Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Costa Rica : Une mine à ciel ouvert est-elle écologique ? Les blogueurs pensent que non

 

L'environnement haché par les coupes de bois et la déforestation par hypertypo

Les blogueurs du Costa Rica ont élevé la voix pour tirer la sonnette d'alarme contre la décision du gouvernement d'autoriser un projet d'abattage d'hectares de forêt pour une mine d'or à ciel ouvert près de la frontière avec le Nicaragua. Le Président Oscar Arias, Prix Nobel de la Paix, qui pas plus tard que l'année dernière avait rendu publique la campagne Paix avec la Nature lancée pour protéger la biodiversité du Costa Rica, soutient à présent que la mine à ciel ouvert profitera au pays en créant des emplois, et souligne que la firme canadienne qui exploitera la mine en a géré de semblables avec succès dans d'autres pays. Les écologistes affirment néanmoins que la déforestation qui aura forcément lieu sur le site, et les procédés chimiques pour séparer le métal jaune du minerai seront catastrophiques pour l'écosystème, en particulier parce que le site est très proche du fleuve San Juan.

Jaguar des Platanar, qui habite à San Carlos, près du site de Crucitas où la mine sera exploitée, écrit (tous les liens sont en espagnol) :

Amelia Rueda entrevistó hoy a Arias sobre el tema Crucitas. Él manifesta que tomó la decisión de firmar el decreto porque todo mundo le habla bien del proyecto: el alcalde de San Carlos, el diputado Salvador Quirós, Roberto Dobles, los abogados del MINAE. SINAC, SETENA y Geología y Minas. Además porque “la mayoría de San Carlos quiere” que se dé el proyecto por el compromiso de hacer caminos, reponer los árboles y generar empleo (otra vez léase inversión, pero inversión que le quita el peso de inversión pública en esa zona) . Sobra decir que la afirmación de que la mayoría de San Carlos quiere la minería, es tan cierta como decir que el cianuro es una sustancia totalmente inofensiva para el ambiente .

Amelia Rueda [une journaliste costa-ricienne] a interviewé Arias aujourd'hui au sujet de l'affaire Crucitas. Il déclare qu'il a pris la décision de signer le décret parce que «tout le monde» dit du bien du projet : le maire de San Carlos, le député Salvador Quiros, Roberto Dobles, les juristes du MINAE [le Ministère de l'Environnement et de l'Energie], SINAC, SETENA et [les services] de Géologie et des Mines. Et aussi parce que «la majorité de San Carlos veut» que ce  projet progresse parce qu'il comporte un engagement à construire des routes, replanter des arbres et générer des emplois […]. Il est évident que l'affirmation selon laquelle la majorité de San Carlos veut la mine est aussi vraie que de dire que le cyanure est un produit complètement inoffensif pour l'environnement.

Fuera de Crucitas est un blog créé spécialement pour protester contre l'exploitation minière dans la région de Crucitas. Il informe l'ensemble de la population sur les développements ultérieurs concernant les mines, collecte aussi des signatures contre l'ouverture de la mine d'or et proteste contre la déforestation extensive qui s'est produite pendant les trois jours ayant suivi l'adoption du décret. Lundi, le Ministère de l'Environnement a suspendu le projet le temps d'analyser la situation :

Creemos que las firmas de apoyo representan el sentir de la población respecto a los acontecimientos de los últimos días, en los que se talaron muchos árboles en Crucitas de Cutris, tras un decreto que permitió la tala, incluso de especies vedadas, como el caso del almendro amarillo.

Nous croyons que les signatures expriment les sentiments de la population vis à vis des travaux de ces derniers jours, au cours desquels de nombreux arbres ont été abattus à Crucitas de Cutris, à la suite d'un décret qui autorisait l'abattage, même pour des espèces interdites de coupe, telles que l'amandier jaune.

Le journaliste Cristian Cambronero, de Fusil de Chispas, écrit un article détaillé sur le contexte ainsi que sur les contradictions qui sont apparues dans la politique du Président, intitulé «Paix avec la Nature, encore une histoire à dormir debout» :

Meter el cuento. En julio de 2007, el Gobierno del presidente Arias lanzó “Paz con la naturaleza”, un ambicioso programa, ejecutado por un equipo de 175 profesionales, destinado a hacer de Costa Rica “un líder mundial de la conservación”. La iniciativa se convirtió de inmediato en uno de los trapitos de dominguear del Presidente, y fue celebrada por la prensa. Poco más de un año después, la semana pasada, el mismo presidente firmó un decreto que declaró de “interés público y conveniencia nacional” la tala de 262 hectáreas de bosque en Las Crucitas de Cutris, San Carlos, cerca la frontera con Nicaragua. La tala y el decreto, también dan luz verde a la operación de la “eco-mina” Las Crucitas, que no es más que una mina a cielo abierto para “lavar” (lixiviación) el suelo con cianuro tóxico en busca de oro. Terrorismo ecológico.

Refaisons le compte. En juillet 2007, le gouvernement du Président Arias a présenté «Paix avec la Nature», un programme ambitieux devant être mis en oeuvre par une équipe de 175 spécialistes, destiné à faire du Costa Rica «un leader mondial de la conservation». L'initiative est immédiatement devenue l'un des projets favoris du Président, à montrer partout, et il a été célébré par la presse. Un peu plus d'un an après, la semaine dernière, le même Président a signé un décret qui déclarait «d'intérêt public et de convenance nationale» l'abattage de 262 hectares de forêt aux Crucitas de Cutris, à San Carlos, près de la frontière avec le Nicaragua. La déforestation et le décret donnent aussi le feu vert à l'exploitation de la «mine écologique» à Las Crucitas, qui n'est rien d'autre qu'une mine à ciel ouvert pour laver (lessiver) le sol avec du cyanure toxique à la recherche d'or. Terrorisme écologique.

Cristian nous oriente aussi vers quelques vidéos en espagnol sur YouTube, téléchargées par Sancarlena77, montrant les effets dévastateurs des mines à ciel ouvert. 1ère partie  et 2ème partie.

 

Sur le service de micro-blogging Twitter, des utilisateurs ont transmis des liens vers un reportage télévisé montrant l'étendue de la déforestation, ainsi qu’une autre vidéo, sur laquelle sont juxtaposées les déclarations du Président Arias il y a un an et la situation actuelle.

Le Show Evaverde du Canal 15 de l'Université de Costa Rica a aussi produit une vidéo de 10 minutes expliquant l'affaire de las Crucitas en remontant à août dernier, en la rapprochant du résultat négatif obtenu par le gouvernement dans le contrôle des mines d'or à ciel ouvert, en particulier celle de Miramar, où l'empoisonnement de l'eau par le cyanure et les glissements de terrains n'ont été qu'une partie de l'impact négatif qu'a eu cette opération (la vidéo sur ce sujet démarre à une minute du début de l'enregistrement) :

 

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site