Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Singapour : Ces étrangers qui viennent vivre à côté de nous

[Tous les liens pointent vers des sites en anglais] Quand le gouvernement de Singapour a annoncé la semaine dernière quels sont les onze nouveaux sites choisis pour héberger la main d'oeuvre étrangère, les résidents du quartier très “classe moyenne” de  Serangoon Gardens ont mal réagi. Dans un élan d'activisme de quartier, ils se sont réunis pour présenter une pétition aux députés locaux George Yeo and Lim Hwee  Hua — ceux ci ont répondu qu'ils étaient prêt à ouvrir un débat. Et les blogueurs, en effet, débattent.

Le Ministre des affaires étrangères et député George Yeo fait un compte rendu d'une “session de dialogue” avec les résidents de Seragoon sur A Writer's Blog:

Heureusement, la session de dialogue était déjà programmée. Beaucoup de participants ont pris la parole, certains avec feu. Comme prévu, leur principale inquiétude touche à la sécurité. La circulation, déjà très intense, sera aggravée.  Le côté positif est que chacun a reconnu la contribution de la main d'oeuvre étrangère à notre économie. 

 Gerald Giam, du blog Singapore Patriot, décrit cette même réunion en des termes bien différents. Il fait la liste des objections hostiles des résidents.

  •  
    • Ils ne veulent pas voir des “hommes à moitié nus” trainer dans le quartier.
  • Le quartier deviendra dangereux pour les personnes âgées.
  • Les parents n'oseront plus laisser leurs jeunes enfants et leurs parents âgés à la maison pour aller travailler.
  • La circulation sera empirées par les camionnettes qui transporteront les ouvriers.
  • Les 1 400 propriétés valant plus de 1 million de dollars perdront de leur valeur sur le marché. 

Giam continue :

Nous sommes nombreux à craindre que les ouvriers étrangers causent des problèmes sociaux. Mais je vous donne un exemple : si vous gagnez 500 $ par mois avec une grande famille de douze personnes au pays qui dépend de vous, est-ce que vous allez compromettre votre survie en commettant des délits, en étant arrêté, emprisonné puis expulsé ? Les ouvriers étrangers vont salir le quartier et laisser des ordures partout ?  Qui ramasse vos ordures, nettoie vos saletés et balaie vos rues ?

De nombreux blogueurs soulignent que cette controverse découle du problème plus vaste de l'attitude de Singapour envers les étrangers. Une vidéo du quartier de Serangoon Gardens et de l'école vide en passe d'être transformée [en dortoirs pour étrangers], mise en ligne par The Online Citizen , a suscité un vif débat dans les commentaires. Les podcasteurs du mrbrownshow  se moquent de la crainte qu'inspirent aux résidents les “étrangers” du Bangladesh.

Ng E-Jay sur Sgpolitics.net  argumente qu'il ne s'agit pas de préjudices. Il critique le gouvernement de n'avoir pas réfléchi à temps à la question du logement de la main d'oeuvre qu'il fait entrer à Singapour :

Si le gouvernement veut importer une main d'oeuvre étrangère importante pour construire nos casinos et tous les projets pharaoniques qui sont supposés relancer notre économie, il faut d'abord programmer soigneusement comment loger ces gens.  Cela signifie contruire des logements pour les ouvriers étrangers dans des lieux qui causeront le moins possible de soucis aux résidents locaux.

Dans le journal Straits Times (via AsiaOne), le gouvernement en appelle à la compréhension des résidents du quartier, qui vont vivre à côtés d'ouvriers venus d'Inde, de Thaïlande et du Bangladesh.  Mais George Yeo a annoncé que le gouvernement réfléchissait maintenant à la construction de citées séparées pour absorber l'afflux de main d'oeuvre étrangère.

Flying Low — un blogueur anonyme, qui se décrit comme un fonctionnaire  — n'aime pas cette idée :

N'existe-t-il pas au HDB [Housing Development Board, agence du logement] des quotas par nationalités pour qu'on ne crée pas justement des enclaves ethniques à  Singapour ? Dans ce cas, est-il judicieux de créer un quartier pour les étrangers ? Allez y, isolez ces ouvriers étrangers des Singapouriens. C'est la meilleure façon, de toute évidence, d'encourager “les Singapouriens [à] leur ouvrir leur coeur”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site