Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Liban : Attentat terroriste à Tripoli

Un mini-bus transportant des civils et des soldats libanais a sauté dans la ville de Tripoli, au nord-ouest du Liban. L'explosion a eu lieu à 7:50 am selon un témoin sur les lieux. Un communiqué de l'armée libanaise déclare que l'attentat a fait onze victimes, dont neuf soldats, et trente blessés parmi les civils et soldats. Le communiqué définit l'explosion comme “un acte terroriste”, dirigé directement contre l'armée et la co-existence pacifique des communautés au Liban. Cet attentat a lieu quelques heures seulement avant que le Président Michel Suleiman rencontre lors d'un sommet le président syrien Bashar al Assad. Le sommet est le premier que les deux pays ait organisé depuis trois ans. Voici quelques une des toutes premières réactions de la blogosphère libanaise.

Mustapha  sur le blog Beirut Spring  [en anglais] souligne les divisions qui surgissent dans l'arène politique libanaise, ainsi que parmi les citoyens,  quand un tel attentat se déroule. Il explique que les Libanais,selon leurs opinions et biais, regardent immédiatement dans deux directions.

Ceux qui veulent voir la main destructrice de la Syrie ne peuvent s'empêcher de remarquer que, dès qu'un événement important doit avoir lieu (manifestation anti-syrienne importante, première visite officielle d'Etat à Damas, comme c'est le cas d'aujourd'hui), quelqu'un, quelque part, tue beaucoup d'innocents. 
Comme l'a confié le député du mouvement politique “14 mars”  Jawad Boulos, ce matin, à la station de radio VL : “L'attentat de Tripoli est un message au Président Suleiman il y a des sujets interdits durant la rencontre d'aujourd'hui avec le président syrien”.
De l'autre côté, beaucoup d'autres croient que tout mal émanant du Nord est le fait des terroristes fondamentalistes musulmans, des monstres qui ont récemment été soutenus par l'aile sunnite du mouvement 14 mars (le mouvement Almustaqbal  de Hariri) dans une malheureuse tentative de contrer l'ascendance shiite, sous la forme du Hezbollah.
Aux yeux de ce groupe, les terroristes se vengent de l'armée libanaise, qui les a mis à genoux et les a humiliés durant l'opération Naher Al Bared


Antun
 sur le blog Lebanese Chess [en anglais] a mis en ligne des photos et des articles de presse. Il publie aussi son analyse sur l'attentat, qui n'est pas, selon lui, lié aux récents heurts entre communautés qui se sont déroulés autour de Tripoli. Il conclut en écrivant que l'attentat est “une preuve de la fragile sécurité intérieure du Liban, et que la corruption coûte des vies libanaises”.

IIl est trop tôt pour avoir une idée claire de qui est derrière l'attentat du bus à Tripoli. La ville et plusieurs villages environnants ont récemment été la proie de heurts entre Sunnites et Alaouites. Mais il est peu probable que l'un ou l'autre des groupes ait pu mettre sur pied une opération de cette envergure, qui a tous les traits caractéristiques d'une opération islamiste.

Nahr el-Bared était au centre d'une confrontation majeure entre le mouvement islamiste Fatah al-Islam et l'armée libanaise, l'an dernier. Le bus d'transportait de nombreux soldats, ce qui suggère que l'armée était la cible visée. Le principal suspect, celui qui organiserait délibérément un attentat de l'envergure de celui de ce matin contre un bus, est le Fatah al-Islam.

The Ouwet Front blog [en anglais] a publié d'autres photos des conséquences de l'explosion.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site