Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Tanzanie : Un Aïd el Fitr meurtrier

Que pensent les blogueurs swahili de Tanzanie de la tragédie qui a frappé la Tanzanie lors des fêtes de l'Aïd el Fitr ? 20 personnes sont mortes dans une bousculade alors qu'elles participaient à une fête dans une discothèque pour jeunes à Tabora, une ville située au centre de la Tanzanie. Approximativement 400 jeunes âgés de 7 à 18 ans, deux fois la capacité maximale de la salle, s’étaient rassemblés pour les célébrations. (tous les liens pointent vers des billets en anglais ou en swahili)

La presse a qualifié la tragédie comme “la plus grande dans l’histoire de la Tanzanie” et “le pire désastre qui ne se soit jamais produit pendant l’Aïd al-Fitr”.

Les organisateurs des “disco jeunes”, très populaires et connus en Tanzanie comme ‘Toto disco’, ont été arrêtés pour le temps de l'’enquête.

 Faustine Baraza a mis en ligne des photos de la discothèque après le drame ainsi que des victimes à la morgue, comme Issa Michuzi.

Certains de leurs lecteurs ont réclamé de meilleures pratiques en matière de sécurité :

TUWEKE MBELE HEALTH AND SAFETY PRACTICES. TOTALLY UNNECESSARY AND AVOIDABLE DEATHS. SIJUI LINI TUTAJIFUNZA!!

DONNONS LA PRIORITÉ AUX REGLES DE SANTÉ ET SÉCURITÉ. LES DÉCÈS TOTALEMENT INUTILES ET ÉVITABLES. JE NE SAIS QUAND NOUS APPRENDRONS ! !

Un autre lecteur écrit dans le même billet :

Tukio kama hili linahitaji Rais Jakaya kwenda kutoa pole, hasa inapozingatiwa kwamba huwa anahudhuria ajali za watu ambao huwa wanamajina pale Muhimbili. Hili ni swala kubwa na sio kumtuma Mh. Kapuya.
Anatakiwa kuwasili katika eneo la tukio na kukagua , kutoa pole na pia kuhutubia wananchi.
Pia ni wakati wa TZ, hasa Fire marshal kuanza kuangalia uwezo wa sehemu za disco kuchukua kiasi fulani cha watu na njia za tahadhari (Exit)kama hali kama hii ikitikoea.Ikiwa ni pamoja na kuwa na Genereta, na wasaidiza wa haraka.

Un tel incident exige du président Jakaya d'aller présenter ses condoléances en personne, particulièrement si nous prenons en considération qu'il rend visite habituellement à des personnalités de haut rang quand un accident survient. Ce qui s'est passé est un problème de taille qui mérite plus que d'envoyer l’honorable Ministre Kapuya [Ministre tanzanien du Travail, Emploi et Développement de la Jeunesse]. Il doit se rendre lui même sur la scène de l'accident, inspecter et s'adresser au public. En outre, il est le grand temps en Tanzanie que les sapeurs pompiers commencent à contrôler la capacité des discothèques ainsi que les sorties de secours si et quand de tels accidents se produisent. Et qu'ils aient en disponibilité des générateurs et des secouristes.

Msimbe du blog Lukwangule Entertainment écrit que deux personnes ont été arrêtées pour être interrogées dont le directeur du Disco One Ten et le directeur de la boîte de nuit Bubbles, en plus de deux directeurs des deux discos arrêtés plus tôt.

Issa Michuzi, dans les différents billets publiés sur le drame  reproduit un article d’un correspondant spécial déclarant que le président tanzanien avait ordonné une enquête complète sur les causes du sinistre.
L’Administration locale de Tabora a déjà créé une commission d’enquête. Quelques lecteurs pensent que l’administration locale elle-même fait partie des coupables qui ont causé la tragédie et blâment les gouvernements locaux en premier lieu :

Maeneo ya Wazi ya wapi mjini Tabora? Je, kuna uwanja wa mabembea na michezo ya watoto japo mmoja tu katika mji mzima wa Tabora? Kosa la nani? Asitafutwe mchawi hapa au kurushiana lawama.Poor Leadership in Government Institutions is the cause of all this. Mpaka watoto zetu wafe ndipo viongozi wakurupuke na kujifanya wanahusika kwelikweli kumbe usanii tu!What a Pity? Viwanja vyao vya michezo vingekuwepo mtoto gani angefikiria aende disco aache mabembea? too much politicking!Nothing Doing,eti tuna Doctorate Degrees!Za kubandika ukutani?

Où sont les espaces de plein air dans Tabora ? Y a-t-il des espace pour enfants avec des balançoires, au moins un dans Tabora ? Qui est coupable ? Ne commençons pas ici une chasse à la sorcière et moins encore à nous blâmer les uns des autres. Une médiocre gestion des institutions gouvernementales est la cause de tout ceci. Jusqu’au moment où nos enfants meurent. Alors nos dirigeants surgissent et feignent de s'inquièter sincèrement, ceci n’est qu’un artifice ! Quel dommage ? Si les enfants avaient des terrains de jeu, quels enfants auraient pensé  à aller au disco plutôt que de jouer avec les balançoires ? Trop de politicaillerie ! Rien n'est fait, et nous prétendons avoir des doctorats ! Juste pour les accrocher aux murs.

Tout en compatissant avec les familles des victimes, beaucoup de commentaires ont été dirigés contre l’administration locale et réclament une meilleure gestion des risques :

Nawapa pole wafiwa na wanatabora wote kwa janga hili la kitaifa. Tunajifunza nini kwa hili?
1. Maafa na ajali zinazomaliza maelfu ya watanzania ni vitu vya mpito tu na serikali haitilii maanani kuyapunguza. Ripoti za chang'ombe, Kisutu, muhimbili zimefanya nini kupunguza majanga haya?
2. Tutaunda tume 100 lakini hazisaidii kumaliza majanga kwa sababu ya kutokuwa makini na kujali maisha ya watu wa kawaida.
3. Kama watoto hawatakiwi kwenda disco, je serikali mkoani tabora hawakuona hilo?
4. Kama wanaruhusiwa kwa masharti, basi NSSF (mmiliki), Mpiga Disco (mkaribishaji) na Manispaa (dhamana ya ukaguzi) wawajibishwe kikamilifu.
Watanzania mliopo nyumbani wakumbusheni viongozi majukumu yao kwa kupinga haya mambo. Wanasheria wasaidieni waathirika na hakikisheni wanapata “fair and adequate compensation” na iwe fundisho kwa wengine.

Mes condoléances aux familles affectées et aux gens de Tabora. Quand apprendrons-nous ?

1. Les désastres et accidents tuent des milliers de personnes et notre gouvernement ne prend pas le problème assez sérieusement. Qu’est-ce qu’ont produit les rapports chang'ombe, kisutu et Muhimbili pour réduire de tels incidents ?

2. Nous créerons 100 commissions mais elles n'aideront pas à réduire les décès parce que nous ne sommes pas sérieux et nous ne nous préoccupons pas des vies des citoyens ordinaires.

3. Si on ne permet pas aux enfants d'aller aux discos, l’administration locale de Tabora n'avait-t-elle pas du veiller à ce qu'ils ne rentrent pas ?

4. Si les enfants n'étaient pas admis, alors la NSSF [société nationale de la sécurité sociale] (propriétaires du bâtiment), le propriétaire du lieu où a lieu la disco et le conseil municipal (responsable des inspections) doivent assumer la pleine responsabilité.

Et vous, Tanzaniens qui êtes restés au pays, veuillez rappeler à nos dirigeants leurs responsabilités en protestant. Vous Les avocats, veuillez aider les victimes et vous assurer qu'ils reçoivent “une compensation juste et proportionnée ” et cela devrait servir de leçon à d'autres.

 

 

 

 

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site