Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Afrique du Sud : Et voici la Joule, la première voiture électrique africaine

Les blogueurs sud-africains ont été parmi les premiers à présenter la première voiture électrique d'Afrique du Sud. Sur le blog Urbasprout, Glen a mis en ligne les photos de la voiture et des informations sur son fabricant, son designer, ses caractéristiques et les dates prévues de commercialisation (tous les liens pointent vers des sites en anglais).

La durée de la batterie était le principal obstacle avec les voitures électriques, mais on dirait que ça va changer. La Joule aura deux batteries lithium qui lui assurent une autonomie de 400km. La durée du rechargement sera d'environ sept heures, donc, une nuit. Le freinage contribuera à l'alimentation de la batterie en accumulant l'énergie générée par le freinage (mode générateur).

Sur le lieu de fabrication de la voiture, il ajoute : 

On prévoit que  50 pour cent des composants de la Joule seront fabriqués localement et qu'elle sera commercialisée en 2010 au prix de 200 000 Rands (environ 17 000 €). Il est probable qu'elle sera fabriquée à Gauteng, mais aussi à Durban et au Cap.

Laura du blog Treevolution  donne le lien vers l'histoire de la “IOL” , et cite la description qu'en fait Edwin Naidu :

c'est une six-places compacte qui ressemble à un croisement de la Renault Scenic et de la Citroën Picasso.  

Elle prévient que les consommateurs [sud africains] devront attendre pour la voir, la voiture étant présentée au Salon de l'Auto de Paris, actuellement. [Octobre]  

Carl de Greencars.za.net donne d'autres informations sur la Joule, et répond à des questions importantes sur l'approvisionnement en électricité pour ces voitures électriques en Afrique du Sud.  

Une étude de Eskom, le distributeur d'électricité qui a le monopole en Afrique du sud, a confirmé que le réseau sud-africain avait la capacité d'alimenter un parc automobile électrique de millions de voitures sans affecter son service à ses autres clients ou sans nécessiter d’ infrastructures supplémentaires. Eskom est excédentaire en électricité entre onze heures du soir et six heures du matin.  Cela couvre la plage de chargement nécessaire. Les voitures électriques ne nécessitent que 20 pour cent de l'énergie consommée par une voiture conventionnelle.  Ceci signifie que les émissions seront moindres, même si Eskom produit principalement son éléctricité à partir de son réseau de centrales à charbon. Avec la tendance vers une gestion plus propre de l'énergie, les émissions totales imputables à la voiture électrique continueront à diminuer.

Il donne des informations sur les batteries de la voiture, son système de freinage, son chassis, son ordinateur de bord, ses performances et sa suspension.

Rory  sur Carbon smart rappelle aux lecteurs que les obstacles qui ont “tué la voiture électrique il y a des dizaines d'années” sont toujours à prendre en considération. Il se demande jusqu'où cette initiative locale ira. Il cite un article du magazine Wired sur le modèle de commercialisation des voitures électriques selon Shai Agassi. Rory souligne que ce modèle se concentre sur le problème de stockage de l'énergie, qui a constitué le frein à l'adoption des voitures électriques.

Le stockage de l'énergie est la plus grande difficulté technique et celle qui s'oppose à une adoption de la voiture électrique, à commencer par le poids des batteries, et leur temps de rechargement.  C'est cette difficulté que ce modèle de commercialisation contourne. La substance en est que des sociétés pourraient être créées pour vendre de l'électricité en même temps que la voiture. Vous prendriez un contrat qui vous permettrait de recharger le véhicule dans un réseau de points d'électricité, ou de changer tout simplement la batterie. Les batteries seront la propriété du fournisseur d'électricité.  L'échange de la batterie annule le problème du temps de rechargement de la batterie, si vous avez besoin de continuer votre voyage pendant la même journée. Vous éliminez donc le besoin d'un coûteux moteur complémentaire à combustion. Si vous ne vous déplacez pas sur une grande distance, vous embarquez moins de batteries, et gagnez en poids.  La voiture elle-même pourrait être prêtée gratuitement aux automobilistes qui roulent beaucoup, tandis que d'autres achèteraient le véhicule et se fourniraient en électricité au gré de leurs besoins. Cela vous rappelle quelque chose ? Eh oui, c'est le modèle économique du téléphone portable.

1 commentaire

  • Axelle

    cool! merci pour toutes ces infos, je n’avais pas connaissance de l’existence de cette voiture.

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site