Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Le nouveau paradis du cinéma ?

Le Maroc est un lieu de tournage apprécié depuis longtemps par les réalisateurs étrangers. Des films aussi connus que La Dernière Tentation du Christ ou Lawrence d'Arabie, ainsi que des films plus récents comme Détention secrète et La Chute du faucon noir, utilisent le Maroc comme toile de fond. D'autres films comme Babel n'utilisent pas que les paysages du Maroc, mais aussi sa culture et ses habitants. Enfin, l'industrie cinématographique en plein développement du Maroc a produit des succès à l'international ces dernières années : Ali Zaoua, prince de la rue de Nabil Ayouch s'est fait remarquer à l'étranger, s'attirant des comparaisons avec le film brésilien La Cité de Dieu, tandis que MaRock se distingue car ce film a été réalisé par une femme, Laïla Marrakchi.

Des blogs traitent de ce sujet, notamment celui [en anglais] de l'expatrié (en Europe) Marrakech Xanthe Pat qui revient sur l'histoire du cinéma au Maroc :

Après quelques recherches, j'ai été surpris de découvrir qu'un film a été tourné au Maroc dès 1897 (Le Chevrier marocain de Louis Lumière), même s'il faut attendre presque 20 ans pour en trouver un deuxième. Mais ensuite, les tournages se suivent régulièrement, pratiquement annuellement, par des réalisateurs français, espagnols, allemands venant au Maroc pour tourner tous types de films aux noms exotiques.

Il conclut son article en suggérant un nouveau nom pour l'industrie cinématographique marocaine :

Mais pourquoi le Maroc ? Est-ce à cause de paysages variés, parce que le Maroc a des montagnes, du désert, des côtes splendides, un incroyable patrimoine architectural, ou bien est-ce la lumière magnifique et le climat ensoleillé qui attirent cinéastes et artistes dans ce pays ? Le Maroc n'est-il pas en train de devenir le nouvel Hollywood, et ne peut-on pas commencer à l'appeller “MollyWood” ?

La blogosphère marocaine compte même son blogueur spécialisé dans le domaine du cinéma, Allal El Alaoui, qui publie le blog [en anglais] cinema and movies. Dans un billet récent, il dépeint le Festival International de Cinéma d'Animation de Meknès :

Bien que le festival de Meknès 2008, voulu par le Wali (préfet) de Meknès Tafilalet Hassan Aourid, soit privé de l'appui technique d'un directeur artistique ou de coordinateurs techniques, il se passe des choses incroyablement belles et symboliques lors de cet évènement culturel, en particulier des artistes qui expose leur talent dans le cadre de la prison de Kara (appelée aussi Qobat Assoufara), ce qui est quelque chose de très représentatif de l'ouverture que le Maroc est en train de connaître, déclare Leïla El Baaj, la présidente de l'association.

L'industrie cinématographique marocaine ne montre aucun signe de ralentissement. Le blog The View From Fez [en anglais] rapporte que le tournage de Prince of Persia a commencé le 22 juillet 2008 à Oukaïmeden, la plus importante station de ski du Maroc (et peut-être d'Afrique) :

L'acteur islandais Gísli Örn Gardarsson se trouve actuellement au Maroc pour tourner une des principales parties du nouveau film de Jerry Bruckheimer, Prince of Persia : The Sands of Time. Le tournage vient de commencer. Le scénario du film est basé sur le jeu vidéo du même nom, dont le personnage est un prince hardi, associé à une princesse rivale pour empêcher un roi coléreux de détruire le monde par une tempête de sable. On espère que l'acteur rendra visite à Fès pendant les relâches.

La prochaine fois que vous allez au cinéma, admirez le Maroc comme décor !

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site