Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Bahreïn : Une nouvelle star, Ruqaya Al Ghasra

Elle n'est certes arrivée que sixième durant les qualifications et son rêve de devenir la première femme arabe du Golfe à participer aux finales des J.O. est bien sûr fini, mais la sprinteuse de Bahreïn Ruqaya Al Ghasra a certainement attiré l'attention des internautes.

Un départ difficile a provoqué l'élimination du 200 mètres femmes  de celle qui a porté le drapeau de Bhareïn lors de la cérémonie d'inauguration mais pour des dizaines de milliers de femmes arabes et musulmanes – et d'hommes – dans le monde entier, qu'elle participe en hijab est plus important que des médailles d'or.

Maytha, sur le blog Kabobfest‘ a fait la déclaration suivante quand Ruqaya Al Ghasra a passé les premières qualifications, couverte des pieds à la tête :  

Je sais que ce n'est qu'une victoire aux éliminatoires, sans importance, mais ce moment va avoir une grand impact sur les Bahreïni, les Arabes, les femmes et les hommes musulmans, sans distinction, elle a déjà servi et va servir à ouvrir une occasion de dialogue dans cette région, et également chez nous.

Maytha poursuit :

Je vais vous dire pourquoi j'adore regarder les Jeux Olympiques dans des lieux publics quand des athlètes arabes participent. Cela me donne l'occasion d'ajouter de la complexité à la vision limitée qu'ont les téléspectateurs de la réalité sociale, politique et culturelle du Moyen-Orient.  

Pour A Moro in America, blog d'un Marocain vivant aux Etats-Unis, le succès de Ruqaya est une preuve que les jeunes peuvent concilier les réalités de la vie moderne et la tradition. Il reproche tout d'abord au Maroc d'avoir écarté le Marocain Rashid Ramzi, qui a remporté l'unique médaille d'or de Bahreïn durant ces J.O. sur le 1500 mètres

Deux coureurs de Bahreïn se sont démarqués des autres aujourd'hui par leurs brillantes prestations à Pékin.  Rashid Ramzi , né au Maroc, et expulsé de l'équipe nationale du Maroc après sa blessure, a fait d'une pierre deux coups. Il a remercié l'état de  Bahreïn, la nation qui a pris en charge ses soins médicaux, lui a offert un emploi au Ministère de la Défense, et a remboursé de leurs dépenses les officiels de l'athlétisme marocain qui l'ont jeté dehors et cessé de lui verser son salaire de 50 dollars par mois.  

La seconde star de Bahreïn est Roqaya al-Ghassra, qui n'a pas seulement attiré l'attention par son “hijhood” (contraction de hijab et hood, capuche) , dessiné par le créateur libanais-australien Zaniti – qui avait déjà lancé le bikini “Burqini” – mais qui s'est aussi qualifiée pour les demi-finales du 200 mètres. Si cette petite sucess-story peut enseigner quelque chose aux nations arabes, c'est peut-être qu'une politique d'immigration sélective peut apporter de grands talents ([Ramzi]. Et que l'innovation et la créativité sont de grands atouts pour concilier tradition et vie moderne chez les jeunes Arabes  [Hijhood, Al-Ghassra].

Le blog Modest and Beautiful [en anglais], un blog de photos consacré aux femmes portant le fameux hijab, consacre un billet à  Ruqaya Al Ghasra ici.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site