Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Egypte : Un blogueur relâché à la condition qu'il ne blogue plus

Après avoir passé deux mois en prison, le blogueur égyptien Mohamed Refaat a été libéré le 3 octobre 2008.

Mohamed a confié au quotidien Add-Dostour que les policiers avait soumis sa libération à la signature d'un engagement à ne plus jamais mettre à jour son blog ou son profil sur Facebook, à ne plus entretenir de contacts avec des ONG ou des journalistes.

Mohamed Refaat, éditeur du site Matabbat, était détenu depuis juillet, alors que sa libération avait été ordonnée par la justice. Le réseau The Arabic Network for Human Rights Information et le Hisham Mubarak Law Center  écrivent dans un communiqué :

La police a perquisitionné l'appartement de Mohamed Refaat tôt le matin du 21juillet 2008, en son absence, a saisi son ordinateur et de nombreux livres. Quand Mohamed Refaat s'est rendu dans les bureaux de la police et a rencontré dans la matinée l'officier “ Hisham Tawfik” , c'est pour s'entendre accuser des (fausses) charges “d'incitation à la grève le 23 juillet”. Il a ensuite été déféré à un parquet, sous le numéro d'instruction 1143 pour l'année 2008.

Le blog de Mohamed Refaat  n'a jamais mentionné cette supposée grève. Le blogueur égyptien y publiait des billets sur l'amour, la vie au Caire et des contenus personnels. Il a été accusé de “porter atteinte aux institutions de l'Etat, déstabiliser la sécurité publique et inciter à des manifestations et grèves sur Internet”. Ces délits, pour le droit égyptien, ne nécessitent pas que des preuves soient établies.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site