Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La langue japonaise à l'ère de l'anglais

 

La chute de la langue japonaise à l'ère de l'anglais (japonais), le dernier livre de la romancière et essayiste Minae Mizumura [水村美苗] (anglais), a suscité récemment un débat entre de nombreux blogueurs japonais sur le sort de leur langue nationale. Dans ce livre, l'auteur, qui a eu l'opportunité de vivre et d'étudier à la fois au Japon et aux Etats-Unis, examine le rôle et l'avenir du japonais. Mizumura contextualise sa réflexion sur cette langue, utilisée depuis des siècles par beaucoup de lettrés et d'intellectuels pour produire des oeuvres d'une grande valeur littéraire, dans une ère moderne où l'anglais envahit tous les champs de la connaissance, au point de devenir une langue écrite universelle utilisée par tout un chacun à travers le monde pour communiquer.

Le premier blogueur à écrire en termes enthousiastes sur ce livre a été Mochio Umeda (en anglais), qui exprime son espoir que cet ouvrage devienne la base d'un futur débat sur la relation entre l'anglais et le japonais. Sur son blog My Life between Silicon Valley and Japan, Umeda-san écrit :

この本は今、すべての日本人が読むべき本だと思う。「すべての」と言えば言いすぎであれば、知的生産を志す人、あるいは勉学途上の中学生、高校生、大学生、大学院生(専門はいっさい問わない)、これから先言葉で何かを表現したいと考えている人、何にせよ教育に関わる人、子供を持つ親、そんな人たちは絶対に読むべきだと思う。

Chaque Japonais devrait lire ce livre maintenant. «Chaque» est peut-être exagéré, mais ce que je veux dire, c'est que chaque personne souhaitant produire quelque chose dans le domaine intellectuel, chaque collégien, lycéen, étudiant de licence ou de 3e cycle – quelle que soit leur spécialité – et aussi les gens qui ont l'intention d'exprimer leurs idées dans le futur au moyen de la langue, et finalement ceux qui participent à l'éducation et les parents avec enfants. Tous devraient lire [ce livre].

一言だけいえば、これから私たちは「英語の世紀」を生きる。ビジネス上英語が必要だからとかそういうレベルの話ではない。英語がかつてのラテン語のように、「書き言葉」として人類の叡智を集積・蓄積していく「普遍語」になる時代を私たちはこれから生きるのだ、と水村は喝破する。そして、そういう時代の英語以外の言葉の未来、日本語の未来、日本人の未来、言語という観点からのインターネットの意味、日本語教育や英語教育の在り方について、本書で思考を続けていく。

[Pour résumer ce livre] d'un mot, [l'idée est que] désormais, nous allons vivre au «siècle de l'anglais», qui ne se limitera pas seulement à l'utilisation de l'anglais dans les affaires. Mizumura démontre que nous allons vivre une ère où l'anglais, comme le latin autrefois, deviendra la «langue universelle» utilisée pour enmagasiner et conserver la sagesse de l'humanité sous forme de «langue écrite». Le livre poursuit aussi le [débat] sur l'avenir des langues autres que l'anglais dans cette ère, ainsi que l'avenir du japonais, et des Japonais, et aborde la signification d'Internet du point du vue des langues, aussi bien que l'état de l'enseignement du japonais et de l'anglais.

少女時代から漱石に耽溺し「続明暗」でデビューした水村の問題提起は、「たとえば今日、2008年11月7日、漱石と同じくらいの天賦の才能を持った子供が日本人として生を受けたとして、その子が知的に成長した将来、果たして日本語で書くでしょうか。自然に英語で書くのではないですか」ということである。放っておけば日本語は、「話し言葉」としては残っても、叡智を刻む「書き言葉」としてはその輝きを失っていくのではないか。「英語の世紀」とはそういう暴力的な時代なのだと皆が認識し、いま私たちが何をすべきか考えなければならない。

Fan de Sôseki [Natsume Sôseki, un des romanciers japonais les plus influents de l'ère moderne] depuis qu'elle est petite fille, Mizumura, qui a débuté avec Zoku Meian (続明暗) [littéralement : «Clair-obscur, suite» ; «Clair-Obscur» (anglais) est une oeuvre inachevée de Sôseki], soulève la question suivante : «Si aujourd'hui, le 7 novembre 2008, un enfant japonais naissait avec les mêmes dons innés que Soseki, cet enfant écrirait-il en japonais une fois devenu intellectullement mûr ? N'écrirait-il pas plutôt naturellement en anglais ?» Si cette [question] reste sans réponse, alors, même si le japonais demeure en tant que «langue orale», ne perdra-t-il pas le rayonnement qui caractérise les «langues écrites» utilisées pour transcrire la connaissance [humaine] ? Chacun se rend compte que le «siècle de l'anglais» est en ce sens une ère violente, et c'est ainsi que nous devons réfléchir attentivement à ce que nous devons faire [dans cette situation].

En désaccord avec l'auteur de cet essai, le blogueur id:fromdusktildawn attribue le déclin de la langue japonaise à la pauvreté des contenus transmis en japonais ces dernières années, en particulier par les médias. Il met en outre l'accent sur le fait que, plutôt que d'étudier la littérature, il serait plus utile que les Japonais étudient l'économie, afin d'acquérir les connaissances de base nécessaires à l'acquisition de la conscience politique :

今後、世界中の、あらゆる価値ある知識は英語で生産され、英語で流通する。
インターネットの普及が、その流れをますます加速している。
世界中の知的にパワフルな人々は、ますます母国語よりも英語で読み、英語で書き、
英語で議論しながら、価値ある学術的成果・文化・商品・サービスを創り上げていくだろう。
[…]

Aujourd'hui et dans le futur, dans le monde entier, toute connaissance de valeur sera produite en anglais et circulera en anglais. La diffusion d'Internet a de plus en plus accéléré cette tendance. Il semble que dans le monde entier, les gens influents sur le plan intellectuel liront, écriront et débattront en anglais, plutôt que d'utiliser leur langue maternelle, et créeront de cette manière des résultats scientifiques, de la culture, des produits et des services de grande valeur.

そうして、日本語圏は、三流芸人が軽薄にバカ騒ぎするバラエティー番組や
スポーツマンや芸能人の下半身の話題をさも重大事件のように扱うゴシップ雑誌、
知性のかけらもない動物的で脊髄反射的なネット書き込みばかりがあふれる言論空間に堕ちていく。
書店の本も、ネット上の文章も、日本語のものは、ますます知的に貧弱になり、
英語圏のものは、ますます豊かで豊饒で活力に満ちたものになっていくだろう。

Dans les zones où on parle japonais, le niveau de discussion s'est dégradé au point que des acteurs de troisième catégorie paraissent dans les shows télévisés, avec leurs attitudes frivoles et ridicules, que les magazines traitent les cancans sur la vie sexuelle des sportifs et des acteurs comme des sujets de la plus haute importance, et que les fils d'information en ligne inondent la Toile de commentaires «off-the-off» dépourvus de tout raisonnement intelligent. Tandis que le niveau intellectuel des livres dans les bibliothèques, des articles sur le net et de tout ce qui est écrit en japonais ne fait qu'empirer, les productions en anglais semblent devenir par contraste de plus en plus riches, pleines d'énergie et de vitalité intellectuelles.

[…]

日本近代文学大好きな小説家である彼女は、以下のような主旨のことを主張する。
「国語」としての日本語の衰退を防ぐために、
日本の学校教育の国語の時間数を増やし、
全ての学生に日本近代文学を読み継がせることを
日本の国語授業の主眼にすべきだ。

L'auteur [Minae Mizumura], une admiratrice de la littérature japonaise moderne, présente la revendication suivante :

Pour empêcher le déclin du japonais en tant que «langue nationale», le nombre d'heures de cours de japonais à l'école devrait être augmenté, on devrait obliger tous les élèves à continuer à lire les textes littéraires modernes, et le travail scolaire sur la langue japonaise devrait être considéré comme l'objectif central.

[…]

文化のために個々のリアルな人間が存在するのではなく、
個々のリアルな人間の生を豊かにするために文化が存在するのだ。
個々の人間のリアルな生が輝くのなら、日本文化など亡んでもかまわない。
[…]

Ce ne sont pas les gens réels qui existent pour la littérature, c'est plutôt la littérature qui est faite pour enrichir la vie des gens réels. Aussi longtemps que l'individu brille dans sa propre vie, peu importe que la littérature japonaise périclite.

そもそも、現在の多くの日本国民は、
有権者としての最低限の知識すら身につけていない。
どの政治家に投票すれば、自分たちの暮らしが良くなるのかを
判断するための基礎知識が決定的に欠落しているのだ。
どの政治家に投票すれば暮らしが良くなるのかを知るには、
夏目漱石や芥川龍之介を読むより、
現代経済学の教科書を読む方が、何百倍も効果的だ。

En premier lieu, de nombreux Japonais d'aujourd'hui n'ont même pas le niveau minimum de connaissances [requis] d'un électeur. Sans aucun doute, ils manquent de la capacité élémentaire de juger pour quel politicien voter afin d'améliorer leur vie. Pour acquérir la connaissance requise pour savoir qui voter afin d'améliorer sa vie, il est cent fois plus efficace de lire des livres sur l'économie moderne que de lire Natsume Sôseki ou Akutagawa Ryunosuke.

Un autre blogueur, id:repon, n'est pas d'accord avec Mochio Umeda (le premier blogueur présenté dans cet article), expliquant qu'il n'éprouve pas le même sentiment de crise que Umeda-san à propos de la langue japonaise et aussi décrit par le blogueur Dan Kogai :

僕には、id:umedamochioさんやid:dankogaiさんが「日本語が危ない」と「危機感」を持つ、その危機感とやらがさっぱりわかりません。
英語は道具、日本語は「国語」。そうなっていくだけのことですよ。
それは危機でも何でもありません。
英語は「国語」にはなりませんよ。

Quand les blogueurs umedamochio et dankogai disent ressentir que «le japonais est en danger» ou [éprouver] une «impression de crise», je ne comprends pas ce qu'ils veulent dire.

L'anglais est un outil, le japonais est notre «langue nationale». C'est aussi simple que ça.

Ce n'est pas une crise. Et l'anglais ne deviendra pas la «langue nationale».

「国民とはイメージとして心に描かれた想像の政治共同体である」とベネディクト・アンダーソンはその主著「想像の共同体」で述べています。
国民という概念は近代になって創造されたものなんですよね。
その「国民」概念を支えているのが、共通言語として作られた「国語」なんです。
「国語」は、簡単には衰退しませんよ。
グローバリズムが簡単に国民国家や民族や宗教を駆逐するどころか、かえって強化したように。

Benedict Anderson, dans «L'Imaginaire national» dit que [le concept de] nation est une communauté politique imaginée dessinée dans notre coeur comme une image.» Le concept de «nation» a été créé à l'ère moderne et ce qui sous-tend ce concept est le [concept] de «langue nationale», créée comme une langue commune. Une «langue nationale» ne disparaît pas si facilement.  Et la mondialisation, loin de simplement détruire les nations, les peuples ou les religions, semble en réalité les renforcer.

Le blogueur essa (Taku Nakajima) partage avec repon la conviction que si elle était confrontée à une crise, la langue japonaise se dresserait comme une force centripète oeuvrant à conserver la langue comme symbole de la nation :

確かに、グローバリズムに対抗する形で、民族や宗教の力は強まっている。でも、基本的にはその力は国民国家を解体する方向へ作用すると見るべきだと思う。どこの国でも、国民国家は内と外に引き裂かれて消滅しようとしている。

En réalité, la force d'un peuple ou d'une religion acquiert de la puissance lorsqu'elles sont dans une situation qui les force à résister à la mondialisation. Néanmoins, je pense qu'il nous reste à voir si cette puissance agit dans la direction d'un démantèlement de la nation. Dans tous les pays, les Etats-nations  sont déchirés de l'intérieur et de l'extérieur, au bord de la destruction.

[…]

日本という国は、明治以降になってから明確に外国の存在を意識して人為的に作られた国であり、江戸以前の日本とは別の国だ。夏目漱石は自分が生まれた頃に新しく作られた、その近代日本という国において、どういう言語を使ったらいいかということを生涯のテーマとした人だ。
[…]

Le Japon est un pays qui, depuis l'ère Meiji, après avoir pris conscience de l'existence des étrangers, est une création artificielle, et c'est un pays différent du Japon de l'ère pré-Edo. Natsuma Sôseki a vécu dans un pays, le Japon moderne, qui venait d'être créé quand il est né, et il a consacré toute sa vie à réfléchir à la langue qui serait la plus appropriée [à cette nation].

だから、明治維新で作られた近代的な国民国家としての日本が消滅した時に、何が出てくるか予想つかない。それがイメージできない分だけ私にも実感がわかない所もあるが、国民国家としての日本は消えつつあり、漱石に象徴される一つの言語が亡びつつあるのだと思う。
そういう意味で、「あたし彼女」はやはり象徴的だ。あれは、夏目漱石の使った言葉とは違う言語だけど、枕草子には接続できるような気がする。

Alors, si ce Japon, qui a émergé comme nation moderne pendant la Restauration Meiji, devait disparaître, je n'ai aucune idée de ce qui pourrait suivre. Comme je ne peux pas l'imaginer, cela ne me semble pas réel, mais je suis convaincu que le Japon, en tant que nation, est réellement en voie de diparition, et que la langue singulière dont Sôseki est le symbole périra avec lui.

Pour cette raison, je pense que «Atashi kanojo» (en anglais) [littéralement «moi, la petite amie», un célèbre keitai shosetsu (note de la traductrice : roman pour téléphone portable)] est symptomatique. Il utilise une langue différente de celle de Natsume Sôseki, mais je sens qu'on peut en quelque sorte le relier à “Makura no Soshi”  [«Les notes de chevet», un chef d'oeuvre japonais écrit par une dame de compagnie à la cour impériale à la fin du Xe siècle].

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site