Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pakistan : Zardari flirte, la blogosphère réagit

Le Président du Pakistan Asif Ali Zardari a rencontré  [en anglais] récemment à New York Sarah Palin, la candidate à la vice-présidence des Etats-Unis, et la discussion a pris des airs de flirt. Cela avait plus l'air d'un marivaudage que d'une rencontre politique. Zardari a fait les commentaires suivants [tous les liens de ce billet pointent vers des sites en anglais]:

«Vous êtes encore plus superbe dans la réalité…»

«Maintenant je sais pourquoi l'Amérique entière est folle de vous»

Quand un photographe a demandé une deuxième poignée de mains à immortaliser, Zardari a répondu avec candeur :

«S'il insiste, je peux la serrer dans mes bras…»

La blogosphère pakistanaise a réagi sévèrement ; certains en ont plaisanté, alors que d'autres étaient furieux contre le président.

Altaf Khan sur The Pakistan Spectator écrit :

Juste après avoir montré son immense chagrin (avec un visage de cendre) après l'assassinat de sa défunte épouse Benazir Bhutto, Asif Ali Zardari a rencontré la reine de beauté d'Alaska par ailleurs candidate républicaine à la vice-présidence, et a doublement admiré sa superbe beauté. La sexy et éblouissante Palin était en extase, bien que, maintenant qu'elle soit décrite par les Démocrates comme une poupée Barbie pour présidents étrangers, il y ait un nouveau sujet de querelle pour les analystes politiques. […]

Shakir Lakhani sur Chowrangi indique que le comportement du président était contraire aux principes de l'Islam :

Je me demande comment le président d'une république islamique peut seulement songer à serrer dans ses bras une femme qui n'est pas sa proche parente. Mais M. Zardari a même dit (qu’) il la serrerait dans ses bras si son conseiller insistait (le conseiller avait seulement demandé qu'il lui serre la main). […]

Dr. Awab Alvi constate sur Teeth Maestro :

Cela semble avoir été la conversation parfaitement écrite à l'avance telle que temporal l'avait prédit, bien avant la vraie rencontre entre Sarah Palin et Asif Zardari. Il y a peut-être au Pakistan quelques fanatiques qui peuvent bien grincer des dents en le voyant serrer la main d'une femme, mais en dépit des objections et que cela nous plaise ou non, c'est devenu une routine dans les rapports sociaux en Occident, et je pourrais même suggérer que ces flirts pourraient bien être la norme, mais du moins pas devant les photographes. Il est tout à fait possible que Sarah Palin les ait considérées comme un compliment, mais si vous observez l'enregistrement vidéo de l'échange, elle a l'air un peu mal à l'aise.

Adnan Siddiqi ne prend pas de gants avec Zardari, avec ces mots :

Nous devons remercier Zardari de représenter (la) nation pakistanaise, et en particulier les hommes pakistanais, devant les Américains. Hier, lorsque Zardari a rencontré Sarah Palin, il n'a pas pu contrôler ses émotions et a montré toutes ses dents (il n'est pas sûr qu'elles soient authentiques car j'ai entendu dire qu'elles avaient été arrachées quand il était en prison) et a exprimé de l'amour dans un style typique (…) répandu chez les hommes pakistanais. […]

Durant toute la réunion, on n'a pas vu Zardari en deuil de BiBi  (Fr) comme il l'était durant chaque conférence de presse au Pakistan.

Sur mon blog personnel, j'ai décrit la rencontre et les flirts du Président Zardari dans une vidéo humoristique. Voici la vidéo d'un reportage sur la rencontre [en ourdou]. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site