Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Congo (RDC) : Témoignages des zones de combats

Voici des récits de témoins directs, publiés par des blogueurs se trouvant dans la partie orientale de la République Démocratique du Congo sur la situation dans la région, à la suite des nouveaux accrochages entre les rebelles, les forces gouvernementales et celles des Nations Unies (en anglais).

La situation à Goma (en anglais) :

La situation se dégrade rapidement. Il y a eu beaucoup de fusillades en ville jusqu'à il y a environ 40 minutes. Depuis, c'est le silence. On entendrait tomber une épingle. Les rumeurs prolifèrent, mais il y a quelques rapports confirmés sur [la présence de] rebelles dans les faubourgs de la ville. La MONUC évacue son personnel vers le Rwanda.

L'armée congolaise a complètement abandonné [la partie] (en anglais) :

C'est le chaos total à Goma. J'ai appris, par différents appels téléphoniques et SMS, que l'armée a maintenant déposé les armes à Kibumba, à 12 miles (18 km) au nord de Goma, et qu'elle fuit les rebelles. En d'autres termes, ils ont complètement abandonné [la partie].

Certains parmi les soldats sont en train de courir/circuler en voiture/foncer à moto à travers la ville en direction de l'ouest, [vers] Sake, et ils passent devant ma maison. 

Le gouverneur du Nord-Kivu a semble-t-il aussi quitté la ville.

A présent, il n'y a plus que les forces de maintien de la paix de l'ONU pour empêcher les rebelles de Nkunda de prendre Goma.

En ce moment même, il y a énormément de spéculation, et c'est la panique. Je vous tiendrai informés.

Je reviens à l'instant du camp des gardes-forestiers [dans le parc des Virunga], et j'allais me mettre au travail avec Innocent pour annoncer que nous avons retrouvé 3 gardes de plus – ce qui est évidemment une nouvelle fantastique. L'un [d'entre eux] a été passé à tabac par les militaires et reçoit un traitement médical, et les 2 autres sont épuisés – mais au moins nous les avons retrouvés.

Jean Claude et ses collègues à Mont Thsiaberimu (en anglais) :

Bonjour, c'est Jean Claude. Pour le moment nous sommes en sécurité à Mont Thsiaberimu mais nous sommes très inquiets pour la sécurité à Goma.

Je suis à Kyondo en ce moment et les rebelles ont commencé à circuler dans les environs. J'ai demandé à l'ensemble du personnel d'être très prudent.

Ce matin j'ai parlé à mon collègue Henry qui est à Goma. Il a passé  une  nuit sans problème, mais il y a des combats entre les rebelles et l'armée congolaise à Kibumba, à seulement 30 km de Goma. Les employés de l'Organisation pour les Gorilles restent chez eux pour le moment mais observent la situation de très près et un plan d'évacuation est en place en cas de besoin.

Certains partenaires de l'Organisation pour les Gorilles sont basés à Rutshuru (entre Goma et Mt Tshiamberimu), qui est maintenant sous le contrôle des rebelles de Nkunda. Hier nous étions en contact avec le personnel là-bas, mais aujourd'hui nous avons perdu le contact. Nous croyons qu'ils ont peut-être fui pour se réfugier en Ouganda.

Des réactions de lecteurs au billet de Jean :

Christine C., le 29 octobre 2008

Jean Claude – mes pensées et mes prières sont avec vous tous… Je sais que ce n'est pas grand'chose, mais je suppose que c'est ce que nous pouvons tous faire de mieux d'aussi loin. Dieu fasse que ceux qui en ont le pouvoir viennent très vite en aide au Congo… C'est horrifiant de penser à ce que les rebelles ont accompli jusqu'à maintenant.

Virginia, le 29 octobre 2008

Jean Claude, je suis navrée d'apprendre ces nouvelles épouvantables. Je t'en prie, reste sain et sauf ! Je serai à Bukavu dans 2 semaines. Est-ce que tu vas dans le sud ?

Peter, le 29 octobre 2008

J'ai travaillé à Goma et dans l'est du Kivu de 1994 à 1999, et je connais bien la région et ses habitants. Je suis navré que vous ayez tous à passer de nouveau par les souffrances de la guerre civile et des troubles…! Reste sain et sauf !

Annie, le 29 octobre

Oui… Reste sain et sauf… c'est vraiment terrible pour vous tous ! Je ne veux pas qu'il arrive quoi que ce soit à aucun d'entre vous ! Vous avez tous travaillé si dur !

Les combats (en anglais) à Rumangabo (en anglais), une base militaire au nord de Goma :

“La bataille à Rumangabo a commencé à 4 heures [du matin] aujourd'hui entre les rebelles de Laurent Nkunda et l'armée. Elle a complètement encerclé le siège du parc et nos gardes ont été obligés de fuir dans les forêts pour sauver leur vie. Les rebelles sont à présent les seuls occupants du siège du parc à Rumangabo. Cela ne s'était jamais produit auparavant. La situation est grave. Nous devons mettre en lieu sûr notre cinquantaine de gardes à Goma, à 45 km au sud de Rumangabo. La route principale est bloquée à cause des combats, alors ils marchent à travers les forêts du parc vers le sud, vers Kibimba, à environ 20 km, où nous avons l'intention de les prendre en camion. Nous essayons de garder le contact par téléphone mais l'autonomie de leurs portables est limitée.”

Emmanuel a lancé un appel sur Gorilla.cd et tous les dons qui seront faits ici iront directement aider ces gardes pendant ces moments difficiles. J'ai parlé à quelques amis sur le terrain, qui disent que la situation est extrÍmement mauvaise.

Voici un compte-rendu en vidéo (en anglais) de la situation à Rumangabo :

Je suis de retour à Goma et pour parler franchement, trop fatigué pour raconter notre journée à Rumangabo. Alors, je laisserai la parole à Balemba sur cette vidéo que j'ai filmée ce matin.

Ceux qui ont regardé la vidéo réagissent ;

Iisah dit : 9 octobre 2008 je suis sans voix moi aussi. Lisa

Jean-Claude S (France) dit : 9 octobre 2008 Balemba. Je viens saluer votre courage et celui qui a filmé ces images. Vous nous faites vivre la guerre en direct… Et même de loin, nous nous sentons très proches de tous ces gens terrorisés…sans pouvoir agir. Je n'espère qu'une chose pour tous, la paix enfin… mais elle semble encore bien loin. Merci de donner de vos nouvelles. J'espère recevoir rapidement de bonnes nouvelles de votre secteur. Mes amitiés à tous.

Jessiewiseman dit : 9 octobre 2008 faites bien attention à vous !

Balemba dit : 10 octobre 2008 Merci Jean Claude. En fait, ceci est le seul moyen de briser le silence.

Irisk dit : 10 octobre 2008 Je suis sur un ordinateur avec une connection à très bas débit et j'ai pu voir ta vidéo, Pierre, mais pas entendre le son – mais qui a besoin du son avec des images pareilles ? Elles disent tout… Quelle honte que tes images si fortes ne soient pas montrées dans le monde entier. Je sais que je suis loin d'être impartiale, mais en ce moment je ne peux que poser la question : qu'est-ce que ça peut faire que la candidate à la vice-présidence Sarah Palin soit mère de cinq enfants si dans tout le Kivu les femmes sont mères de cinq enfants et qu'elles fuient les fusillades sur des routes boueuses ? Qui mérite les grands titres ? Et l'attention du monde ? Qui a un plan satisfaisant pour sauver les enfants du Kivu et qui le mettra en oeuvre ? Bon courage à tous et prenez soin de vous. Iris

“Insécurité, incertitude et violence”, résume Samantha Newport (en anglais) :

Je suis dans une autre partie de la ville qu'Emmanuel et j'entends les mêmes fusillades et les mêmes silences. Je suis terrée dans un complexe de l'ONU avec environ 200 employés locaux et internationaux. 

Innocent est avec sa famille, dans une partie de la ville où les soldats tirent et pillent. Balemba se cache sous un lit dans sa maison de Goma et Diddy est en sécurité bien que je ne sache pas où il est au juste.

Il est impossible de savoir comment ça se passe pour les gardes dans le camp, alors qu'ils sont très exposés aux pillages et à la violence.

Nous restons dans l'expectative sur ce qui va arriver. Mais pour le moment il n'y a absolument aucune possibilité pour qui que ce soit de quitter ce complexe. Nous devons rester ensemble et à l'abri.

Voir aussi le billet d'Elia, “Confusion à Goma.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français

Non merci, je veux accéder au site