’article 24 de la Réglementation de la pêche de plaisance :

“L'activité de bateaux dédiés à la pêche de plaisance est autorisée 24 heures par jour. Chaque séquence est limitée à 48 heures.” Et : “La zone d'activité est limitée à 24 milles nautiques maritimes de Taïwan et Peng Hu, et 12 autour de l'îlot Pen Jia, de Green Island et de Lan Yu.”

En d'autres termes, il est illégal pour un bateau de pêche “de plaisance” comme le United de franchir les 90 milles nautiques qui séparent les Diaoyutai de Taïwan. De plus, d'après le document transmis aux autorités avant que le bateau de pêche de plaisance United ne lève l'ancre, le relevé de sa feuille de route correspondait au trajet effectif. Donc, ce n'est pas la première fois que le United faisait ce trajet, en dépit de la loi.

Un autre blogueur, Pau [chinois] note que peu importe qui revendique la souveraineté sur les îles Diayutai, que le Japon doit prendre ses responsabilités pour le bateau coulé suite à la collision avec celui de ses garde-côtes :

回頭來看這次聯合號事件,日方絕對沒有任何理由跟立場扣留船上任何人。聯合號上插的是中華民國國旗,不是日本國旗,船上所有人都 是中華民國國民。姑且不論釣魚台爭議,日方撞沉我方船隻就是侵犯我方主權,插著我方旗幟的船隻,就等於中華民國領土,豈能容日本人將之撞沉。撞沉我方船艦 扣留我方人員,視我方主權為何物?

En examinant cet incident inattendu, le Japon n'a aucune excuse ou raison valable pour retenir en détention qui que ce soit sur ce bateau de pêche. Le pavillon du United était celui de la République de Chine, et non du Japon, sans mentionner le fait que tous les passagers du bateau étaient citoyens taïwanais. De plus, un bateau avec notre drapeau dessus est considéré comme territoire de la République de Chine. Indépendamment du vieux différend territorial à propos de ces îles, le Japon a violé notre souveraineté en heurtant un bateau portant notre drapeau national. C'est inacceptable! Ont-ils un seul instant pris en compte notre souveraineté, en rentrant dans notre bateau et en détenant nos citoyens?

Le blogueur Yu-Wen Huan (宇文渙) [chinois] évoque la révolte des Boxers :

台灣民意代表們鋪排的抗日秀 真是精彩絕倫 從高呼不惜一戰 送霹靂幹員護漁 要國防部長開飛機去繞一圈 進而升高軍事對峙都有 兩位聲望最低的部長—外交部和國防部 這下好不容易找到可以翻身的機會 都是狠話、大話盡出 因為再沒有比愛國心 更便宜、更方便販賣的道具了 越遠離戰場 人就越好戰

Le show anti-japonais organisés par ces officiels est fantastique. Ces actions incluent la revendication d'une “guerre si c'est nécessaire”, d'envoyer des brigades d'élites pour protéger les pêcheurs, et d'exacerber la situation militaire. Les ministres des affaires étrangères et de la défense, qui ont la pire des réputations, ont maintenant l'opportunité d'influer sur la situation. Leurs voix  sont stridentes et leurs mots sont agressifs, parce que rien n'est aussi facile à vendre que le patriotisme. Les gens sont plus militants quand ils sont loin du front.

Xia Ming (小明) sur le blog NanFangSao school [chinois] enjoint tout le monde à faire face à la situation :

聯合號不是「漁船」,不是一般漁民去捕魚,是向釣客收錢載人出海釣魚去。這種攬客出海釣魚的營利船,居然可以到處走透透到處去享 受姜太公釣魚樂趣,怪也不怪?這次沒被日本修理,會不會哪一天他跑到北極去賞北極熊呀!!現在是怎樣?「四海一家」,你家就是我家嗎??怎麼可以這麼自由 呀!什麼「海洋國家」,我棉的船老大早就這麼做了~>_<~ 釣魚台是台灣的?我的感覺,這種說法和「東起烏蘇里江、黑龍江…西到帕米爾高原噴赤河,南到增母暗砂……都是中華民國固有疆域」的說法,還真 的有異曲同工之妙。乾脆說月球、火星也是中華民國領土不是更好??

Le “United” n'est pas un bateau de pêche et (les équipiers) ne sont pas des pêcheurs comme les autres.  Ils font de l'argent en emmenant pêcher des passagers. Ce genre de bateaux va partout pour le plaisir de pêcher. Vous ne trouvez pas que c'est bizarre ? S'ils n'avaient pas été heurtés par un bateau des garde-côtes japonais cette fois, seraient-ils allés voir des ours polaires en Arctique la prochaine  fois ? C'est vrai, quoi, “le monde est une grande famille”, et ma maison, c'est chez toi aussi ? Comment peuvent-ils être aussi libres ? Quand les gens disent que “Taïwan est un pays d'océan”, je me dis que ceux qui sont sur le “United” ont déjà réussi ça ~>_<~. Pour ceux qui disent que “les îles Diaoyutai appartiennent à Taïwan”, je pense que c'est pareil que ceux qui disent que “le territoire de la République de Chine [Taïwan] s'étend à l'Est jusqu'aux rivières Wusuli et Heilongjiang, à l'Ouest jusqu'aux rivières Pamirs et Panj, et au Sud jusqu'aux sables TzengMoo…” Pourquoi ne disent-ils pas aussi que la lune et Mars appartiennent à la République de Chine ?

Le blogueur taïwanais Walter [chinois] rétorque que les Taïwanais aiment se traiter en esclaves. Il est attristé par la faiblesse de Taïwan et son manque de dignité :

我當然覺得上戰場打仗真是人生最大悲哀 可能一槍就被不知道哪來的流彈爆頭而死、也可能一顆炸彈就讓你灰飛煙滅? Than? 所以台灣該把戰爭這個選項移除? 我也怕死,我也想組美好家庭、簡簡單單到老。 但台灣人真的如此沒有尊嚴? 別忘了,台灣對釣魚台在憲法上是劃為”國土”的。

Bien sûr, de mon point de vue, faire la guerre est la chose la plus triste de la vie humaine. Des gens meurent par des bombes ou des balles perdues. Pour cette raison, alors, est-ce que Taïwan devrait éliminer les opinions belliqueuses? J'ai peur de perdre la vie. Je veux juste avoir une famille ordinaire et mener une vie simple. Mais que faire de la dignité de Taïwan ? Gardez à l'esprit que d'après la Constitution, les îles Daioyutai font partie de notre territoire.

Katana [chinois] de Hong Kong pense que les raisons cachées de l'incident ne sont pas si simples :

這一撞,可能是日本鷹派跟台灣那批不想眼見國民黨跟中共之熱擁情況的在野派,暗手出招,陷你馬英九 一個政治危機,小馬哥強則得罪日本,不強又跟不上中國對此事件的強烈回應。中國此次如此強和快反應向日本罵,明顯跟暖春時態度不統調,可見又是中國鷹派給 胡、溫的一個回馬槍。

Cette collision accidentelle pourrait être un piège mis en place par les faucons japonais et les politiciens en perte de vitesse à Taïwan qui ne souhaitent pas voir une alliance du Kuomintang et de la République populaire. Cela impliquait entraîner le Président Ma Ying-Jeou dans une crise politique. L'attitude du Président Ma ne pouvait pas être trop tranchée, pour ne pas irriter Tokyo. En revanche, si son attitude n'était pas assez forte, il pourrait être dépassé par les réactions brûlantes de Pékin. Pékin a immédiatement et fortement condamné Tokyo dans cet incident, ce qui change apparemment de l'attitude affichée lors des rencontres du “printemps chaleureux”. Il est donc clair que les faucons de guerre chinois tentent de neutraliser Hu Jintao et Wen Jiabao.

Sur le site officiel de la campagne présidentielle de Ma Ying-Jeou, le commentateur wiixdhsu [chinois] écrit que nous devrions être durs vis-à-vis du Japon. Pourquoi ne pas faire des Diaoyutai un lieu de tourisme officiellement recommandé par le gouvernement taïwanais, suggère-t-il :

日本這國吃軟不吃硬,對於捍衛主權的做法應該在行動要更強硬一點,舉南韓為例,日本也宣稱獨(竹)島他們擁有主權,可是南 韓採取 強烈作法捍衛主權加派巡邏艦巡邏,最後甚至開放民眾遊客到獨(竹)島觀光,獲得人民一致支持,日本毫無辦法。我們政府應該規劃開放陸客來台並且也將釣魚台 納入旅遊景點,派巡邏艦巡邏,徹底捍衛釣魚台主權,我相信此舉一定能獲得兩岸三地的民眾全面支持。

Le Japon cède toujours aux approches tempérées mais rejette la force. Cependant, nous devrions mettre en œuvre davantage d'actions fortes pour protéger notre souveraineté sur les rochers de Liancourt (au Japon : Takeshima, en Corée : Dokdo). La Corée du Sud a agi, en envoyant des bateaux pour le pétrole et en autorisant mêmeles touristes à les visiter. Les Coréens du Sud ont généralement soutenu ces actions. Finalement, le Japon ne peut rien y faire. Notre gouvernement devrait inclure les Diaoyutai dans les lieux touristiques recommandés, au moment où il prévoit d'autoriser les touristes chinois à visiter Taïwan. De plus, il est nécessaire d'envoyer des patrouilles de garde-côtes dans les eaux territoriales près des îles Diaoyutai. Nous devons revendiquer fermement notre souveraineté par ces actions. Je crois qu'elles doivent être soutenues par les peuples de la Grande Chine.

Le blogueur BillyPan [chinois]  note que les politiciens ont des passions à très court terme sur la question des îles Diayutai :

愛田友,蒼井空,穗花,小澤瑪利亞,麻美來台灣當Show Girl,台灣人馬上就忘記釣魚台在那裏了。

Si les actrices japonaises de films X Yua Aida, Sora Aoi, Honoka, Maria Ozawa et Asami étaient invitées comme show girls à Taïpeï, les Taïwanais oublieraient immédiatement où sont les îles Diaoyutai.

Un photomontage amusant de l’ancien président et dictateur militaire de la République de Chine, Chiang Kai-shek (蔣介石), a été créé et publié par un utilisateur du site taïwanais populaire VeryXD. La moue mélancolique de Chiang est amusante, et la légende qu'il a ajouté dit : “Les îles Diaoyutai ne peuvent pas être données aux Japonais”.

Les îles Diaoyutai ne peuvent pas être données aux Japonais

Pour finir, je voudrais conclure avec les mots et le dessin du blogueur Lovelvislate [chinois]. Son article, je pense, représente le point de vue de bien des Taïwanais.

釣魚台不是台灣的,也不是中華民國的,因為我們從來沒有保衛過它, 馬總統也別再說屁話了,我們不可能保衛它,也不可能為它與日本一戰,不可能的。 ………………… 如果是別的國家的漁船靠近釣魚台,日本是不可能如此的,我們必須面對現實, 就是我們很好欺負,個性溫和,總是逆來順受。

Taïwan n’a jamais eu de souveraineté sur les îles Diaoyutai, pas plus que la République de Chine. Président Ma, s’il vous plaît, ne dites plus de pareilles conneries. Nous ne pouvons pas protéger les Diaoyutai, ni lutter contre le Japon pour ces îles. C’est impossible. … Si un bateau de pêche d’un pays autre que Taïwan avait approché les Diaoyutai, le Japon n’aurait pas fait la même chose. La réalité à laquelle nous devons faire face, c’est qu’on nous intimide facilement – notre modération nous rend victimes des brutes. 

我們必須面對現實,我們所有的不安都是來自不面對現實,現實是—我們不是一個國家, 我們沒有主權獨立,只有內政獨立,我們的軍隊,是名符其實的自慰隊。 美國也不可能會保衛台灣,美國、日本與中國都不承認中華民國的存在。 別傻了,釣魚台從不是我們的,忘了它吧。

Les faits mènent à la réalité, là d’où viennent toutes nos agitations. Le fait est que Taïwan est juste une entité politique qui gère les affaires intérieures de façon indépendante, pas un pays indépendant qui a sa propre souveraineté. Tout ce que notre armée peut réellement faire, c’est consoler, pas se défendre. Les États-Unis ne peuvent plus envoyer leurs troupes pour protéger Taïwan non plus. De toute façon, les États-Unis, le Japon et la République populaire de Chine refusent de reconnaître Taïwan comme un État souverain. Par conséquence, ne soyons pas idiots – Taïwan n’a jamais eu de souveraineté sur les îles Diaoyutai. Oublions les !

 

 Croquis

Traduit du chinois par Abstract and Pipperl.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site