Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Sahara occidental : Trois tasses de thé

Photo de Steve Monty sur Flickr, publiée sous Licence Creative Commons

Le blogueur Recuerdos del Sahara [en espagnol] nous invite à partager non pas une, mais trois tasses de thé  car, comme les gens disent, là bas :

El primer te es amargo cómo la vida. El segundo es dulce cómo el amor. El tercero es suave cómo la muerte.

La première tasse de thé est amère comme la vie. La seconde tasse est douce comme l'amour. La troisième est suave comme la mort.

Photo de Cristoph Andre sur Flickr publiée sous Licence Creative Commons

La blogueuse Eva Moreno, qui vit à El Aaiun, raconte son apprentissage [en espagnol] de la préparation du thé à la sahraoui.

“La primera vez que intenté prepararlo me salio fatal, bueno, la primera y la segunda y la tercera… No es que sea muy difícil pero hay tener maña para calcular bien la cantidad de té y azúcar y para hacer la espuma: se vierte el té de un vaso a otro desde cierta altura, y es fácil que se salga fuera y ponga perdida la bandeja. Se prepara en brasas (”jmar”) de carbón vegetal (”fajar”). A muchos les gusta añadirle hierbabuena, cominos y otras plantas cuyos nombres no recuerdo ahora. La bandeja con patas se llama “tabla”, la tetera “berred” y los vasos “kisan”. El té sienta muy bien cuando hace calor; en el mes de Ramadan, al ayunar se tiene a veces dolor de cabeza, sobre todo si la noche anterior no se tomó el té y se tiene esa costumbre, a eso se le llama “tener la cabeza de té”.

 “La première fois que j’ai essayé de préparer une tasse de thé, c’était une catastrophe ; en fait, la première fois, et aussi la deuxième, et la troisième…ce n’est pas si difficile que ça mais vous devez  calculer avec précision la quantité de thé et de sucre et les faire écumer : vous devez ensuite verser le thé d'une certaine hauteur et il se déverse à côté et salit votre plateau. Vous devriez le préparer sur un grill (”jmar”), sur des braises (”fajar”). Beaucoup de gens l’apprécient avec de la menthe, du cumin et d’autres herbes dont je ne peux me rappeler en ce moment. Le plateau avec montants s’appelle “tabla”, la théière, elle, c’est “berred” et les tasses “kisan”. Le thé est savoureux quand il est pris chaud. Pendant le mois du Ramandan [le mois de jeûne pour les musulmans], lorsque vous jeûnez, quelquefois vous avez mal à la tête, particulièrement lorsque vous oubliez de prendre votre thé la veille et que vous êtes habitué à en boire. Il vous sera ainsi dit que vous avez “une tête de thé”.

Comme bien d'autres cultures, les Sahraouis ont développé des coutumes et des rites sociaux autour du thé et nous pouvons imaginer le désert, un ciel sans nuages, la nuit, une pleine lune et une tasse de thé (ou deux ou trois) ! A votre soif !

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site