Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Présidentielle U.S.A. : Le mot en S… et l'Europe

La dernière ligne d'attaque de la campagne McCain semble tourner autour de ce gros mot qui commence par S – comme dans “Obama est un Socialiste”. Il est souvent suivi par l'inévitable mot en E (comme “Europe”), comme McCain l'a dit lui-même : “Au moins, en Europe, les dirigeants socialistes qui admirent tellement mon adversaire affichent franchement leurs objectifs.”

Que pensent les Européens du dernier en date des commentaires du candidat Républicain à la Présidentielle ?

Guillemette Faure, une blogueuse française sur rue89 est amusée mais pas étonnée :

C’est le dernier gros mot de la campagne. « Au moins, en Europe, les dirigeants socialistes qui admirent tellement mon adversaire affichent franchement leurs objectifs », a dit John McCain en meeting. Notez les deux attaques en une : Obama est socialiste + Obama est soutenu par l’étranger [..] Obama a trouvé la parade : « Warren Buffet (le milliardaire) a appelé à voter pour moi, Colin Powell aussi et John McCain pense que j’adhère au socialisme”.

Alex Engwete (Ethiopie) explique que la confusion entre communisme et socialisme est fréquente aux Etats-Unis :

Beaucoup de gens ici croient que le socialisme équivaut au système communiste. Hier, dans le café éthiopien de mon quartier à Washington DC, je me suis époumoné à expliquer à quelques clients les faits suivants (sans grand succès d’ailleurs) : 1) Sarkozy n’est pas socialiste, encore moins communiste ; 2) Le communisme suppose l’appropriation des moyens de production par l’Etat…

Nathalie Mattheiem, blogueuse sur americana, pense que l'amour qui vient d'éclore pour le mot en S est un signe que le mot en T (comme “terroriste”) n'a pas encore tout à fait accroché et conclut que le mot en S pourrait ne pas faire beaucoup de bien non plus à McCain :

un signe, peut-être que l’accusation de “copinage avec un terroriste” ne donne pas le résultat escompté contre Barack Obama? [..] En pleine crise économique, les Américains (dont le revenu moyen tourne autour de 45 000 dollars) seront-ils réellement scandalisés par une proposition qui vise à baisser l’impôt pour la majorité d’entre eux, tout en ramenant aux taux des années Clinton la taxation du 1,5% des ménages qui déclarent un revenu supérieur à un quart de million de dollars?

Mattheiem note plus loin :

“un candidat qui a pu “plaisanter” que la richesse commence à 5 millions de dollars n’a sans doute pas une vue précise de l’Amérique “moyenne”.

Claire, qui blogue d'Allemagne sur cheeseburger and sauerkraut, aimerait clarifier le mythe du socialisme en Europe (anglais):

L'Allemagne, contrairement à ce que beaucoup semblent croire, n'est PAS un pays socialiste.  Je ne vois absolument pas pourquoi ce mythe continue à exister.

  1. Il n'y a pas de couverture médicale universelle en Allemagne. L'Etat rend l'assurance-maladie obligatoire, mais ne la finance pas. L'Etat ne finance pas mon assurance-maladie, ni celle de mon beau-père, ni de mes amis, etc… En fait, je paie 50% de mon assurance-maladie et mon employeur les autres 50%. Je peux produire ma fiche de paie comme preuve. L'Etat finance seulement l'assurance-maladie des chômeurs.
  2. L'Etat n'est pas propriétaire des moyens de production en Allemagne. L'Allemagne est une économie de libre marché.
  3. Il y a certaines réglementations, comme sur les banques et l'énergie. C'est pour garantir que les consommateurs ne se fassent pas arnaquer.
  4. Les libertés d'expression et de presse sont protégées par la constitution allemande.

Pour conclure, Alexandre Vatimbella dans Le centrisme (France), explique que ni McCain ni Obama  ne rentreraient vraiment dans le cadre des partis de gauche ou de droite en France :

Reste que, malgré les effets de manche et les sermons de tribune, John McCain et, surtout, Barack Obama sont deux vrais centristes [..] en France, Barack Obama n’aurait ni sa carte au Parti socialiste (dont les responsables se méfient de lui comme de tous les candidats démocrates pas assez à gauche selon eux, exception sans doute de George McGovern en 1972, balayé par Richard Nixon), ni à l’UMP (dont les responsables ont la fâcheuse tendance de supporter les Démocrates plutôt que les Républicains pourtant nettement plus proches de leurs idées politiques).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site