Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : 3ème grève des taxis en 10 jours

Après la grève des taxis à Chongqing (en anglais), suivie par près de 9000 chauffeurs et au cours de laquelle ont été détruits plus de 100 taxis et 3 voitures de police, une autre grève a éclaté le 10 novembre dans la ville touristique méridionale de Sanya.

L'origine, la même que pour la grève de Chongqing, est le prix excessif  que font payer les compagnies de taxi, accusées de monopole, et la concurrence déloyale des taxis non titulaires de licences.

C'était la troisième grève en 10 jours des chauffeurs de taxi en Chine. Dès 6 heures du matin, environ 200 chauffeurs de taxi se sont rassemblés devant le siège de la municipalité de Sanya pour manifester. [photo] Ils ont accusé les compagnies de taxi de ne pas respecter la régulation des prix fixée par les autorités, et de continuer à appliquer des tarifs exorbitants pour les voitures qu'elles exploitent.

Les médias ont rapporté que les rues de la ville sont quasi-vides de taxis, et les habitants ont dù prendre le bus ou des motos-taxis.

La police a indiqué qu'à certains endroits, la grève a dégénéré en violences. Des chauffeurs de taxi qui  refusaient de se joindre à l'opération semblent avoir été passés à tabac, et 28 [personnes] ont été interpellées. La police a prétendu qu'elles faisaient peut-être partie de la pègre. Mais, alors que la grève entre dans son 3e jour, davantage de chauffeurs de taxi exigent que la police relâche leurs collègues.

Des représentants de chaque partie, l'administration et les chauffeurs de taxi, ont négocié en vue d'une solution. Le maire a présenté ses excuses au chauffeurs pour les lacunes de la réglementation, et a promis de faire tout son possible pour apporter une réponse satisfaisante. 

Considérant que les personnes arrêtées ont été cataloguées comme membres de gangs, lloouu222 on the internet a ironisé :

党和政府才是最大的黑恶势力啊。

Le parti et le gouvernement sont les vrais et principales forces de la pègre.

L'internaute 新李寻欢 a averti :

重庆开了头,马上就要席卷全国了!

Chogqing a fait un bon début, et bientôt cela s'étendra à tout le pays !

Un internaute appelé « Je suis le chauffeur de Sanya ”我是三亚司机 a dit :

我支持罢工,政府不给我门一个满意的回答我们就一直不营运。再说来过三亚的都知道三亚的黑车是最多的,有谁抓过,每天就知道抓出租车。

Je suis en faveur de la grève. Nous ne reprendrons pas le travail avant que l'administration donne une réponse satisfaisante. Tous ceux qui ont été à Sanya reconnaîtront que [la ville] a le plus grand nombre de taxis sans licence. Qui a jamais essayé de les attraper ? Tous ce qu'ils («ils» se réfère probablement à la police qui impose des amendes) savent faire, c'est nous attraper nous. 

Les grèves sont rares en Chine, parce que l'autorité réprime et en même temps musèle les récits des médias sur de tels incidents. Mais la récente grève à Chongqing a obtenu une couverture exceptionnelle des médias, et entre-temps, l'administration a apporté une solution positive, consistant en un abaissement des tarifs et une autorisation de fonder des associations professionnelles.

Le Wall Street Journal a cité le commentaire d'un avocat chinois dans une longue analyse des récentes grèves de chauffeurs de taxi : (en anglais) 

La grève de Chongqing, qui a débuté le 3 novembre, «a eu un impact», a dit Zhou Litai, un avocat spécialiste du droit du travail de Chongqing. «Les gens ont remarqué que ça marchait.»

C'est pourquoi cela pourrait avoir un effet d'entraînement sur les chauffeurs de taxi mécontents à travers le pays. Mais le blogueur Ratbaby a noté que cette fois l'action de la police pourrait faire monter la tension d'un cran :

但从最新的报道看,三亚警方所正在做的,不是试图平和的解决争端,恰恰是在客观上激化现有的矛盾。

按照有关部门的说法,被“强制带离现场”、“传唤至公安机关进行审查”的21名涉嫌违法人员,在罢运期间“参与煽动、拦阻、打砸正常营运出租车”。但恐怕没有人不明白,这其实是有关部门在处理突发事件时惯有的传统做法:枪打出头鸟,杀一儆百。

D'après les dernières informations, nous voyons maintenant que ce que fait à présent la police de Sanya, ce n'est pas s'attaquer au problème dans le calme, mais, objectivement, d'intensifier le conflit.

Selon l'administration, 21 suspects ont été emmenés au commissariat pour enquête, parce qu'ils ont attisé la violence, démoli et bloqué des taxis en service normal. Mais nul n'ignore que c'est une manière habituelle pour la police de traiter n'importe quelle situation, comme dit l'adage : «tuer le meneur pour en dissuader des centaines d'autres» 

Et il a mis en garde :

只希望自己短暂的几年任期可以平安无事,问题爆出来之后也是能掩盖就掩盖。至于被一次又一次隐藏回社会肌体的越积越深的诸多问题,则是“我走后,哪管他洪水滔天”。这种畸形稳定观在官场的长期肆虐,让某些问题不科学的处理方法在重复千遍之后变成所谓的“先进经验”与“客观规律”,成为影响社会真正和谐的罪魁之一。

Les autorités espèrent seulement maintenir une paix superficielle pour les quelques courtes années pendant lesquelles elles sont en fonction. Même si des problèmes peuvent occasionnellement apparaître, ils feront de leur mieux pour les dissimuler. Les problèmes étaient régulièrement refoulés, puisque les fonctionnaires agissent sans se soucier de ce qui arrivera après leur départ. Un sens aussi aberrant de la stabilité ravage la fonction publique, et transforme une méthode irrationnelle de traitement des problèmes en «expérience appréciable» et en «gouvernement». C'est cela qui détruit notre société.

En ce moment même, la grève de 4 jours a pris fin. On a persuadé les taxis de se remettre au travail. Mais cela signifie-t-il une véritable solution, ou seulement le signal de nouvelles tempêtes à venir ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site