Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Jamaïque : Une nation endeuillée par les meurtres d'enfants

La Jamaïque [en anglais] était une nation euphorique, il n'y a encore qu'un mois et demi, lorsqu'elle célébrait [en anglais] les victoires [en anglais] de ses héros olympiques [en anglais]. Pourtant cette semaine, c'est une nation assommée et en deuil après la découverte, du corps décapité d'une petites fille, qui serait celui d'Ananda Dean, 11 ans [en anglais] et ceci, plusieurs semaines après son enlèvement. (tous les liens suivants pointent vers des sites en anglais).

L'issue atroce des recherches menées pour retrouver la petite Ananda, est d'autant plus inquiétante que depuis le début de l'année, c'est une cinquantaine d'enfants qui ont été assassinés en Jamaïque [en anglais], parmi lesquels, le jeune Aakim Scott , dont le corps a été retrouvé démembré dans un sac. Un adolescent a depuis été accusé de ce meurtre épouvantable.

Les blogueurs jamaïcains sont aussi choqués que le reste de la population et font entendre leurs réflexions, pour comprendre comment les actes contre les mineurs, d'une telle brutalité, peuvent devenir aussi communs. Avant même l'annonce de la découverte du corps de Dean, Kadene Porter du Abeng News Magazine demeurait très attentive à la moindre avancée de l'affaire.

Le 25 septembre, cela fait une semaine qu'Ananda “Passion” Dean, 11 ans, a disparu de sa communauté à Kingston en Jamaïque. Les recherches assidues pour la retrouver continuent, plusieurs jours après qu'un passant inquiet a trouvé les nouveaux manuels scolaires de la fillette, abandonnés sur une avenue très passante de Pembroke Hall, dans la capitale jamaïcaine. C'est logiquement, que ses parents sont plongés dans une angoisse qu'aucun parent ne devrait connaître, mais qui devient bien trop courante à travers la Jamaïque, lorsque les enfants ne rentrent pas de l'école à une heure raisonnable. De plus, la disparition d'Ananda a fait suite à une découverte extrêmement macabre et inquiétante, dans le petit quartier calme de Sandside à St Mary, où on a trouvé dans un sac poubelle, le corps démembré d'un autre enfant de 11 ans.

Le problème est que les enfants échappent rapidement à la surveillance des adultes, qui en ont la charge. Une grande partie des trois millions d'habitants de l'île s'inquiète des actes de dépravation, dont les quotidiens font si souvent état. Ils sont effrayés à l'idée qu'ils puissent être un jour les cibles de cette soif de sang et se rendent compte avec fureur de l'impuissance de l'état quand il s'agit de les protéger, certains pensent même que c'est un problème de volonté. Des armes de toutes sortes et illégales, sont devenues l'élément majeur du kit de survie des adultes comme des jeunes, que ce soit dans les quartiers chauds des villes ou dans les baraques situées le long des sentiers poussiéreux du pays: la détermination sinistre des citoyens obligés de se faire justice eux-mêmes.

Une fois le corps (supposé être celui de Dean) trouvé, Porter a écrit une suite à son billet :

Les bulletins d'information provenant des principaux quotidiens de l'île rapportent la découverte macabre et les réactions de la famille et des témoins, ainsi que les appels reçus par les parents, émanant de plaisantins qui exigeaient des rançons ou qui apportaient des indices qui ne menaient à rien. Bien que cinquante enfants aient été assassinés depuis le début de l'année, le père de l'enfant s'est entendu dire par la police, au moment de la déclaration de sa disparition, qu'il fallait attendre une période de 24 heures avant qu'Ananda ne soit officiellement déclarée disparue et qu'une quelconque procédure puisse être mise en place. Avec la recrudescence des cas de meurtres, le manque de réactivité de la police reflète une certaine insensibilité, d'autant plus que le jour suivant, il était impossible de suivre la trace des kidnappeurs.

Pendant encore des mois, la famille d'Ananda va être en proie à un chagrin indicible, mais dans un pays où la population a appris à s'endurcir contre l'horreur au fil du temps, tout le monde va rapidement retrouver à sa routine et ce jusqu'à la nouvelle atrocité.

Yawd From Abroad  a été submergée par l'émotion en entendant ces informations:

Mes yeux se sont emplis de larmes en voyant la photo de la mère d'Ananda Dean, 11 ans, Nordia Campbell, plongée dans une telle angoisse. Il est probable qu'elle venait tout juste de voir les restes du corps de sa fille, trouvés dans un précipice, et ne s'en remettait pas. Qui s'en remettrait? Je n'oublierai jamais cette photo et toute la peine qu'elle dégage.

Il semble qu'il n'y ait pas de fin à la méchanceté que nous autres, êtres humains mettons à faire du mal aux autres. Enlever la vie à une enfant innocente, en échange de recharge de carte téléphonique, Mon Dieu, cela dépasse l'entendement, tant c'est lamentable et affligeant. Ce sont de tels évènements qui devraient faire réagir le gouvernement, non seulement pour prendre en compte le problème mais surtout pour agir physiquement. Où doit-on en arriver avant que les choses ne changent?

Stunner pouvait à peine réfléchir aux circonstances affreuses autour de la mort de l'enfant quand il a eu vent d'une autre triste information: 

La population a tout juste eu le temps de se remettre avant le nouveau choc… un enfant âgé de NEUF (9) MOIS…a été agressé sexuellement puis assassiné. L'idée seule d'un nourrisson, victime d'un acte si horrible me donne des frissons et me rend furieux! De telles choses ne devraient pas se produire ! Comment cela peut-il se passer dans notre société? Comment peut-on laisser cela arriver sous son propre toit?

Le nombre d'enfants décédés s'élève aujourd'hui à 57 et l'année n'est pas terminée…sachant cela, nous devons tenir bon contre ces actes inhumains. Apparemment, rien n'est mis en oeuvre pour mettre fin à ce massacre. Ou alors, rien ne peut l'arrêter?

Il poursuit :

Les parents doivent être plus vigilants en ce qui concerne leurs enfants, ils doivent mieux les protéger et leur apprendre très tôt à ne pas faire confiance aux étrangers. Mais dans la mesure où les parents ne sont pas avec leurs enfants tout le temps, toute la préparation et l'enseignement n'assurent pas la protection des enfants. La police et l'école doivent prendre part à cet effort, le gouvernement doit faire les changements législatifs nécessaires et appliquer ces lois, pour finir, la société doit être attentive à ses enfants. Cela ne va peut-être pas mettre fin à tous ces incidents, mais peut-être réduire la fréquence des crimes envers notre jeunesse.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site