Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Arabie Saoudite : 1500 coups de fouet

L'Arabie Saoudite a condamné le médecin égyptien Raouf Amin à quinze ans de prison et 1 500 coups de fouets pour avoir supposément prescrit à une princesse saoudienne des sédatifs provoquant l'accoutumance, alors qu'il exerçait dans un hôpital saoudien.  Le Dr. Raouf Amin nie être responsable de l'addiction de la princesse aux sédatifs.

C'est l'épouse du Dr. Amin qui a pris l'initiative de raconter son histoire sur le blog Docteurs sans droits (en arabe):

منذ ٥ سنوات استدعاه أمير سعودي لعلاج زوجته في قصره، وتبين له أنها أصيبت بكسر في الظهر، ونقلت إلي أمريكا للعلاج، حيث حقنت هناك بالمورفين المخدر لتسكين آلامها، غير أنها أدمنته بعد عودتها إلي المملكة، فقرر (رؤوف) بالاتفاق مع الأمير، علاجها من الإدمان حتي تعافت منه تماماً في مارس الماضي”
“Il y a cinq ans, il (le Dr. Amin) a été convoqué au palais d'un prince saoudien pour soigner son épouse. Après une fracture de la colonne vertébrale, pour laquelle elle s'était faite soigner aux Etats-Unis, elle avait reçu des injections de morphine pour soulager la douleur. Elle était devenue dépendante de cette drogue depuis son retour en Arabie Saoudite.  Le Dr Raouf, en accord avec son époux, a consenti à traiter cette addiction jusqu'à ce qu'elle s'en défasse, ce qui s'est passé en mars.”
تابعت: «علي إثر ذلك قرر (رؤوف) تخفيض جرعة المورفين، الذي كان يحضره من بعض المستشفيات بأوامر من الأمير.. وبعد شفائها قرر زوجي العودة إلي مصر، وفوجئ بأنه ممنوع من مغادرة المملكة، وتبين له أن طبيباً سعودياً ضبطته السلطات وبحوزته أمبولات وأقراص مخدرة، وذكر في التحقيقات أنه يعطي هذه الأمبولات لـ(رؤوف
L'épouse du médecin poursuit : “ Pour ce faire, Raouf a décidé de diminuer graduellement les doses de morphine, qu'il se procurait dans des hôpitaux, sur instruction du prince. Quand la princesse a été rétablie, Raouf a voulu revenir en Egypte et a découvert qu'il ne lui était pas permis de quitter le royaume. Il a découvert plus tard qu'un médecin saoudien, arrêté avec des injections et des comprimés de sédatifs, avait prétendu qu'il devait les donner à Raouf.”

Durant son premier procès, le Dr. Raouf Amin avait été condamné à trois ans de prison et sept cents coups de fouet. En appel, sa peine a été alourdie. Il sera fouetté au rythme de 10-15 coups de fouet par semaine, pendant quinze ans de prison. Cette sentence a fait réagir non seulement les organisations de défense des droits humains mais également le Ministre égyptien de l'intérieur et le syndicat des médecins égyptiens.  Le docteur Hamdy El Sayed, son président, a déclaré à l'AFP (en anglais):

“Nous nous opposons fermement à ce jugement et nous avons pris des contacts avec les autorités au Caire ainsi qu'en Arabie Saoudite, et avec le Président Hosni Mubarak, pour qu'ils interviennent”.

“Il n'a pas eu droit à un procès équitable. Il n'y a même pas eu d'expertise médicale digne de ce nom.  Ce jugement est plus de l'ordre de la torture que de la justice et ne correspond à aucune loi, même pas dans la Charia (loi islamique)”.
Il aurait mieux valu le condamner à mort que de le torturer de cette façon. 15 ans de prison et 1500 coups de fouet, c'est inhumain, même pour un meurtrier”.

Inutile de préciser que l'opinion publique égyptienne ne parvient pas à comprendre ce jugement. Le caricaturiste égyptien Ashraf Hamdy écrit avec rage :

“أين الخارجية المصرية ؟
أين منظمات حقوق الانسان ؟
أين وزير الصحة ؟”
“Où est le Ministre des Affaires Etrangères ?
Où sont les organisations de défense des droits humains ?
Où est le Ministre de la santé ?”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site