Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Madagascar : Les blogueurs inquiets de l'impact local de la crise économique

Tandis que la crise économique empire, les candidats aux élections américaines [en anglais], les chefs d'état européens et les porte-paroles des organisations internationales [en anglais] prédisent que l'aide internationale devra être réduite [en anglais]. Les pays en développement tels que Madagascar, qui dépendent beaucoup encore de l'aide internationale, craignent que ces coupes budgétaires mettent en péril les progrès accomplis pour le développement et la réduction de la pauvreté extrême [en anglais].

La crise économique frappera-t-elle Madagacar et comment ? Madagascan  écrit :

En conclusion, oui, Madagascar sera inévitablement impactée par la crise internationale actuelle. D'une part parce qu'il est prévisible que les Etats resserrent leurs aides aux pays pauvres, d'autre part parce que les grands projets actuels dans le pays auront probablement des problèmes de capacité d'investissement très rapidement, et enfin parce qu'une source importante de richesse du pays, le tourisme, sera fatalement affecté

Randy do it, un blogueur et journaliste malgache de la presse nationale, illustre sous forme de fable les mécanismes de la crise des marchés financiers en prenant pour décor un marché de brousse imaginaire où s'échangeraient des singes :

Dès lors qu’il a le dos tourné, son assistant rassemble les villageois et leur indique les cages, avec les milliers de singes que leur a achetés son patron “Si vous le voulez, leur dit-il, moi, je vous cède ces singes à 35 dollars l’unité. Ainsi, lorsque mon patron reviendra, vous pourrez les lui revendre à 50 dollars. » Les villageois, aveuglés par la perspective de cet enrichissement facile, sortent toutes leurs économies, vendent leurs biens pour racheter les singes. Le magot encaissé, l’assistant disparaît dans la nuit. On ne le verra plus. Ni lui, ni son patron. Dans le village, rien que des singes, courant dans tous les sens. Et Nadim Kalife de conclure son histoire par un édifiant : « Bienvenue dans le monde de la Bourse ! » Eh, oui ! Il y a quelque chose d’aventureux à vendre un singe à dix dollars, puis à le racheter à 35 dollars, en espérant le vendre une seconde fois à 50 dollars.

Enfin, Moonlight girl, une nouvelle blogueuse malgache du groupe FOKO, relate une histoire terrible qui illustre les conséquences de la pauvreté extrême sur la vie de beaucoup de Malgaches. L'incident a eu lieu dans un bus à Antananarivo :

La femme a commencé à pleurer et a confié qu'elle venait de mettre au monde son bébé deux jours plus tôt dans un hôpital public bien connu. Elle est pauvre et n'avait pas l'argent pour acheter des médicaments quand son bébé est soudain tombé malade. Dans cet hôpital, si vous ne pouvez pas payer les médicaments nécessaires, il vous reste à attendre la mort. Ils se fichent de la situation de la personne. Son bébé est mort, et cette femme n'avait pas l'argent pour le ramener chez elle. Elle vit à Ambatofotsy , qui est très loin de la ville. Prendre un taxi aurait couté une fortune. Elle a décidé alors de se rendre chez sa soeur, à Ambohipo, pour y amener son enfant mort. J'étais à la fois bouleversée et terrifiée, en pensant que cette femme voyageait avec son enfant mort. L'assistant du chauffeur s'est mis en colère, a commencé à hurler sur elle, et l'a obligée à descendre du bus. Il l'accusait de faire quelque chose de très tabou en portant un mort au milieu des vivants. La pauvre femme est descendue du bus, ne voulant pas provoquer encore plus de problèmes.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site