Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Palestine : Fait-divers ou “déchaînement terroriste” ?

Seuls les Arabes sont des terroristes… ainsi s'énonce le sujet en une sur le blog live from occupied palestine [anglais]. Le blogueur se réfère aux titres qui se sont étalés dans les journaux israéliens et étrangers après que Husam Taysir Dwayat, un Palestinien habitant Jérusalem, a conduit une pelleteuse à travers la foule dans une rue de Jérusalem-Ouest, tuant trois personnes et en blessant au moins 66 autres. La course folle de Dwayat a pris fin lorsqu'un soldat israélien qui n'était pas en service a ouvert le feu et l'a abattu.

Parmi les titres qui ont suivi l'attaque de Dwayat, on a pu lire ; «Déchaînement de terreur au bulldozer à Jérusalem». Ils se concentraient aussi sur la relation passée de Dwayat avec une femme juive, avec des titres tels que «L'assaillant de Jérusalem a eu une petite amie juive». Certains articles affirmaient même que Dwayat hurlait : «Dieu est grand!»
live from occupied palestine [anglais] analyse la question de savoir pourquoi Dwayat est étiqueté comme terroriste : 
Si l'acte meurtrier de Dwayat n'avait pas de motivation politique, s'il n'a pas agi en tant que membre de «groupes subnationaux ou d'agents clandestins», alors pourquoi est-il étiqueté comme terroriste par les médias, politiciens et autres officiels israéliens ? S'il a agi seul, dans ce que les forces de sécurité et la police israélienne croient être un acte non prémédité, pourquoi Dwayat est-il qualifié de terroriste ?
Evidemment la réponse est simple. Dwayat était un arabe palestinien, donc, par nature, il était forcément un terroriste. C'est ce fait à lui seul qui explique cette étiquette de terroriste.
Desertpeace [anglais] est aussi très attentif aux titres, et remarque, à propos de ceux qui attirent l'attention sur la relation de Dwayat avec une femme juive :
En voilà une révélation fracassante ! C'était «Toutes les nouvelles qui sont exactes, nous les publions»… Maintenant, c'est «Toutes les nouvelles qui font vendre, nous les publions».
Eh bien, moi je n'achète pas !
Will de KABOBfest [anglais]  propose une autre perspective : le symbolisme du bulldozer en Israël et en Palestine.
En tuant trois civils israéliens, ces actes meurtriers représentent une tragédie ironique. Alors que verser le sang des civils ne se justifie jamais, la manière dont nous parlons de tels actes est importante. Plutôt que de le présenter comme un incident isolé ou comme une attaque palestinienne insensée de plus, nous devrions vraiment examiner pourquoi les engins de chantier sont devenus un outil de mort et de destruction en Israël/Palestine. Pour les Palestiniens, le bulldozer est un symbole de l'agression israélienne. Une attaque au bulldozer par un Palestinien ne change pas cela. Elle nous rappelle seulement le besoin urgent d'une paix juste.
Rima Abdelkader, sur son blog Arabisto.com [anglais], complète l'information de ses lecteurs :
Un autre fait important, laissé de côté dans les informations de mercredi, est que les bulldozers, et particulièrement les Caterpillars, sont utilisés dans certains cas pour démolir les habitations palestiniennes. L'un d'eux a même tué en mai 2003 l'activiste pacifiste américaine Rachel Corrie, qui avait risqué sa vie pour protester contre les démolitions. Cet élément d'information est significatif pour expliquer le cours des événements de mercredi, sachant que l'assaillant a utilisé un Caterpillar pour tuer des civils innocents.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site