Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Guatemala: de fortes pluies et des inondations frappent les plus démunis

Cet article, publié sur Global Voices en anglais le 27 octobre 2008 , a été traduit par Jordi Coleno, de la classe préparatoire ECS3 du Lycée Ozenne de Toulouse, sous la direction de son professeur Audrey Lambert, dans le cadre du projet pédagogique “Initiation à la traduction d'actualités”.

Photo : Mesas de Diálogo.

Photo : Mesas de Diálogo.

Le mois dernier a été très difficile pour de nombreux guatémaltèques. Lors des tempêtes tropicales, des fortes pluies et des inondations, le manque de politiques publiques destinées à la prévention des catastrophes naturelles s'est traduit par encore plus de dégâts puisque des récoltes ont été ravagées, des maisons ont été totalement détruites et des gens ont même été ensevelis vivants à cause des glissements de terrain.
 
Les inondations et les tempêtes affectent de nombreuses communautés mais l'impact est plus fort chez celles qui sont sous le seuil de pauvreté. Ces communautés sont souvent isolées des services et des abris, comme les petits villages dans les régions de Peten, Quiché et Zacapa. D'après El Poptuneco, [en espagnol, comme tous les liens de ce billet],  le président Álvaro Colom a rejoint Porptun, l’une des zones touchées, en hélicoptère. Le gouverneur, Rudel Alvarez, a également utilisé son blog personnel pour faire régulièrement état de la situation et publier les derniers bulletins météorologiques, déclarant qu'il s'agissait de la pire tragédie depuis dix ans à Sayaxche, un autre village au sud du Peten, où 288 familles vivant dans une extrême pauvreté ont été victimes des pluies et des inondations. 

Mesas de Dialogo blog a rapporté un témoignage de cette crise :

Realizaron un sobrevuelo el día 21-10-08 por el área rural encontrándose una señora la cual desde las alturas pudieron observar que imploraba ayuda entre las inundaciones baja el helicóptero pocos segundos y ella dijo que tenía 4 días de no comer juntamente con sus hijos, perdieron su casa y sus cultivos.

Ils ont survolé la zone touchée le 21 octobre 2008 et ils ont aperçu une femme au loin. L’hélicoptère a donc atterri. La femme a expliqué que sa famille était privée de nourriture depuis quatre jours et qu'ils avaient perdu leur maison et leurs récoltes.

Le village était inaccessible en voiture, si bien qu’on ne pouvait leur venir en aide que par la voie aérienne.

Le blog de journalisme civique El Zacapaneco a fait le point sur la destruction des infrastructures à Zacapa (Est du Guatemala) , en expliquant que le village de La Union a subi une fois de plus des glissements de terrains qui ont paralysé l’autoroute principale.

Mais la solidarité est toujours présente, comme l'explique El Portal de Peten, car Rainforest Alliance a déjà exprimé son soutien. Municipal News Blog a annoncé que des médecins cubains aident actuellement les gens dans les zones les plus touchées. Caritas Guatemala a lancé un appel aux dons de médicaments, de vêtements et de nourriture et il est possible de les joindre ici.
 
Il est triste de lire que ce genre de tragédies se produit chaque année et que certaines régions sont toujours touchées. Dans le même temps, aucune mesure ou politique publique n'est mise en place pour prévenir les dégâts. Le coût est pourtant si élevé : pertes humaines, maisons et moissons balayées par les inondations, comme vous pouvez le voir sur les photos d'Arturo Godoy.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site