Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Monde arabe: Quand les femmes célibataires quittent le nid

Pour de nombreuses femmes célibataires arabes, vivre et travailler ou étudier loin de sa famille n’est pas un choix facile à faire, à cause de la crainte du “Qu’en dira-t-on”. Partout dans le monde arabe, des blogueuses ont récemment exprimé leur frustration quant aux  obstacles que rencontrent les femmes célibataires.

Rambling Hal, qui vit à Amman et contribue au blog Rants and Rambles, a décidé d’accepter un emploi à Abou Dhabi [en anglais] :

Quelqu’un pourrait-il, JE VOUS EN PRIE, m’expliquer CE QU’IL Y A de si grave, de si mal, d’anormal ou d’indécent dans le fait d’être une jeune femme ambitieuse qui a la capacité, le désir et la motivation de s’installer dans un autre pays du Moyen-Orient où elle vivra sa vie de célibataire expatriée (oh quelle horreur, oh quel choc), uniquement pour le bénéfice de l’expérience ? Et il ne s’agit pas de n’importe quel pays mais précisément des EMIRATS ARABES UNIS avec leur niveau de vie et leur sécurité, leur attractivité en terme d’emplois et la réputation d’être la « Suisse du Moyen-Orient ». […] Si mes proches me comprennent, me soutiennent et acceptent ma décision de PRENDRE MA VIE EN MAIN, pour autant je n’apprécie vraiment pas le côté arriéré de cette société qui nous force à ingurgiter ses préjugés déplacés et sa compréhension erronée des normes et des traditions sociétales reconnues. Nous ne devrions nous soucier que du fait que nous allons nous manquer (et de ranger mes chaussures dans des valises) et certainement PAS de « ce que les gens vont dire et penser ».

Je suis quelqu’un qui a des projets. Je ne vais pas rester les bras croisés et rêver qu’un jour ils se réalisent. Je vais faire en sorte qu’ils se réalisent et je vais me démener pour qu’il se passe des choses dans ma vie. Si cela fait de moi quelqu’un d’anormal, d’atypique, condamné à prendre la mauvaise pente, quelqu’un d’inadapté, de stupide car je tourne le dos aux conforts d’une vie dégagée de toute responsabilité, quelqu’un de déviant même… alors, qu’il en soit ainsi.

Hala vient d’Arabie Saoudite et vit actuellement aux Etats-Unis. Sur le blog HALA_IN_USA, elle nous fait part de l’expérience d’une de ses amies célibataires qui travaille à Riyad, loin de sa famille, et qui a dû subir longtemps le harcèlement d’un homme, contre lequel, elle s'en est aperçue, elle ne pouvait pas faire grand chose. Hala conclut [en anglais] :

Je plains les filles célibataires qui vivent seules dans un monde conçu par les hommes…En guise de solution, ma mère m’a suggéré de me marier et ma grande sœur m’a conseillé de me voiler entièrement le visage pour signaler mes bonnes intentions et dissimuler son identité… et je me disais qu’après tous les efforts qu’une femme doit fournir ici pour éviter de se faire harceler, cette amie n’a pas réussi à refuser les avances répétées de cet homme. Son opinion n’avait tout simplement pas d’importance… Peut-on se risquer à dire que les femmes peuvent travailler avec des hommes lorsqu’on ne reconnaît pas clairement leurs droits ? Faut-il qu’il y ait une campagne nationale pour sensibiliser les hommes sur les droits de la femme, en particulier au travail, et des lois strictes pour que les femmes ne soient plus maltraitées ? La crainte d’entacher sa réputation surpasse-t-elle celle de risquer sa propre sécurité ? Notre société est-elle après tout rigoureuse et moralisatrice ? Et comment pouvons-nous transformer une culture profondément enracinée, qui a contraint les femmes vertueuses, humbles et très religieuses à être mises à l’écart, placées sous tutelle et à revêtir un voile intégral, en une culture bienveillante à l’égard des femmes ?…

Nous terminerons avec Eman qui, sur le blog Hatshepsut, a publié un message intitulé « Overheard in Cairo » (“Conversation entendue au Caire”) [en anglais]:

Première fille : Oh ! Alors tu vas étudier à l’étranger pendant combien de temps ?
Deuxième fille : 5 ans.
Première fille : Wow ! CINQ ANS ! C’est beaucoup trop !
Deuxième fille : Ben, je vais préparer un doctorat… Tu devrais faire la demande aussi.
Première fille : Euh, je ne sais pas, je ne pense pas que mon père approuvera le fait que je vive seule à l’étranger pour une période aussi longue.
Deuxième fille : Pourquoi ?
Première fille : Ben, tu sais, à cause de ce que les gens diraient.
Deuxième fille : Qu’est-ce qu’ils diraient ?!!
Première fille : Tu sais… « C’est une fille qui est restée toute seule pendant longtemps »…  « Dieu seul sait ce qu’elle a fait là bas »… Tu sais, ce genre de choses…
Deuxième fille (vexée): Et bien, il n’y a que les gens intolérants et à l’esprit mal tourné pour penser cela et je crois que les personnes sensées ne devraient pas les écouter.
Première fille : Je suis d’accord, mais ce genre de rumeurs peut vraiment compromettre les chances de se marier et c’est pour cela que mon père n’acceptera pas.
Deuxième fille : Et bien, tu ne veux pas épouser un idiot arriéré et borné, si ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site