Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Géorgie : Des nouvelles d'Ossétie du Sud

Alors que les médias locaux et internationaux annoncent que la zone de combat s'est étendue jusqu'en Géorgie, la récente confrontation militaire avec la Russie [en français] à propos d'une région séparatiste, l'Ossétie du Sud, ressemble de plus en plus à une guerre. Wu Wei fait savoir depuis Tbilisi [en anglais] que la base militaire de Vaziani en bordure de la capitale géorgienne a été bombardée. Tout ceci est de très mauvais augure [en anglais].

Reports say Russians have damaged the runway at the Marneuli airport near Tbilisi.

We are wondering what the Georgian airforce is doing.

Nobody has declared war yet, and the Russians are hedging, but when you put it all together, it looks pretty much like it.

It seems some dignitaries are on their way, like President Adamkas from Lithuania. They better land quick.

On rapporte que les Russes ont endommagé la piste de l'aéroport de Marneuli, près de Tbilisi.

Nous nous demandons ce que fait l'armée de l'air géorgienne.

La guerre n'est pas encore déclarée, et les Russes se dérobent, mais quand on rassemble tous les éléments, ça y ressemble pas mal.

Il semble que des dignitaires soient en chemin, comme le Président lituanien Valdas Adamkus [en français]. Ils ont intérêt à se dépêcher d'atterrir.

Le même blog dit que les ambassades se préparent à l'éventualité d'une évacuation de leurs ressortissants. Cependant, il n'est pas encore sûr que cela soit nécessaire [en anglais].

It seems in case of an evacuation it will be through Armenia. Our Greek has been told the same. This seems to be a plan agreed at a meeting of all the embassies earlier in the week.

But nobody is expecting this to be necessary. I'm leaving for Lithuania next Thursday anyway, for a long weekend.

A new meeting of diplomats has been called this afternoon which everybody but the Russians have gone to.

Apparemment, en cas d'évacuation, ce serait via l'Arménie. On a dit la même chose à notre Grec. Il paraît que c'est un plan qui a été approuvé lors d'une réunion de toutes les ambassades plus tôt cette semaine.

Mais personne ne s'attend à ce que ce soit nécessaire. Je pars en Lituanie mardi prochain de toute façon, pour un long week-end.

Il y a eu une nouvelle réunion de diplomates cet après-midi, où tout le monde s'est rendu sauf les Russes.

A Fistful of Euros examine la situation depuis la Géorgie [en anglais] et se demande si la Russie va risquer d'entrer en guerre pour l'Ossétie du Sud. Il se demande également si Tbilisi a reçu un accord tacite des États-Unis ou de l'Europe pour ses opérations militaires.

First, what will Russia’s leadership do? It was willing to have Russian planes violate Georgian airspace last week during the escalation, and reports have it that one bomb each fell near the Georgian cities of Gori and Kartveli. On the other hand, this looks like a gesture — if the Russians wanted to have bombs fall on Gori and Kartveli, they jolly well would have. Escalation by the Russian side is of course possible, but Saakashvili’s government has bet that Russia won’t be all that put out about 70,000 South Ossetians. The ruble and the Russian stock market, however, both had big drops today, apparently on the theory that you never know about escalation.

Second, what will the Americans and EU do? A senior State Department figure was here in Tbilisi last week, and I would expect that the Georgian side at least hinted very broadly about what was up. He would have to deny that, of course, in the way of these things. We can assume that the Americans did not warn them off. The German foreign minister was also here, with a plan for Abkhazia. It’s slightly less likely that he was clued in, but the topic of his visit points to the next item on the reintegration agenda.

Premièrement, que vont faire les dirigeants russes ? Ils étaient disposés à laisser des avions russes violer l'espace aérien géorgien la semaine dernière pendant l'escalade [du conflit] et des rapports indiquent qu'une bombe est tombée sur chacune des deux villes géorgiennes de Gori et Kartveli. D'un autre côté, on dirait qu'il s'agit d'un geste — si les Russes voulaient bombarder massivement Gori et Kartveli, ils l'auraient fait plutôt deux fois qu'une. L'escalade du côté russe est bien sûr possible, mais le gouvernement de Saakashvili [en français; Président géorgien] a fait le pari que la Russie ne serait pas contrariée pour 70 000 Ossètes du Sud. Le rouble et la bourse russe, en revanche, ont tous les deux chuté brutalement aujourd'hui, apparemment sur la base de la théorie que l'escalade [d'un conflit] est imprévisible.

Deuxièmement, que feront les Américains et l'Union Européenne ? Un représentant du Département d'État [américain] était ici, à Tbilisi, la semaine dernière et j'imagine que la partie géorgienne a au moins fait des allusions vagues à ce qui allait se passer. Il devra le nier, évidemment, comme on le fait généralement. Nous pouvons supposer que les Américains ne les ont pas mis en garde. Le Ministre allemand des Affaires Étrangères était là aussi, avec un projet pour l’Abkhazie. Il est moins probable qu'on l'ait mis dans la confidence, mais l'objet de sa visite est le prochain point du calendrier de réintégration [des territoires séparatistes].

Le même blog fait savoir qu'alors que les avions russes ont bombardé des cibles proches de l

La section commentaires est fermée

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site