Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Conférence Sida 2008 : Lever les interdictions de voyage des séropositifs

Les participants de la XVIIème Conférence internationale sur le Sida [en anglais], tenue au début du mois d'août à Mexico, auront de nombreux sujets sur lesquels se concentrer d'ici à la prochaine conférence, qui aura lieu à Vienne, en Autriche, en 2010. Un des points centraux concerne les restrictions de  [en anglais] imposées aux séropositifs entrant dans un pays pour un court ou un long séjour. Les organisateurs de la conférence, ainsi qu'un grand nombre de représentants officiels, ont condamné ces politiques, qu'ils ont qualifiées de discriminatoires et honteuses.

Le blog dédié à la conférence sur SciDev.Net remarque [en anglais] :

An issue widely discussed in the AIDS 2008 conference is the fact that several countries deny the entry, slors de y or residence of HIV-positive people because of their HIV status.

According to the publication Entry denied, published by UNAIDS in partnership with other organisations and distributed at the conference, at least 67 countries are on the list of those that deny the entry to people living with HIV/AIDS.

Un point amplement couvert pendant la conférence de 2008 est le fait qu'un certain nombre de pays refusent l'entrée, le séjour ou la résidence des séropositifs.

D'après la publication Entry denied, publiée par ONUSIDA en partenariat avec d'autres organisations et distribuée lors la conférence, au moins 67 pays figurent sur la liste des états qui refusent l'entrée sur leur territoire aux personnes qui vivent avec le VIH.

Le Mexique, où se tenait la Conférence 2008, n'a pas de restrictions de voyage [en anglais] pour les séropositifs, mais 65 autres nations ont mis en place différents degrés de restriction à l'égard des 33 millions de personnes qui vivent avec le VIH dans le monde. D'après le Groupe Européen de Traitement du Sida (EATC) [en anglais], sept États imposent une interdiction complète de l'entrée de séroposifs sur leur territoire : Brunei, Oman, le Qatar, le Soudan, la Corée du Sud, les Émirats Arabes Unis et le Yémen. Les pays qui ont mis en place de telles restrictions arguent qu'elles permettent de protéger la santé publique et d'éviter les coûts associés au traitement des ressortissants étrangers séropositifs.

David Cozac, qui a blogué la session sur les Droits de l'homme de la Conférence 2008, écrit [en anglais] que les experts s'inscrivent en faux par rapport à ces arguments :

During a session on travel restrictions for people living with HIV, participants decried the fact that although there is no evidence that travel restrictions have a positive public health impact, 67 countries still have restrictions in place.

Pendant une session sur les restrictions de voyages des personnes vivant avec le VIH, les participants ont dénoncé le fait que 67 pays maintiennent de telles restrictions, qu'alors qu'il n'y a aucune preuve que ces restrictions aient un impact positif sur la santé publique.

Un des pays appliquant de telles restrictions est la Chine. Malgré des espoirs qu'elle lèverait ces restrictions avant les Jeux Olympiques, la Chine les a maintenues [en anglais], même durant les Jeux. D'après la réglementation actuelle [en anglais], les touristes et les visiteurs temporaires doivent déclarer leur statut VIH, et ceux qui envisagent un séjour de longue durée doivent passer un test sanguin; si le test est positif, l'entrée sur le territoire n'est pas permise.

Denise Patterson, blogueuse basée en Thaïlande, commente [en anglais] l'interdiction d'entrée en Chine des visiteurs séropositifs, ou touchés par d'autres problèmes de santé [en anglais], pendant les Jeux Olympiques :

A ban on people with mental illnesses or sexually transmitted diseases? That is very amusing. If the Chinese government believes they can control every aspect of the Olympics, they are sadly mistaken…

… According to 2007 statistics, published by the World Health Organization, the HIV/AIDS rate in China is 2.9% of the population. The ‘ban’ doesn't seem to be working.

Interdire l'entrée de personnes souffrant de maladies mentales ou de maladies sexuellement transmissibles ? C'est risible. Si le gouvernement chinois imagine qu'il peut contrôler tous les aspects des Jeux Olympiques, il se berce d'illusions…

(…) D'après des statistiques de 2007, publiée par l'Organisation Mondiale de la Santé, 2,9% de la population chinoise est touchée par le Sida. On dirait que l'”interdiction de séjour” ne marche pas.

Cependant, la Chine pourrait céder sous la pression. China Daily rapporte [en anglais] que Hao Yang, Directeur délégué du Bureau ministériel de prévention et de contrôle des maladies, leur aurait dit lors de la Conférence 2008 que l'interdiction de séjour des séropositifs, vieille de vingt ans, sera sans doute levée en 2009.

La Chine pourrait suivre l'exemple américain. En juillet 2008, le Président George W. Bush a signé une loi abrogeant l'interdiction légale d'entrée sur le territoire américain des touristes, étudiants et immigrants séropositifs, un premier pas nécessaire pour l'élimination complète de l'interdiction. Cependant, pour que celle-ci soit entièrement levée, le Département de Santé américain (HHS) doit désormais retirer le Sida de la liste des maladies qui empêchent l'accès aux territoire des États-Unis. Actuellement, le SIDA figure toujours sur cette liste.

Kevinf évoque [en anglais] les réactions positives à cette abrogation sur ToTheCenter.com :

Many AIDS experts and rights activists find the new legislation to be a cause for celebration. Previously, travel restrictions could cause more trouble than they prevented, causing people with HIV to lie about their condition. It was discriminatory and would also lead to many of the infected to lie.

De nombreux experts du Sida et activistes des droits [de l'Homme] estiment que la nouvelle législation mérite d'être fêtée. Auparavant, les restrictions de voyage causaient davantage de troubles qu'elles n'en évitaient, incitant les porteurs du virus à mentir sur leur état de santé. Elles étaient discriminatoires et conduisaient les personnes porteuses du VIH à mentir.

David Munar a mis en ligne cette vidéo [en anglais] du Révérend Christo Greyling, de World Vision International, qui explique pourquoi ces restrictions de voyage sont préjudiciables et soulève des questions à propos de l'abrogation américaine.

LauraK, qui blogue pour AIDS 2008's youth site [site des jeunes de la Conférence 2008], prévient [en anglais] que l'abrogation américaine est une étape majeure, mais pas l'étape finale.

It is now up to the Secretary of Health to change regulations to reflect the new legislation. HIV must be taken off of the list of diseases that mean inadmissibility to the United States, but Congresswoman [Barbara] Lee is confident that this will happen soon.

Il revient maintenant au Secrétaire d'État à la Santé de changer la réglementation de façon à prendre en compte la nouvelle législation. Le Sida doit être enlevé de la liste des maladies qui rendent inéligible [à l'entrée sur le territoire] des États-Unis, mais la Députée [Barbara] Lee est certaine que cela arrivera rapidement.

Elle poursuit en exposant la façon dont les restrictions de voyage ont affecté les séropositifs, comme elle a pu le constater lors d'une séance de questions à la Conférence 2008.

One man came forward to express the sense of betrayal felt by those forced out by the restrictions, he had personal experience as a US citizen living in Canada with a partner who is HIV-positive. He still loved his country, he told the panel, but he was ashamed and angry with his government for initiating the repressive legislation that forced him to choose between his country and his partner, as well as for taking 20 years to address it.

Un homme a pris la parole pour exprimer le sentiment de trahison ressenti par ceux qui sont écartés par ces restrictions ; il témoignait d'une expérience personnelle de citoyen américain vivant au Canada avec un conjoint séropositif. Il aime encore son pays, a-t-il dit aux participants, mais il éprouve de la honte et de la colère à l'égard de son gouvernement qui a initié une législation répressive qui l'a obligé à choisir entre son pays et son conjoint, et mis 20 ans à s'intéresser à la question.

Photo de Red Traveling Suitcase par tofutti break sur Flickr.

2 commentaires

  • Je pense que les pays du monde qui pratiquent cette discrimination ont tord d’autant que que les citoyens de leur pays s’ils ont le droit de sortir de chez eux se melereont toujours aux reste du monde. Le VIH peut s’attraper chez soi comme en dehors de ses frontières.

  • Wafo Kam

    C’est une grande révolution que les médias devront s’évertuer à diffuser largement dans tous les pays du monde pour mettre la pression sur les gouvernements qui pratiquent cette discrimination honteuse à l’égard des séropositifs. Que le ministère de la santé américaine traduise rapidement dans les faits cette mesure du président Bush. En tout cas je fais pleinement confiance au gouvernement OBAMA qui agira certainement le plus tôt. Yes We Can.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site