Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Asie : La banalité des suicides par les pesticides

[Tous les liens pointent vers des sites en anglais]

Alors que la Journée mondiale de la prévention du suicide  va avoir lieu le 10 septembre prochain, une nouvelle étude confirme que dans beaucoup de pays asiatiques, le suicide par ingestion de pesticides est fréquent.  Cette étude analyse les modes opératoires des tentatives de suicide dans le monde afin d'aider les institutions à définir les meilleures stratégies pour les prévenir. 

 3000 personnes se suicident en moyenne chaque jour. L'ingestion de pesticides est l'un des modes opératoires les plus courants.  On estime qu'au niveau mondial, trois millions de cas d'empoisonnements par les pesticides ont lieu chaque année et que 250 000 sont mortels.  Différents rapports, dont cette récente étude, suggèrent que ce problème affecte tout particulièrement les zones rurales, surtout dans les pays asiatiques tels que la Chine, l'Inde et le Sri Lanka.  

En Inde, la crise de l'agriculture et les nombreux suicides d'agriculteurs qu'elle a entrainés ont été amplement documentés.

Le blogueur kerala8821 explique la situation sans issues de ces fermiers :

“L'Inde a assisté à de nombreux suicides de paysans ces dernières années. Nous sommes peut-être en plein boom économique, mais depuis 1997 plus de 25 000 cas de suicides chez les fermiers ont été recensés, la plupart du temps par l'ingestion de pesticides. Les dettes, le harcèlement des créanciers, sont les causes principales [de ces suicides].

Les agriculteurs sont surendettés par la conjonction de coûts d'exploitation élevés (semences de variétés hybrides – supposément à hauts rendements – vendues un prix exhorbitant et prix des pesticides commercialisés par les multinationales) et le manque de débouchés à un prix équitable pour leurs productions (dû en partie à la concurrence des importations). La sècheresse a empiré leurs problèmes. L'irrigation est trop coûteuse pour ces exploitants et les gouvernements locaux n'ont rien fait pour les aider.

Veena Seetharama Annadanaa affirme dans un autre billet que le nombre de suicide est en fait plus important [que les statistiques officielles]  :

“L'augmentation du prix des semences, des pesticides et des engrais ont précipité les paysans dans les dettes et a conduit des milliers (combien ?) d'entre eux à se suicider en buvant ces mêmes pesticides qui les ont conduit à la ruine…

…Le gouvernement lui-même admet que plus de 100 000 paysans se sont suicidés au cours des dix dernières années dans les quatre états du Maharashtra occidental, du Madhya Pradesh du centre, de l'Andhra Pradesh du Sud et du Karnataka.

Le blogueur brianc79, sur CaseIndiaTrips 2, suppose que de nombreux suicides ne sont pas recensés car les victimes n'arrivent pas à temps à l'hôpital :

“Ce matin durant les visites [d'un hôpital en Inde] , la discussion a porté sur les modes opératoires des tentatives de suicide en Inde, comparées à celles des Etats-Unis. [Aux Etats-Unis], ceux qui sont admis dans nos dispensaires médicaux et services d'urgence ont pris des médicaments tels que le Tylenol, des psychotropes, et des médicaments qui leur ont été prescrits. Là bas, c'est plutôt des produits accessibles dans le lieu de vie  — des pesticides, des baies empoisonnées qui sont utilisées comme décorations, etc. Essayer d'imaginer le nombre de personnes qui tentent d'aller à l'hôpital pour être pris en charge, mais n'y arrivent pas, ou ne peuvent payer les soins, est juste terrifiant”.

Sarthak Gaurav, sur le blog India Development Blog, écrit que la facilité d'accès à ces produits chimiques est en grande partie responsable de ce phénomène.  

“Dans des endroits comme Vidarbha, où nous avons la plus haute densité de consommation de pesticides en Inde, la proximité avec des pesticides fortement subventionnés par le gouvernement est courante et dans ces conditions, il va évidemment y avoir une plus forte incidence des suicides par pestidices chez les fermiers en détresse. Aux Etats-Unis, on pourrait remplacer l'exemple par les armes à feu!”.  

Cette photo illustre le problème du suicide chez les agriculteurs en Inde.

Les pesticides sont aussi utilisés en Chine par les personnes qui se suicident. Une étude rapporte qu'ils sont responsables de 60 pour cent des morts par suicide dans les zones rurales de la Chine, tandis qu'une autre estime que 175 000 décès sont chaque année à imputer aux pesticides, le plus souvent chez les agriculteurs, et en Chine seulement.

Un billet sur le blog Please Help Burma explique que les chiffres du suicide en Chine mettent en lumière un facteur social unique :

“La Chine est le seul pays où le taux de suicide chez les femmes est plus élevé que chez les hommes. Environ 90 pour cent des femmes chinoises qui mettent fin à leurs jours vivent à la campagne, où elles peuvent accèder facilement à des pesticides toxiques”.

Chinabounder, dans les extraits de son livre mis en ligne, revèle que les mobiles les plus fréquents des suicides dans la Chine rurale sont la pauvreté, la violence domestique, qui affectent davantage les femmes. Il écrit :

“Pour faire face à ce problème, Liu Denggao, un sous-directeur du Ministère de l'agriculture, a déclaré que son ministère restreindrait la production des insecticides les plus toxiques, changerait la couleur et l'odeur du poison, conditionnerait les paquets en doses plus petites et éduquerait la population à l'utilisation et au stockage des pesticides”.  

Il ajoute cependant:

“Aujourd'hui, les pesticides mortels sont librement accessibles dans les magasins, ne sont pas entreposés selon les règles dans les foyers, et cette réponse peu chère à un moment de colère ou de dépression est trop facilement choisie”.  

Pour répondre à son propre taux de suicide, important, la Corée du Sud annoncera des mesures de prévention. Certaines font référence aux pesticides. En 2005, le taux de suicides en Corée du Sud était le plus important parmi les états membres de l'OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement Economique).

Le blog honeydhynnes commente les raisons du taux élevé de suicides en Corée du Sud.

“Se jeter sous le métro et ingérer des pesticides sont certains des moyens, pour n'en citer que quelques uns, de mettre fin à ses jours …

…Le suicide, d'après mes recherches, est la quatrième cause de mortalité en Corée du Sud. C'est le reflet d'une société aux prises avec l'évolution conflictuelle des rôles de l'homme et de la femme, les difficultés économique et la violence domestique. Mais on néglige l'impact des maladies mentales et d'autres facteurs sociaux, qui contribuent de manière significative aux statistiques”.

Alex Schadenberg résume les nouvelles mesures prévues sur son blog.

“Le gouvernement a dédidé de mettre en place des mesures dans dix ministères différents pour faire diminuer le taux de suicide. Le programme complet sera publié la semaine prochaine”.  

Les mesures comprendront :
– Construction d'écrans sur les quais des gares.
– Règlementation plus stricte de la vente de pesticides et autres substances toxiques.
– Augmentation des aides économiques aux personnes défavorisées.
– Interdictions des sites Internet encourageant au suicide.

Simon Hatcher, sur son blog Pacific Thoughts souligne l'absence de mesures essentielles.

Curieusement, personne ne fait allusion au rôle des institutions pour la santé mentale or de la prise en charge par le médecin traitant dans la prévention du suicide. Les mesures seront annoncées le 10 septembre, lors de la Journée de la prévention du suicide – J'espère qu'ils s'informeront sur les mesures mises en place par les autres pays.

Photo Danger, Pesticides par colinbrown sur Flickr.

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site