Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Caraïbes: Les ravages de l’ouragan Gustav


L’ouragan Gustav s’approchant de la ville de Kingston – photo publiée avec l’aimable autorisation de Wayne Sutherland. Visitez la galerie de photos de Wayne.

Voir aussi les plus récentes mises à jour sur Global Voices en anglais

C’est reparti pour la saison des ouragans [en anglais]. En l’espace de seulement trois mois, l’année 2008 a vu défiler une série de tempêtes en tous genres [en anglais], mais c’est Gustav qui sort du lot. Du moins jusqu’à présent. La tempête, qui s’est d’abord formée au sud-est de Port au Prince, s’est transformée en un ouragan le 26 août. Il a rapidement traversé plusieurs territoires des Caraïbes, s’abattant tour à tour sur Haïti , la République dominicaine, la Jamaïque, les îles Caïmans et Cuba, avant de se diriger vers les Etats-Unis.

Les blogueurs s'étaient préparés à toutes les éventualités. A l’approche de la tempête, Mighty Afroditee [en anglais] était affairée, surtout après l’expérience de l’ouragan Ivan aux îles Caïmans, il y a quatre ans :

Pendant que nous sommes assis et que nous retenons notre souffle, appréciant ce qu’il nous reste d’électricité, d’eau et de commodités et priant pour que tout se passe au mieux tout en se préparant au pire, ce cher Gus gagne du terrain, suscitant avant sa visite indésirable l’anxiété et le doute, et tout ce que je peux dire c’est que…oh merde ! J’en ai vraiment ras le bol de cette histoire d’ouragans.

A Grenade [en anglais], les pensées de Blah Bloh Blog [en anglais] se sont tournées vers ses compagnons blogueurs :

Nos prières et nos pensées accompagnent Stunner [en anglais] et Mad Bull [en anglais] alors que la tempête tropicale Gustav se trouve actuellement au-dessus de la Jamaïque et qu’elle se dirige lentement vers les îles Caïmans. Restez à l’abri et donnez-nous de vos nouvelles. C’est incroyable que Gustav soit l’orage qui a frappé Grenade samedi dernier.

Toutes les îles se trouvant sur la trajectoire de la tempête se préparaient au pire mais Haïti semble avoir été la plus durement touché. Pwoje Espwa [en anglais] a tenu les lecteurs informés grâce à des messages quotidiens :

Les fleuves débordent tandis que les montagnes dénudées ne parviennent pas à absorber la pluie. On entend dire que beaucoup plus de gens se rendent à l’hôpital avec des bébés malades, que nombreux sont ceux qui ont perdu leurs récoltes et qu’à la rentrée il y aura moins d’enfants à l’école. Haïti n’avait pas besoin de cela maintenant. Les prix de la nourriture et du carburant ont flambé, provoquant des manifestations contre le gouvernement qui peuvent très facilement dégénérer.

Le lendemain, les nouvelles n’étaient guère meilleures [en anglais]. Les photos  de Pwoje Espwa ont révélé l’ampleur des dégâts occasionnés par Gustav :

Nous venons de traverser une autre mini tempête avec un vent à décorner les bœufs et une pluie battante. Beaucoup de maisons ont été détruites ; des tonnes et des tonnes de récoltes ont été inondées ; plus de 60 haïtiens sont morts ces derniers jours. Haïti, c’est déjà du passé; maintenant, les gens se tournent vers la Jamaïque et au-delà.

Pendant ce temps, le nouveau gouvernement jamaïcain était occupé à rassurer les citoyens sur les services d’urgence du pays, selon lui bien préparés à affronter la tempête. YardFlex.com [en anglais] a fait remarquer que le premier ministre était « d’un optimisme prudent quant au fait que la tempête ne causerait pas beaucoup de dommages à l’île ».

Ce ne fut malheureusement pas le cas [en anglais]. Des informations concernant les inondations, les dégâts et les décès ont commencé à être diffusées par des blogueurs de toute la Jamaïque. Abeng News Magazine [en anglais] a annoncé pas moins de neuf victimes, un chiffre à confirmer ; A Fe Me Page Dis Lyah [en anglais] a estimé que la tempête s’était déchaînée, Francis Wade [en anglais] a reconnu que Gustav avait « réduit la Jamaïque en bouillie » et Annie Paul [en anglais] a à tort cru en son « indulgence ».

Il est ici depuis quelques heures maintenant. Ça ne me dérange pas…comparé à Emily et Dennis. Ou Ivan. Ivan a été terrible.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour se rendre compte de son erreur de jugement [en anglais]:

Indulgent ? Je n’aurais pas pu me tromper davantage. Gustav a été meurtrier, traversant insidieusement le pays, faisant déborder les fleuves et balayant sur son passage des maisons et des vies. Difficile de choisir entre lui et Ivan.

Hello World [en anglais] a également admis avoir été « berné par Gustav, la tempête tropicale », Stunner’s Afflictions [en anglais] a partagé son sentiment.

Ce qui semblait être un jeu d’enfant, alors que Gustav se dirigeait au nord de la Jamaïque et n’apportait à l’île qu’un peu de pluie, a bel et bien changé!

Stunner a aussi pris le temps de mettre en ligne une vidéo montrant les effets de la tempête sur Kingston, la capitale, tandis que A Fe Me Page Dis lyah [en anglais] espérait que les inondations débarrasseraient le pays de tous les malfaiteurs.

Puis, il y a eu l’après-ouragan [en anglais], qu’Annie Paul [en anglais] décrit de manière tout à fait poétique :

Il y a quelque chose de si nouveau et de frais dans l’air après le passage d’un ouragan – ne me dites pas que Gustav n’était pas un ouragan lorsqu’il nous a rendu visite, ce serait comme insister sur le fait d’avoir 19 ans quand on fête ses 20 ans le lendemain. L’atmosphère semble purifiée, purgée de toutes les vapeurs humides, chaudes et néfastes qui nous oppressent depuis des mois. Un zéphyr susurre de vaines menaces et le soleil resplendit sur le paysage humide. Le riddim de la chanson « Natural Mystic » de Bob Marley vibre dans l’air.

Il vibre peut être comme Gustav qui a poursuivi sa route en direction des îles Caïmans et de Cuba. Aux îles Caïmans, Mighty Afroditee [en anglais] était comme un lion en cage et Mad Bull [en anglais] se réjouissait du fait qu’il avait encore « de la lumière, de l’eau, la télé et internet ! »

Cuba n’était pas aussi bien lotie. Black Sheep of Exile [en anglais]  a appris que « l’état de dévastation de l’île des Pins était indescriptible », tandis que Yoani Sanchez [en anglais], un blogueuse résidant à la Havane, qui voulait donner régulièrement des nouvelles de l’arrestation [en anglais] puis de la libération [en anglais] du rocker punk cubain Gorki, se retrouvait quasiment prisonnière de la tempête :

A cause de Gustav, les conditions climatiques à la Havane ne me permettent pas de quitter la maison pour me connecter à Internet dans un lieu public. Sur mon balcon, au quatorzième étage, le vent souffle déjà très fort et nous avons commencé à fermer les fenêtres et à protéger les plantes. Aujourd’hui, je dois affronter un autre cyclone.

Quand l’ouragan Gustav s'est ensuite déchaîné en Louisiane [en anglais] et le cœur du blogueur trinidadien Afrobella [en anglais] s’est tourné vers la Nouvelle-Orléans :

Ce week-end marque un anniversaire effroyable pour le berceau du jazz, et trois ans plus tard, presque jour pour jour, l’évacuation massive de la ville est minutieusement organisée face à  Gustav, un ouragan de catégorie 4. J’imagine tout à fait la peur, la panique et l’émotion qui  s’emparent aujourd’hui des indiens Nawlins, pour qui les ravages de Katrina sont un cauchemar récent. Je voulais juste offrir mon soutien à tous les habitants de la Nouvelle-Orléans et à ceux de la côte jusqu’à l’Alabama. Soyez rusés, restez à l’abri et nos prières vous accompagnent.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site