Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Maroc : Le blogueur Mohammed Erraji acquitté

La “Blogoma”, c'est à dire la blogosphère marocaine, a beaucoup commenté aujourd'hui la nouvelle de  l'acquittement de Mohammed Erraji. Il avait été arrêté pour l'un de ses articles sur le site en arabe Hespress, qui critiquait les pratiques dites charitables du souverain marocain qui, pour lui, maintenaient son peuple dans la dépendance.

L'affaire Mohammed Erraji a soudain réveillé la blogosphère marocaine, comme cela avait été le cas quand les blogueurs se sont mobilisés pour Fouad Mourtada, un internaute arrêté plus tôt cette année pour avoir créé un faux profil d'un membre de la famille royale sur le réseau social Facebook.  A la suite des très actifs blogueurs Larbi et DigiActive, des blogueurs du monde entier ont envoyé des photos de soutien  et, le lundi 15 septembre, ont  participé à une grève des blogs  [en anglais].

Aujourd'hui, les blogueurs célèbrent à la fois la libération de Mohammed Erraji et la mobilisation en ligne . Myrtus le félicite  [en anglais] :

Félicitations à  Mohamed Erraji!

Mes meilleurs voeux ! (:

Mais la justice ne sera pas faite tant que ceux qui lui ont causé du tort ne seront pas punis comme ils le méritent. Cela ne devrait plus jamais arriver.

C'est l'occasion idéale pour la justice de prouver sa valeur et de construire la confiance nécessaire. Le but final devrait être un partenariat et non pas cette continuelle lutte entre les citoyens et les autorités marocaines.

Au nom de la paix et de l'harmonie, travaillons ensemble à être fier du pays. Dieu vous bénisse!

Omar el Hyani est heureux de l'acquitement de Mohammed Erraji mais beaucoup moins  de la justice marocaine :

Le blogueur Mohammed Erraji a été acquité par la cour d’appel d’Agadir. Encore une affaire qui finit bien, mais qui montre à quel point notre justice est malade…

Navire Ivre  exprime  le même sentiment :

Mohamed Erraji, premier blogueur à subir les foudres des autorités marocaines, a été acquitté en appel après abandonnant des charges retenues contre lui.

Est-ce que sa libération est un nouveau signal des autorités envers la jeunesse marocaine qui s’exprime sur internet, ou une erreur (une exception) qui ne peut faire jurisprudence ?

Larbi,  le blogueur qui a beaucoup fait pour mobiliser la blogoma, est sûr que cette mobilisation a influencé la décision des juges. Il écrit :

La mobilisation extraordinaire a poussé à accélérer la procédure et arrêter cette mascarade judiciaire. Sans cette mobilisation on n’en serait pas là. Alors bien sûr il est facile de venir après coup dire que ce n’était qu’une erreur judiciaire qui a été « normalement » corrigée. C’est faux, c’est malhonnête.

Il était beaucoup question dans mes écrits du roi Mohamed VI. Je n’entends pas m’en excuser. Encore une fois le fond du problème est celui là : Le roi Mohamed VI règne et gouverne, l’Etat c’est lui, il concentre l‘essentiel du pouvoir, il est dès lors naturel qu’il soit objet de critiques acerbes, excessifs et durs. Et il n’est pas acceptable que cette épée de Damoclès qui s’appelle « atteinte au respect dû au roi » plane sur chacun de ceux qui critiquent le chef d’Etat marocain. Voilà le problème. Maintenant si d’autres préfèrent « blâmer les victimes » (pour reprendre la jolie expression de l’indispensable écrivain Laila Lalami ) c’est leur droit.

Il faut songer à une chose : C’est la première fois dans l’histoire du Maroc qu’un accusé soit acquitté après avoir être poursuivi pour manque de respect dû au roi. C’est la première fois. Tous les procès précédents ont été conclu automatiquement par des condamnations. Alors au vu du lourd casier du Maroc en la matière qu’on ne vienne pas parler d’une simple erreur de justice .

Pour finir, le blog plus jamais d'illusions… , tout en remarquant que “la blogoma est ce que les blogueurs en font”, fait cette analyse :

Erraji a été acquitté pour vice de procédure, mais un autre débat est d’ores et déjà lancé. Difficile d’évaluer l’impact de la mobilisation (très relative) de la blogosphère marocaine dans cette issue heureuse. Difficile aussi de cerner les raisons d’une telle faiblesse de mobilisation (serait-ce le cursus du blogueur ? La langue d’écriture ? Ou le sujet traité, en l’espèce touchant la personne du Roi?). Peut-être qu’une conjonction de pressions internes et une mobilisation internationale (certains blogs marocains jouant en l’occurrence un rôle d’intermédiaire), un mauvais calcul (selon moi à écarter, vue l’existence du précédent de Fouad Mourtada) de la part du pouvoir, un message à passer et qui est déjà bien reçu et assimilé par bien de bloggeurs sur la sensibilité d’aborder certains sujets, ou comme le pensent certains, un excès de zèle, une justice dont les dysfonctionnements sont trop nombreux et un système que le pouvoir a mis en place, entretient, dont il est en principe imputable mais refuse (ou rechigne à) de démanteler car bien commode à blâmer suivant en cela la fameuse fable d’une monarchie bienveillante mais mal entourée et mal servie.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site