Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Equateur : En deuil de Chelito la girafe

L'Equateur possède une grande biodiversité  [en anglais] et peut s'énorgueillir de ses nombreuses variétés botaniques et animales indigènes. Un animal qui n'appartient pas à son patrimoine naturel est la girafe, mais les résidents de la ville de Loja sont pourtant en deuil de “Chelito” une girafe mâle, retrouvé mort près de son enclos dans le zoo, où il vivait depuis 2003. Véritable attraction touristique de la région, Chelito était l'unique girafe d'Equateur et faisait la fierté des habitants de tous âges de Loma . On peut le voir ici sur une affiche touristique réalisée par Sur Ecuador [espagnol].

La cause de sa mort est inconnue, dans l'attente des résultats de l'autopsie, mais beaucoup soupçonnent qu'il a pu être empoisonné. D'autres critiquent le zoo pour la carence de soins aux animaux et des conditions de vie mauvaises. Quelle que soit la raison, beaucoup d'habitants de Loja sont très attristés et des blogueurs locaux ont évoqué leurs souvenirs du zoo de la ville.

Photo de Nelson Piedra utilisée avec son autorisation.

Angel Gualán s'attendrit en évoquant cette girafe [en espagnol]:

Todos vamos extrañar su gran amabilidad para recibir a los turista que tenia este animal, hace algunos meses atrás fue mi ultima visita a su morada, era muy amigable siempre se acercaba para que le den un poco de alimento y dejarse acariciar tranquilamente.

Sa gentillesse avec les touristes va nous manquer. Il y a quelques mois, la dernière fois que je lui ai rendu visite, il était très amical et il s'approchait toujours pour qu'on puisse le nourrir et le caresser.

Un blogueur expatrié en Equateur, qui publie le blog Dispatches from the Equator (en anglais)  a été témoin de la popularité de Chelito:

Quand je suis venu la première fois à Loja pour ma prise de contact avec mon site, au début du mois de septembre, on m'a recommandé d'aller au zoo de la ville pour voir la girafe. La girafe, Chelito, était une célébrité de la ville, c'est l'unique girafe en Equateur, et peut-être le seul animal exotique de ce zoo. J'y suis allé, et j'ai vu les adultes et les enfants massés autour de l'enclos, en train de lui donner de l'herbe et des feuilles, très heureux de passer du temps avec leur animal favori. Ici, l'entrée au zoo coûte environ 25 cents, il était donc possible à tous de venir voir Chelito très régulièrement.  

Aucune accusation ne peut être lancée tant que les causes de sa mort ne sont pas connues, mais Sur Ecuador [espagnol]  veut bien en endosser partiellement la responsabilité .

Es muy tarde para establecer culpables por su muerte, pero creo que todos tuvimos un grano de culpa, por no reclamar una compañera para su jaula, por no tomar mayores precauciones en su cuidado, por dar por sentado que estaba bien, por solo tenerlo como un ícono turístico para tomarnos fotos y realmente no realizar una campaña para su bienestar.

Il est trop tard pour établir les responsabilités pour sa mort, mais je pense que nous sommes tous un peu coupables, pour ne pas avoir fait campagne pour qu'il ait une compagne, pour ne pas avoir pris soin de sa santé,  pour avoir pensé qu'il allait bien, pour l'avoir vu uniquement comme une attraction touristique, bonne à prendre en photo, et sans nous inquiéter de son bien-être. 

Après la mort de l'animal, des habitants sont descendus dans la rue pour demander au gouvernement local de meilleures conditions de vie pour les animaux du zoo. Voces Lojanas [espagnol] décrit les manifestants  qui ont pris part à la marche 

Pancartas, globos anaranjados y amarillos, figuras de cartón, niños vestidos con disfraces de jirafa, camisetas con mensajes relacionados al motivo de la marcha recorrieron las pricnipales de la ciudad en una multitud que cubría fácilmente las cuatro cuadras. Los mensajes que se leían fueron: “Cuidemos el zoológico”, “Respeto a los animales”, “Salvemos el zoológico” y “Devuelvan a Chelito”.

Des pancartes, des ballons jaunes et oranges, des girafes en carton, des enfants déguisés en girafe, des chemises imprimées du message de la manifestation, ils ont tous défilés dans les rues principales de la ville et la manifestation s'étendait sur quatre pâtés d'immeubles. Les messages étaient déterminés : “Prenons soin du zoo,” “Respectez les animaux” “Sauvons le zoo” et “Rendez nous Chelito”.

Même si la girafe Chelito peut sembler déplacée dans un pays d'Amérique du sud, elle jouait un grand rôle dans la vie locale à Loja. Café de Chucho [en espagnol] qui regrette aussi sa disparition, se demande néanmoins : “ Pourquoi une petite ville voudrait-elle avoir sa girafe ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site