Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les Africains bloguent sur la pauvreté pour la Journée d'Action des Blogs 2008

Le BlogActionDay (Journée d'Action des Blogs; en anglais) est une journée où les blogueurs du monde entier se consacrent à un thème particulier sur leurs blogs respectifs. Le thème pour 2008 est la pauvreté. Cette journée globale encourage la discussion, fait naître des campagnes et accroît la prise de conscience sur le sujet à travers le monde.

Dpfinnie écrit (en anglais, comme les liens suivants) :

Il est très facile quand on vit dans le confort de se sentir ému et d'envoyer une obole à la première organisation caritative qui vient à l'idée, mais se mettre réellement en mouvement et faire quelque chose de concret pour s'attaquer à la pauvreté, à ses causes sous-jacentes et ses symptômes, cela demande un engagement et un dévouement véritables.

La journaliste et blogueuse sud-africaine Damaria Senne donne des conseils sur les moyens de faire la différence :

Vous pouvez servir de modèle dans votre communauté, en inspirant les jeunes de manière à ce qu'ils s'aperçoivent que la réussite est possible pour les gens de leur communauté. Ecrivain en herbe, je voulais ainsi rencontrer un écrivain Motswana, ou un écrivain sud-africain Noir, ne serait-ce que pour que mon rêve semble plus réel. Si eux pouvaient gagner leur vie comme écrivains, cela signifiait qu'il me serait possible de faire de même.

Avec la crise économique mondiale actuelle qui plane au-dessus de nos tête, Naeem se demande si la pauvreté et la crise financière peuvent être résolues par le système financier islamique :

L'Islam a du problème économique une vision radicalement différente de celles du capitalisme et du socialisme. L'Islam se focalise sur la distribution des richesses et pas seulement sur leur production. Le problème de la pauvreté ne sera pas réglé en produisant de plus en plus pour la consommation des riches, il le sera plutôt en s'assurant que les besoins élémentaires de chaque individu sont complètement satisfaits. Il y a assez de ressources sur terre pour satisfaire les besoins élémentaires de chacun.

Sci-Cultra prend un point de vue très intéressant sur la pauvreté à partir d'une perspective économique et les causes qui l'expliquent :

C'est un fait enseigné par l'expérience des bénéficiaires, que les dons (autrement dit, l’ aide) ne marchent pas. L'ironie des pays du G8 c'est qu'ils font partie du problème, en endossant les règles commerciales inéquitables qui les conduisent ensuite à débattre du montant de l'aide à donner ; et en outre ils accordent des prêts qui sont inextricablement liés à des taux d'intérêts exorbitants, [prêts] qui dans certains cas sont transférés à des fonds vautours à but lucratif, par exemple en Zambie. Cela revient à sourire amicalement à quelqu'un et à l'attirer dans ses bras tout en repérant dans le même temps entre ses côtes ou dans son dos un endroit mou pour y enfoncer votre couteau.

Pumelela Nqelenga demande aux jeunes de se lever et d'agir contre la pauvreté :

Nous devons prendre position pour les autres et montrer au monde ce que voulaient dire nos ancêtres quand ils parlaient d’ «uluntu». J'appelle aussi ma génération, la jeunesse, à comprendre que nous aussi, nous avons le pouvoir d'apporter le changement, de la même manière que nos parents l'ont fait dans les soulèvements de Soweto. Nous aussi, nous avons une page à remplir dans les livres d'histoire, un chapitre qui parle d'une génération qui a lutté pour l'égalité et contre la pauvreté. J'appelle au changement !!

Open Technologist écrit sur l'utilisation des logiciels open source pour combattre la pauvreté :

Le programme de l'Initiative Mifos consiste à utiliser les logiciels open source pour créer un modèle de service qui accroît l'accès à la technologie pour les institutions de micro-finance, leur permettant d'atteindre les pauvres dans le monde. La micro-finance consiste à accorder aux pauvres de petits prêts (moins de 200 dollars) pour démarrer et soutenir des petites entreprises telles que l'opération Village Phone.

Le blogueur nigérian Loy Okezie propose des méthodes d'utilisation de la technologie et des médias sociaux pour développer la prise de conscience de la pauvreté :

En utilisant les technologies récentes du web, nous pouvons au moins réduire ensemble la pauvreté en Afrique et à travers le monde. Le nouvel espace du web offre une formidable opportunité à la lutte contre la pauvreté. Voyons maintenant quelques-unes des plus nouvelles techniques du web, qui pourraient être utilisées pour agir contre la pauvreté.

Ignatius Nothnagel du Cap, en Afrique du Sud, nous raconte comment une vieille dame qui a à peine de quoi se payer du lait ou du pain est presque jetée hors d'un magasin :

J'en reste bouche bée. «Elle est quoi ? Expulsée ?» Pendant une seconde je reste sans voix, «du marché le plus bas de gamme que nous ayons ?» A ce moment la dame éclate en sanglots et je dois lutter contre l'envie de fuir ce qui est en train de tourner à l'incident.

Kerry-Anne écrit sur la pauvreté en Afrique du Sud :

Le pourcentage de ménages vivant sous le seuil de pauvreté a diminué, de 53% en 1995 à 48% en 2005. Le seuil de pauvreté est fixé à 322 rands par personne et par mois. C'est le prix d'un repas au restaurant pour deux ici en Afrique du Sud. Vous avez bien lu. Près de la MOITIE de la population dans notre pays doivent couvrir toutes leurs dépenses vitales avec MOINS que ce que nous dépensons pour un seul dîner. Ca fait réfléchir, non ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site