Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Inde : Attaques contre les chrétiens et la laïcité

Au cours des deux derniers mois (août et septembre 2008), des foules d’hindous nationalistes radicaux [en anglais] se sont livrées à des émeutes et à des attaques contre des chrétiens dans plusieurs états indiens, prétendant que des hindous de basse caste et des Intouchables sont convertis de force au christianisme. Plus de 30 personnes [en anglais] ont été tuées, et des milliers d'autres ont dû se réfugier dans des camps organisés par le gouvernement [en anglais], ou dans des forêts. Des églises, des salles de prière, et des écoles chrétiennes ont été vandalisées, des religieuses et des prêtres ont été battus, une religieuse a subi un viol collectif. Ces violences contre les chrétiens sont décrites comme les plus graves ayant eu lieu en Inde depuis 50 ans [en anglais].

Il y a environ 24 millions de  chrétiens en Inde, soit 2,3 % de la population, qui appartiennent à différentes confessions. Les chrétiens indiens comprennent des catholiques romains (environ 70 % des chrétiens indiens), des protestants, des orthodoxes, et à l'heure actuelle, de plus en plus d'évangélistes. Le christianisme a une longue histoire en Inde (on dit que l'Inde aurait été évangélisée par l'apôtre Saint Thomas), et surtout il est très présent grâce aux nombreuses écoles chrétiennes, aux institutions charitables, et aux hôpitaux. Mais dans la période récente, cette influence a été perçue par les ultra-nationalistes hindous comme une ingérence étrangère et une menace pour la nature hindoue de l'Inde.

Les attaques de ces dernières semaines ont commencé en Orissa, un état de l'est de l'Inde, après l'assassinat d'un chef spirituel hindou, le swami Laxamananda Saraswati. Celui-ci était lié au groupe d'extrême-droite Vishwa Hindu Parishad (VHP) [en anglais]. Les ultra-nationalistes hindouistes ont accusé les chrétiens de ce meurtre, bien qu'il ait été revendiqué par un groupe révolutionnaire rebelle maoïste (dont certains membres sont des hors-castes convertis au christianisme). Les fondamentalistes ont affirmé que les chrétiens avaient assassiné Saraswati parce qu'il forçait les groupes tribaux à se convertir à l'hindouisme. Des groupes d'extrême-droite hindous, comme le VHP et son organisation de jeunesses le Bajrang Dal, et le Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), ont accusé des organisations chrétiennes de convertir les Hindous, surtout ceux des basses castes et des “groupes tribaux”. Selon la presse, des activistes hindous ont tenté d'intimider des chrétiens en Orissa afin qu'ils reviennent à l'hindouisme.

Le blogueur Raj [en anglais], qui vit à Chennai [Madras], est écœuré par ces récents événements :

Ces derniers mois, une nouvelle peste se répand comme un incendie dans différentes régions de l'Inde. Cette maladie infâme menace de détruire l'âme authentique de l'Inde, son esprit de tolérance. […] Le plus grand danger menaçant actuellement l'Inde est le fléau du fascisme religieux.

Tout d'abord, ce sont des foules de brutes répugnantes qui se sont violemment déchaînées contre des milliers de chrétiens en Orissa. […] Ensuite la violence s'est répandue dans d'autres états, comme le Karnataka, le Madhya Pradesh, le Chhattisgarh et l’Uttarakhand. Tous ces états ont à leur tête un gouvernement dirigé par le très à droite Bharatiya Janata Party (BJP). […] Le gouvernement de l'Orissa est un gouvernement de coalition dans lequel le BJP est un partenaire. La racaille […] s'enhardit à attaquer les chrétiens dans les états gouvernés par le BJP parce qu'elle pense que l'administration sera de façon délibérée peu empressée à empêcher cette violence. À Mangalore, la police a même frappé les chrétiens qui protestaient contre ces violences avec des lathis [en anglais] (longs bâtons en bois).

Les dirigeants chrétiens accusent les groupes ultra-nationalistes hindous d'organiser ces attaques afin de rehausser la popularité du BJP, qui est le principal parti d'opposition, à l'approche des prochaines élections nationales qui se tiendront en 2009. Le BJP est devenu un grand parti par sa défense des valeurs hindoues et par l'exarcerbation des divisions communautaires, aussi, les analystes s'attendent à une prochaine montée des violences anti-chrétiennes [en anglais]. Le Premier Ministre Manmohan Singh a qualifié ces violences de “honte nationale”, mais il n'a pas suspendu les gouvernements provinciaux pour n'avoir pas su empêcher ces violences [en anglais].

Les groupes radicaux hindous accusent les chrétiens de corrompre les hors-castes et les membres des basses castes afin de les convertir, tandis que les chrétiens affirment que ceux qui se convertissent le font volontairement, et veulent échapper au système des castes hindou. Les catholiques affirment ne pas tenter de convertir les hindous, mais des groupes évangéliques protestants tels que New Life Church (l'Église de la Vie Nouvelle) [en anglais] font ouvertement du prosélytisme, et des télévangélistes attaquent les autres religions et mettent en avant les anciens hindouistes qu'ils ont convertis.

Kim [en anglais], qui écrit sur Desicritics, n'arrive pas à croire à ce qui est en train de se passer :

Qu'est-ce qui ne va pas dans notre pays ? […] Ce matin (14 septembre 2008) entre 9 et 10 heures, des militants du Bajrang Dal ont attaqué et détruit [en anglais] 4 églises à Mangalore. Pourquoi ? Parce que des membres de New Life ont distribué des brochures disant : “N'adorez pas les dieux hindous”. Bien que je reconnaisse que ce soit une attitude provocatrice, cela justifie-t-il d'attaquer les personnes et les églises qui n'approuvent pas les méthodes employées par les prédicateurs de New Life ?

Elle se plaint ensuite de l'apathie des autorités :

Pourquoi les chrétiens sont-ils maltraités ? Les institutions religieuses chrétiennes ont un rôle important à jouer dans l'éducation, la santé, l'accueil des orphelins et des enfants abandonnés, les soins aux personnes âgées et aux mourants en Inde. Les chrétiens sont une des plus tolérantes minorités de l'Inde (imaginez ce qui se serait produit si par hasard les voyous du Bajrang Dal avaient profané une mosquée ce matin), qui a contribué de manière importante au développement du pays. […] Méritent-ils qu'un gouvernement ne réagisse pas quand leur susceptibilité religieuse est foulée aux pieds ? […] Pourquoi ces atrocités contre les chrétiens sont-elles minimisées dans les médias ?

Cependant, de nombreux blogueurs se plaignent des privilèges qu'ont selon eux les chrétiens ont en Inde. Pseudo-secularism [en anglais] écrit :

L'église agit comme si elle avait le droit divin de faire du prosélytisme. Comme si cela faisait partie des droits particuliers de la minorité. […] Est-ce que les minorités pensent qu'elles sont formées de super-citoyens ? […] Les chrétiens sont à l'offensive. […] C'est de la politique, pas de la religion. La provocation est venue des évangélistes. Les écrits blasphématoires qu'ils ont distribué ont été largement cités par la presse. […] Ces agissements portent un coup à l'idée même de l'Inde et font un tort immense au pays. […] L'Inde est le seul pays qui a toujours protégé ses minorités. Mais la définition des minorités en Inde est curieusement faussée. Ici les minorités sont mieux que les hindous et ont été les classes dirigeantes pendant des siècles.

Sandeep B [en anglais] pense savoir pourquoi les choses en sont arrivées à ce point :

Les écrits utilisés pour propager le christianisme sont répugnants. Dénigrer les dieux et déesses hindous est devenu l'attitude habituelle du flot de prédicateurs alimenté par l'argent de l'étranger. […] Voici des extraits de Satya Darshani (Vision de la Vérité) que diffuse New Life : “Urvashi [en anglais], la fille de Narayana, est une prostituée. Vashishtha [en anglais] est le fils d'une prostituée. Puis il a à son tour épousé sa propre mère. Une personne aussi vile est le gourou du dieu hindou Rama“. […] “C'est Brahma en personne qui a enlevé Sita. Puisque Brahma, Vishnou et Shiva ont été eux-mêmes victimes de la luxure, c'est un péché de les considérer comme des dieux”. […] Cela dit, la réponse adéquate à ce genre de littérature diffamatoire n'est certainement pas la violence. Mais plus fondamentalement, la bonne question est de demander pourquoi être indulgents face aux diffamations délibérées de la part des autres religions ? […] Le meurtre abominable du swami Lakshmanananda Saraswati en Orissa et, à présent, les événements au Karnataka n'en sont que des conséquences logiques, et elles n'en seront pas les dernières à moins que des mesures concrètes soient prises pour arrêter les conversions religieuses.

L'écrivain catholique George Menezes [en anglais], qui était autrefois, de façon controversée, membre du BJP [en anglais], pense que les chrétiens indiens doivent se regrouper et élaborer une stratégie :

Quand j'étais membre du Conseil National Exécutif du BJP, j'ai éprouvé beaucoup de difficultés à convaincre mes amis du RSS et du BJP qu'il n'y avait pas de conversions. […] Me dissocier de la frange activiste chrétienne n'y a rien changé. Qu'il soit dit clairement que les violences actuelles contre nous, nos institutions et nos églises par le VHP et le Bajrang Dal ne sont pas différentes des bombes posées par les terroristes dans nos villes [en anglais]. De chaque côté, ces violences sont l'expression de la colère, de l'humiliation, des discriminations et des souffrances. Certaines réelles, d'autres ressenties. Cela devrait nous conduire à nous éveiller à la réalité d'une Inde en plein changement. Nous avons besoin maintenant d'une vision partagée, […] de jugeote politique, de nouvelles stratégies et de nouveaux buts pour faire face à une situation horrible. Nous devons le faire sans renoncer à nos droits en tant que citoyens de ce pays.

kochuthresiamma p.j. [en anglais], un blogueur du Kerala, écrit que la “vérité” doit être maniée avec précaution :

J'ai reçu beaucoup de messages, après que les attaques contre les chrétiens aient commencé en Orissa, [qui] disaient à quel point l'Inde hindoue est tolérante et laïque, “parce que la culture indienne est la culture hindoue”. Ils soulignaient que l'Inde a eu des Présidents musulmans, des Ministres de la Défense chrétiens, un musulman comme membre du conseil d'administration d'un temple hindou, des premiers ministres provinciaux musulmans. […] J'approuve toutes ces déclarations et je suis fier d'appartenir à un état laïque modèle. Mais je n'ai pas répondu à ces messages qui demandaient une réponse. Je les ai tous effacés sur le champ.

J'ai alors reçu une autre série de messages [qui] faisaient la liste des églises détruites, des personnes qui avaient perdu leur vie ou leurs biens lors des émeutes anti-chrétiennes, [et qui] soulignaient que chaque année 15 millions d'élèves de toute caste et croyance bénéficient de l'enseignement d'écoles chrétiennes, alors que le taux de conversion est nul. […] J'approuve toutes ces déclarations et je suis fier d'être chrétien. Mais je n'ai pas répondu à ces messages qui demandaient une réponse. Je les ai tous effacés sur le champ.

Parce que je crois qu'Internet ne devrait pas être utilisé pour diviser la nation. […] Dire la vérité, mais pas toute la vérité, l'interpréter afin d'enflammer les passions, c'est malhonnête. Je ne veux pas être entraîné dans cette propagande virtuelle qui fait du mal à ce magnifique pays qui est le mien.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site